Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

Élections départementales dans les BOUCHES DU RHÔNE : que faire ?

Ces dernières années les élections ont été marquées par une forte abstention et les départementales des 22 et 29 mars 2015 semblent ne pas devoir échapper à la règle. Quand on y réfléchit cela n’est guère étonnant.

Quelle perspective de changement politique offrent à première vue ces élections, en particulier pour les populations les plus exploitées et discriminées ? Poser la question c’est y répondre…

A Rouges Vifs 13 nous n’accordons pas au système électoral la vertu de la baguette magique. Sans mouvement social, sans luttes il n’y aura pas de changement qui tienne. Pour autant peut-on s’en désintéresser ? Non

Non parce que les élections sont un de ces moments où se mesurent, même imparfaitement, les rapports de forces politiques et nous ne pouvons pas être absents…y compris pour dire nos critiques sur le système électoral actuel.

Non aussi parce que par notre présence nous voulons faire entendre la voix de celles et ceux qui souffrent le plus du capitalisme et de ses crises

Non enfin parce que c’est l’occasion de mettre en débat nos propositions et appeler à la lutte pour la mise en œuvre de celles-ci.

Balayons tout de suite un argument traditionnellement avancé dans le passé par la droite et que l’on retrouve bizarrement aujourd’hui chez des forces qui se classent à « gauche », mot qui ne veut plus dire grand-chose aujourd’hui. Il n’y a pas d’élection strictement locale. 
Toute élection est influencée par la situation nationale. 
Une défaite électorale à des élections dites locales est forcément le signe d’un mécontentement de la population par rapport à la politique nationale même s’il peut exister des particularités à un endroit précis expliquant la sanction contre tel ou tel élu.

Les prochaines élections départementales n’échappent pas à la règle. Les abandons et les engagements non tenus depuis plus de 30 ans, la politique menée par l’actuel gouvernement et la crise qui s’approfondit, nourrissent l’abstention ou plus exactement le refus de vote. Nous l’avons déjà dit et nous n’y reviendrons donc pas.

Mais il y aussi un autre élément qui, sans être totalement nouveau s’aggrave, la perte de repères et les distances prises avec les opprimé-e-s, s’accompagnent d’une montée des individualismes et des calculs électoraux qui provoquent une implosion au PS mais aussi particulièrement chez celles et ceux qui disent être à sa gauche. Le rassemblement que devait être le Front de Gauche semble bien avoir vécu.

Cette implosion se mesure entre autres, dans la diversité des cas de figures d’alliances de toute évidence scellées, non sur la base d’un accord de programme, mais pour des raisons uniquement de calculs stratégiques….pendant que la droite et surtout son extrême avancent de façon unie.

Au plan national on observe des logiques d’union…qui paraissent illogiques au regard des déclarations politiques des uns et des autres et qui provoquent souvent [1] des fractures au sein même des organisations avec le spectacle pitoyable de candidatures opposées appartenant au même parti ou de candidats hier encore ensemble sous l’étiquette Front de Gauche. On va nous faire croire qu’il est possible de s’unir dès le 1er tour d’une élection départementale entre forces en principe divisées sur l’ANI, la loi Macron ou la casse des budgets sociaux que gèrent en particulier les conseils généraux ?

Les Bouches du Rhône : un sacré méli-mélo !

Dans ce département aussi on assiste à des jeux d’alliances à géométrie variable d’un canton à l’autre avec des visées électorales qui semblent bien être la seule boussole.

Ainsi on à la fois par endroits et alors qu’existe un accord départemental PS/Verts :

* Dans certains cantons une alliance PCF/Verts alors que ni les choix nationaux, ni les choix locaux ne la justifient et parfois sont même en contradiction totale sur la question de la défense de l’emploi dans le département.

* Dans d’autres une alliance PCF/PS jusque dans le choix des titulaires….et ce au lendemain du vote de la motion de censure !

* Et enfin même des cantons où le PCF ne se présente pas afin de laisser la place aux candidats Guérinistes nouveau nom de nombre d’élus PS !! Comment veut-on dans ces conditions que l’électorat communiste ou attaché à un vrai changement de société s’y retrouve ?

Dans ce contexte que peuvent faire les Rouges Vifs 13 ?

Ne surtout pas renoncer si nous voulons (re)construire !
Donc tout d’abord nous exprimer dans tout le département sur les enjeux de ces élections dans la lignée de ce que nous défendons depuis que Rouges Vifs 13 existe et des éléments rappelés ci-dessus. Nous le faisons à notre mesure et continuerons à le faire.

De plus dans notre département existe depuis janvier 2014 un processus de luttes pour un autre avenir pour les Bouches du Rhône et unissant 18 organisations et associations et dont nous avons déjà parlé.

En décembre dernier Rouges Vifs 13 a écrit aux organisations politiques engagées dans ce combat commun en posant cette question : « Rassemblés dans les luttes, allons-nous nous diviser dans les urnes ? » . A celles et ceux qui nous ont répondu nous avons proposé de nous rassembler à ces élections sur un programme de progrès social et sur un positionnement clair.

Sur cette base de lutte, l’accord a été possible dans quatre cantons (sur 29). Il est à noter que depuis que Rouges Vifs 13 existe, c’est la 1ère fois que nous pouvons faire l’unité pour une élection non seulement avec des associations locales mais aussi avec des sections du PCF. Tout simplement parce que nous avons eu un accord sur le programme et le positionnement politiques (en particulier l’annonce avant le 1er tour de la volonté de faire partie d’un groupe indépendant d’une majorité départementale emmenée par le PS ou un autre parti de droite)…ce que nous n’avions jamais pu avoir avant.

L’accord concerne 4 cantons parmi les plus pauvres de Marseille et couverts par 3 sections du PCF et « Marseille Résistances » une association marseillaise principalement présente dans les cités populaires des quartiers Nord.

Dans ces 4 cantons notre présence prend des formes diverses :
 

=>Canton Marseille 6 (une grosse partie du 13ème arrondissement) : candidatures PCF/Rouges Vifs

=>Canton Marseille 5 (haut du 14ème arrondissement) : candidatures PCF/Marseille résistances/Rouges Vifs

=>Canton 2 (2/3ème arrondissement) : candidatures PCF/Marseille résistances soutenues par Rouges Vifs.

=>Canton 4 (14/15ème arrondissement) : candidatures Marseille résistances soutenues par Rouges Vifs (c’est un des cantons où le PCF et le PS se sont effacés pour laisser la place à un candidat Guériniste).

L’enjeu de notre participation à ces élections, au-delà de ce qui précède, est donc aussi la visibilité d’un rassemblement de communistes et de progressistes des quartiers populaires à 1000 lieues de préoccupations politiciennes mais avec une volonté d’ouvrir une vraie perspective de changement de société pour toutes et tous.

Cela peut être un signe d’espoir même encore modeste, dans les Bouches du Rhône et au-delà, pour toutes celles et tous ceux qui aspirent à la reconstruction d’une force révolutionnaire.

ROUGES VIFS 13

[1] de façon bien plus fréquente que d’ordinaire et qu’il serait intéressant de mesurer avec précision

 

 

Élections départementales dans les BOUCHES DU RHÔNE : que faire ?
Élections départementales dans les BOUCHES DU RHÔNE : que faire ?

SOURCE:

Commenter cet article