Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

TUNISIE - Les islamistes entrent dans le gouvernement laïc: la volonté populaire trahie

Article AC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/

 

Nous l’annoncions il y a quelques jours, dénonçant les doubles discours du gouvernement tunisien élu par une volonté populaire choisissant par défaut Nidaa Tounes pour faire barrage aux islamistes d'Ennahdha. Le peuple a voulu le premier avec ses ambiguïtés, ils auront les deux sans plus aucune illusion.

 

La campagne électorale tunisienne s'était polarisée entre deux camps, celui islamiste libéral, et celui libéral séculier.

 

Ils étaient pourtant d'accord sur l'essentiel : la mise en place des « réformes structurelles » voulues par le FMI, la stabilisation du pays pour les investisseurs et contre la volonté populaire.

 

Le peuple a voté pour les « laics » de Nidaa Tounes, ils ont eu un Premier ministre indépendant, ou plutôt un technocrate. Qui plus est un tenant direct de l'appareil d’État de l'Ancien régime. Et en plus ils auront les islamistes au gouvernement.

 

Dans sa première mouture, Ennahdha n'avait pas été intégrée, même si certains proches du parti islamiste étaient incorporés tel le Ministre de l'Intérieur que nous avions évoqué dans un précédent article.

 

Dans sa version remaniée, c'est plus clair. Ennahdha hérite de quatre postes dont un ministère, celui de l'Emploi confié au porte-parole du mouvement, Ziad Ladhari, et trois secrétaires d'Etat aux finances, au développement et aux établissements sanitaires.

 

La participation des islamistes est plus symbolique, elle doit assurer au gouvernement un semblant d' « union nationale », voulue par le patronat, le FMI et les grandes puissances occidentales depuis trois ans, favorisant l'adoption des réformes libérales et le détricotage du processus révolutionnaire.

 

Ce n'est pas le seul remaniement. L'UPL (Union patriotique libre), ce parti populiste et néo-libéral, dirigé par le « Berlusconi tunisien » Slim Riahi conserve trois postes indépendants.

 

Mais surtout Afek Tounes, le parti le plus ouvertement libéral économiquement, se revendiquant ouvertement comme parti des hommes d'affaires, entre au gouvernement, avec trois postes dont celui stratégique du Développement et de l'investissement accordé à Yacine Brahim.

 

Par contre, le Ministre de l'Intérieur, très controversé, Najem Gharsalli ne bouge pas. Lui qui est pourtant proche des islamistes, qui a joué un rôle plus que trouble sous la dictature en harcelant les juges démocrates dans la région de Kasserine. Un dernier signe fort.

 

Cette « union sacrée » entre laïcs de Nidaa Tounes, islamistes d'Ennahdha, populistes néo-libéraux de l'UPL et d'Afek Tounes a le mérite de clarifier les choses, de simplifier une vie politique où seul le Front populaire peut apparaître comme une alternative politique, l'UGTT une force en mesure d'organiser les travailleurs tunisiens contre l'orage austéraire qui vient.

 

Commenter cet article