Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

ÉLECTIONS DÉPARTEMENTALES : «Défaite» du FN, black-out sur l'abstention et manipulation de l’opinion
Résultats publiés par le Ministère de l'Intérieur

Résultats publiés par le Ministère de l'Intérieur

Les grandes manœuvres ont commencé. Hier soir (22 mars 2015), si chaque chaîne y allait de son estimation au doigt mouillé, tous les instituts et journalistes autorisés s’accordaient sur un point : le FN n’était plus le premier parti de France. Oubliés les 25% des Européennes, scrutin au terme duquel le parti de Marine Le Pen devançait l’UMP et le PS ? Pas si vite. Manuel Valls et Nicolas Sarkozy ont beau se réjouir de conserve du succès des listes UMP-UDI-Modem, une alliance signée en bonne et due forme à la base et au sommet, qui arrivent en tête des suffrages avec 32% des voix au plan national, le ministère de l’Intérieur n’est pas de cet avis (voir tableau ci-dessus).

 

Sur les tableaux de chiffres, le seul parti dont les performances apparaissent incontestables est le Front national et ses fameux 25 % – tout simplement parce que le FN, paria de la politique française, ne s’est dilué dans aucune coalition (quoi qu’en dise Apolline de Malherbe sur BFM selon laquelle « si le Front national avait voulu s’allier avec d’autres partis, il l’aurait fait » (sic). Certes, le Rassemblement Bleu Marine est également censé rassembler la nébuleuse marinistes bien-au-delà de la sphère frontiste, mais soyons sérieux : comme me le soufflait un cadre lepéniste il y a quelques mois, « le RBM n’existe que dans la tête de Gilbert Collard ! »

Pour une « défaite » frontiste, c’en est une : la vague bleu Marine déferle en pole position sur plus d’une quarantaine de départements, y compris d’anciennes terres de mission que l’on croyait préservées de l’extrême droite ad vitam : Côtes d’Armor, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Orientales, Tarn, Tarn-et-Garonne, etc.  Moins étonnants, la percée foudroyante du Front dans le Vaucluse et le Gard, où l’UMP pourrait avoir maille à partir avec ses candidats aux deuxième et troisième tour de scrutin – souviens-toi des régionales de 1998…

Affrontons-nous un grand magouillage des chiffres ? Ce n’est pas si simple. Encore une fois, le diable est dans les détails… et la question des alliances. Ainsi, parler de « total des voix de gauche » n’a pas grand sens dans un pays où le Front de gauche – qui tient solidement sur ses positions, notamment grâce à l’implantation du PC dans ses derniers fiefs – a voté la motion de censure contre Manuel Valls. D’un autre côté, les militants frontistes auront beau jeu d’extraire les chiffres bruts du ministère de l’Intérieur, qui omettent de préciser que le PS fait tantôt cavalier seul, tantôt s’allie avec les Verts, les communistes, les mélenchonistes, etc. Les 13% du « binôme socialiste » ne veulent donc rien dire, ou presque.

Mais chacun voit midi à sa porte. Valls se persuade de l’efficacité d’une stratégie de rediabolisation qui a certes porté ses fruits à gauche – mais n’empêche ni la déroute socialiste, ni la déferlante frontiste sur la France périphérique. Les anti-Duflot coalisés chez les Verts excipent de scores déplorables – dans les cantons où EELV se présentait seul – pour faire la peau à leur ex-patronne, avant de batifoler sous les lambris de Solferino.

Quant aux centristes, s’ils ont de quoi se réjouir du grand nombre d’élus que leur a apporté la politique d’union au premier tour, ils voient d’un très mauvais œil l’UMP tirer toute la couverture. En vertu de quoi Lagarde, Bayrou et Jégo ont bruyamment fait entendre leur préférence pour le barrage au FN et contre le ni-ni sarkozyste. Nul doute qu’ils seront rejoints  ces jours-ci par quelques poids-lourds dissidents de l’UMP.  Vous avez dit « union » ?

 

Daoud Boughezala

 

SOURCE:

Commenter cet article