Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

MORALE et POUVOIR : le temps des Manipulations ! [Par Françis Arzalier]

par Francis Arzalier

Tout a-t-il été dit sur l’affaire des perquisitions de la FI ? En apparence on peut même se dire qu’il en a été trop question. Mais en apparence seulement. 
Francis Arzalier, membre du bureau national de l’ANC
(Association Nationale  des Communistes) , nous propose de prendre de la hauteur sur cette affaire révélatrice du fait que "glisse insidieusement en dictature.". Cela rend d’autant plus inacceptable et irresponsable le silence, voire l’approbation à peine voilée, de celles et ceux qui se réclament de la "gôche" et des valeurs qu’elle est censée défendre...

Au 18ème siècle, l’idéologue Montesquieu inventa la "séparation des pouvoirs". Selon lui, au sein du Royaume de France, dont il ne remettait pas en cause le caractère alors royaliste héréditaire, les pouvoirs politiques d’Etat (législatif, qui fait les lois, exécutif, qui les fait appliquer, et judiciaire, qui contraint à les exécuter) doivent être distincts, et ne pas être soumis l’un à l’autre, faute de quoi, nait l’arbitraire, que le commun des mortels nomme aujourd’hui autoritarisme ou dictature. Ce juriste, par ailleurs un Bourgeois libéral, passe souvent pour être l’un des inspirateurs de la Révolution française d’il y a 230 ans, ce qui est un raccourci discutable. Les grands révolutionnaires républicains de 1793, Robespierre, Saint Just ou les Sans Culottes pauvres des faubourgs qui les inspiraient, pensaient plutôt que la démocratie citoyenne exigeait un pouvoir absolu du Corps législatif, dévolu à des élus contrôlés par leurs mandants. Mais il est vrai que la bourgeoisie française qui a finalement tiré profit de la Révolution pour accéder au pouvoir politique, notamment sous la IIIème République après 1871, à mis en œuvre la séparation des pouvoirs imaginée par Montesquieu, dans le cadre du régime parlementaire, et de la délégation de pouvoirs au profit d’élus du suffrage universel. Bien sûr, si Exécutif et législateurs ne dépendent pas dans ce système initial l’un de l’autre, si les magistrats y sont en principe totalement indépendants des pouvoirs politiques ( à l’exception des Procureurs dits du Parquet, directement liés au Ministre ou Garde des Sceaux ), cet édifice étatique est fidèle au dogme libéral : le pouvoir économique y reste libre de ses mouvements, il a tout droit de posséder et contrôler la presse et les télévisions, d’influencer par leur biais l’opinion, et de financer les postulants aux scrutins périodiques.

[…]

LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :

Commenter cet article