Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

ÉLECTIONS en GRÈCE [Janvier 2015] : Déclaration des communistes de l’URCF et première analyse du KKE (Parti Communiste Grec)
ÉLECTIONS en GRÈCE [Janvier 2015] : Déclaration des communistes de l’URCF et première analyse du KKE (Parti Communiste Grec)

Les élections législatives en Grèce sont marquées par le fait que les électeurs ont placé Syriza en tête, lui permettant ainsi de former le gouvernement avec Tsipras à sa tête. Ce gouvernement reposera sur une coalition avec un parti de droite nationaliste, issu d’une scission de « Nouvelle Démocratie » (parti réactionnaire qui a partagé le pouvoir avec la social-démocratie du PASOK durant 35 ans).

 

Ces élections montrent le rejet des électeurs grecs pour l’austérité, mais aussi les profondes illusions semées par la démagogie de Tsipras et de Syrisa. Insérant toute sa politique dans le cadre du capitalisme, abandonnant son programme de nationalisations, abandonnant le retrait de l’OTAN, multipliant les déclarations d’allégeance à l’Union Européenne des monopoles capitalistes et à l’Euro, Syriza se contente de critiquer la « Troïka » (Banque Centrale européenne, FMI, Commission de Bruxelles) pour ses « mauvais choix », proposant de renégocier la dette, sur le dos de la classe ouvrière et des masses laborieuses, en ignorant délibérément les responsabilités de la classe capitaliste grecque qui s’enrichit de la misère populaire. En France, le PS, parti du Capital, ne manque pas de culot, quand Cambadélis ose parler de « raz de marée contre l’austérité » alors que le gouvernement social-démocrate la pratique tous azimuts. Il n’est jusqu’au FN qui n’a pas manqué de se réjouir de la « victoire de Syriza ».

 

Les diverses composantes opportunistes et réformistes (PCF, Front de gauche, Écolos avec Cécile Duflot) disent à l’unisson « qu’une nouvelle page commence ». Tous ces gens sont satisfaits parce qu’ils croient qu’ils vont pouvoir développer plus que jamais, sur fond d’illusions relancées, leur politique d’aménagement du capitalisme en ne dénonçant que certaines conséquences de la politique du Capital, en faisant croire que le système est le cadre approprié pour satisfaire les besoins et aspirations du peuple-travailleur.

 

En réalité, les peuples de Grèce et d’Europe vont vite vérifier par leur expérience que l’on ne peut satisfaire les revendications vitales et fondamentales des travailleurs par de simples réformes dans le cadre du capitalisme, sans luttes et grèves. C’est à partir de la résistance à l’austérité, à la casse des conquêtes sociales et des droits, dans la lutte des classes, que peut s’ouvrir la perspective historique, de l’appropriation sociale de la propriété capitaliste des entreprises et des banques et le renversement de l’État à son service. C’est le rôle des communistes révolutionnaires d’expliquer inlassablement que l’on ne peut aménager le système d’exploitation.

 

L’URCF exprime sa solidarité avec le KKE qui gagne trois députés et augmente ses suffrages et qui est dès aujourd’hui comme hier avec les masses populaires en lutte contre l’austérité capitaliste, qu’elle soit conduite par la droite ou la « gauche », contre l’UE et l’OTAN, pour le pouvoir des travailleurs, pour la révolution socialiste.

 

L’URCF, forte du succès de son 4ème Congrès, du vote à l’unanimité pour l’unification de l’URCF et de Communistes en un Parti révolutionnaire des communistes dont les travailleurs et le pays ont tant besoin, continuera son combat contre le capitalisme, indissociable du combat contre l’opportunisme.

 

Cela passe par le lien indissoluble à établir entre le combat contre l’UE impérialiste (jusqu’à la rupture nationale et internationale) avec le combat contre le capitalisme, pour le socialisme et le pouvoir de la classe ouvrière et de ses alliés

 

URCF

le 26 janvier 2015

source

Ci-dessous, les résultats et l’analyse du Parti Communiste de Grèce (KKE) :

 

 

Commenter cet article

De Noni 03/02/2015 08:26

Un texte grandiloquent, dans le concret quid ?

Michel El Diablo 03/02/2015 09:54

Bonjour,
Oui c'est souvent le défaut de certaines organisations, je publie tout de même....
Salut et fraternité
El Diablo