Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

ISRAËL: chronique d’un racisme ordinaire

Les victimes du racisme ne sont pas toutes égales à Jérusalem. Tommy Hassoun, un jeune druze de 21 ans, le sait bien. Citoyen israélien, il a été attaqué et roué de coups par des extrémistes juifs. Ironie du « sort », l’agressé fut même contraint de régler la facture de l’ambulance qui le transporta de la gare routière de Jérusalem au centre médical Hadassah : 475 shekels, soit l’équivalent de 110 euros. Un véritable camouflet pour le jeune homme…

Tommy a pourtant servi quelques mois plus tôt dans le 
Bataillon Herev, formation exceptionnelle en ce sens qu’elle est constituée exclusivement de soldats originaires de la communauté druze. Né à Daliyat al-Karmel, non loin de Haïfa, Tommy a rejoint Jérusalem après son service militaire pour y suivre des cours à l’académie de musique et de danse. Il y a deux semaines, l’étudiant était en train de parler en arabe avec un ami devant l’hôtel où il travaillait quand il a été brutalement attaqué par un groupe de dix hommes juifs. Ces voyous l’avaient simplement entendu parler arabe.

« J’ai terminé mon travail à 23 heures à l’hôtel Gold de Jérusalem, près de la gare routière centrale. Quand je suis sorti, je me suis rendu à la station de bus. Il y avait un groupe de personnes. Ils ont entendu que je parlais arabe avec une autre personne de Jérusalem-est qui était avec moi. Ils ont commencé à me parler et ont jeté une petite poubelle sur la tête », a raconté Hassoun.

« Quelqu’un m’a ensuite craché dessus et je l’ai frappé. Après, ils se sont tous jetés sur moi et m’ont frappé avec des verres, des bouteilles. Ils étaient nombreux et ils ont crié. J’ai réussi à m’échapper vers l’entrée de la gare de bus après quelques minutes. Là, quelques personnes m’ont assis, m’ont donné de l’eau et ont pris soin de moi », a-t-il précisé. Le jeune homme a finalement réussi à s’échapper vers la gare routière où des personnes lui ont porté assistance. Blessé sur tout le corps, il restera deux jours à l’hôpital et a déjà prévu d’y retourner pour une opération au nez. Reuven Rivlin, l’actuel président israélien, a même posté sur sa page Facebook la photo où il pose au côté de la victime. « Nous sommes tous frères », déclara-t-il, « et nous devons tous condamner ces comportements barbares ». 

L’affaire est symbolique car elle montre qu’Israël a toujours énormément de mal à mettre sur un pied d’égalité les Juifs et les Arabes victimes de violences racistes. Le quotidien Haaretz est très clair sur le sujet : « comme tous les autres cas dans lesquels des extrémistes juifs ont frappé des citoyens arabes, les faits n’ont pas immédiatement été considérés comme une attaque terroriste ». Si tel avait en effet été le cas, les services fiscaux auraient couvert toutes les pertes financières subies et les assurances se seraient acquittées des frais d’hospitalisation. Au lieu de ça, Tommy Hassoun a dû payer ces derniers et même l’ambulance qui a procédé à son évacuation.

Le père de Hassoun, Ramzi, a bien évidemment été choqué par cette attaque. « Je croyais que nous étions une Nation. Je croyais et je continuerai à croire que c’est la terre du peuple juif. Il a le droit de vivre ici, il n’y a jamais eu de doute à ce sujet. Je me blâme et je blâme mes amis juifs de ne pas avoir œuvré à l’éducation. Parler arabe n’est pas honteux, cela ne fait pas de vous un terroriste potentiel ».

Le frère de Tommy, Julian, a quant à lui déclaré :
« il y a un mois, deux policiers druzes ont été assassinés au cours d’attaques terroristes et maintenant un Druze est frappé par les Juifs. Lorsqu’on nous a demandé si nous avions peur que Tommy vive à Jérusalem, nous avons dit non, parce qu’il vivrait au milieu des Juifs ».

Si les institutions doivent en théorie garantir à tous les citoyens une même égalité de traitement, une véritable politique discriminatoire envers les Arabes habitant en Israël perdure depuis des années. Ils sont un million deux cent mille arabes israéliens à subir des expropriations de propriété ou des interdictions d’acheter une maison. Il faut aussi rappeler que 7 % des budgets alloués en Israël aux infrastructures publiques vont aux communautés arabes. Que les salaires arabes moyens n’atteignent pas, à qualification égale, 60 % des rémunérations versées aux Israéliens. Que les populations arabes perçoivent 35 % d’allocations en moins, à situations familiale et sociale équivalentes, etc. Selon Adalah, le centre juridique pour les droits des minorités arabes en Israël, environ trente lois israéliennes sont directement discriminatoires envers les citoyens arabes. L’une d’entre elles par exemple, la Loi sur la citoyenneté et l’entrée en Israël, interdit aux Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, mariés à des citoyens israéliens, d’acquérir le statut de résident en Israël.


Il est étonnant de constater que les propos haineux et racistes sont toujours moins graves dans certaines bouches que dans d’autres.

Capitaine Martin

 

SOURCE: 

 

Commenter cet article