Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

Grèce : l’épreuve de force (par Bertrand Renouvin)

Entre Athènes et Berlin appuyé par Francfort, l’épreuve de force est politique. Mais il ne s’agit pas d’un conflit entre deux légitimités comme divers eurocrates voudraient le faire croire. Ce ne sont pas des institutions démocratiques européennes, fortes de leur représentativité semi-continentale, qui tentent de faire valoir leur bon droit face aux institutions démocratiques d’un petit pays.

La Grèce n’est pas une très grande puissance mais nous sommes en train de découvrir qu’elle a plus de force que ne le laissaient penser son Produit intérieur brut et l’étendue de son territoire. Dans l’Union européenne, elle peut bloquer toutes les décisions qui sont prises à l’unanimité comme elle vient de le rappeler à propos des nouvelles sanctions qui pourraient être prises à l’égard de la Fédération de Russie. Surtout, la Grèce dispose d’un gouvernement légitime qui repose sur une majorité parlementaire issue d’une libre décision du peuple souverain. En face, il y a des pouvoirs et des puissances qui ne peuvent pas invoquer la légitimité démocratique, pour des raisons cent fois exposées mais dont l’Eurogroupe et la Banque centrale européenne ne veulent pas tenir compte. Le Parlement européen ressemble à une assemblée démocratique, la Commission ressemble à un gouvernement, le Conseil des ministres et le Conseil européen réunissant les chefs d’Etat et de gouvernement ressemblent à des pouvoirs exécutifs mais il n’en est rien :

Le Parlement européen n’est pas un pouvoir législatif puisqu’il n’a pas l’initiative des lois. Il ne représente pas le peuple européen puisque ce peuple n’existe pas : le traité de Lisbonne évoque les « citoyens de l’Union européenne » mais cette citoyenneté n’est acquise que dans le cadre des Etats nationaux qui délivrent des passeports européens à des citoyens français, allemands, grecs…

C’est la Commission européenne qui exerce un pouvoir d’ordre législatif en rédigeant les directives européennes alors qu’elle est composée de fonctionnaires détenteurs d’un pouvoir exécutif : ils sont chargés de faire appliquer des textes qui ne sont pas des lois car ils ne sont pas les représentants du peuple souverain.

Le Conseil des ministres (réunis par domaines de compétence) n’est pas un gouvernement puisqu’il coproduit des textes avec le Parlement et la Commission et approuve le budget annuel que le Parlement peut seulement désapprouver.

La Cour européenne de justice décide arbitrairement de ce qui entre dans son domaine de compétence : elle crée le droit européen sans que les représentations démocratiques nationales puissent elles-mêmes légiférer en ce domaine. Au contraire, la Cour a érigé le principe de la primauté absolue du droit communautaire sur le droit national, que les Parlements nationaux doivent intégrer. C’est pire que le gouvernement des juges puisque cette Cour de Justice n’agit pas dans le cadre institutionnel organisé par une Constitution : nous sommes devant un organe autocratique qui constitutionnalise et interprète son droit selon son bon plaisir.

Au sens strict, l’Union européenne n’a pas d’institutions – elles supposeraient un ordre constitutionnel – mais seulement des organes qui ne respectent pas le principe de séparation des pouvoirs, pourtant essentiel dans les Etats de droit. Cette Union n’est pas non plus un Etat mais une « union juridique fondée sur le droit international » selon la définition irrécusable donnée par la Cour de Karlsruhe. Ce qui n’empêche pas la création d’une sorte de « constitution économique » – établissant par exemple le principe de l’équilibre budgétaire  – selon des normes idéologiques alors que la prétendue « constitution européenne » avait été rejetée par la France et les Pays-Bas.

Ce sont enfin des organes non-démocratiques – la Banque centrale européenne, l’Eurogroupe – qui tentent de soumettre un gouvernement démocratique. Ces organes peuvent invoquer la légalité des traités mais ils ne peuvent rien imposer qui soit légitime car ils ne sont pas l’expression d’un pouvoir souverain. La Grèce est au contraire un Etat souverain dans lequel tout gouvernement doit répondre aux critères légitimant de la souveraineté populaire et de la souveraineté nationale : c’est cette force que le gouvernement allemand, la Banque centrale européenne et le président de l’Eurogroupe tentent d’anéantir par les dispositifs techniques d’un pur et simple chantage financier.

Nous espérons la résistance victorieuse du gouvernement et du peuple grecs, pour l’Europe tout entière.

***

Editorial du numéro 1072 de « Royaliste » – 2015

 

SOURCE:

Commenter cet article