Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

La mairie de Paris donne son feu vert aux restructurations de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris

Le comité départemental du POI de Paris (cdpoi.paris@gmail.com) diffuse un tract d’information à la population sur la « Convention cadre entre la Ville de Paris et l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris »  par laquelle la Mairie de Paris et sa majorité municipale donne son feu vert aux restructurations hospitalières. 

 

*****

25 mars 2015

ASSISTANCE PUBLIQUE-HÔPITAUX DE PARIS

LA MAIRIE DE PARIS DONNE SON FEU VERT
AUX RESTRUCTURATIONS HOSPITALIÈRES

Pour les malades, il s’agit d’une question de vie ou de mort

Le dernier Conseil de Paris (16 et 17 mars) vient d’adopter la « Convention cadre entre la Ville de Paris et l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris ».

Que prévoit cette convention ?

Par cette Convention, la Mairie de Paris apporte son concours au plan de restructurations de la direction de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris.

Un plan qui prévoit notamment :
— la poursuite de la restructuration de l’Hôtel-Dieu ;
— la fusion des hôpitaux Bichat et Beaujon dans le cadre de l’hôpital Paris-Nord 2 ;

— la restructuration de l’hôpital Lariboisière dans le cadre de l’hôpital Paris Nord 1. Cette dernière restructuration fait peser la plus grave menace sur les services de gériatrie de l’hôpital Fernand-Widal qui devaient être relogés dans les murs du nouvel hôpital Lariboisière.

Un plan qui supprime plus de 600 lits selon les syndicats CGT, FO et Sud de l’Assistance Publique qui dénoncent, dans leur appel à la grève interprofessionnelle du 9 avril, ces opérations de réduction de l’offre de soins.

Comment la Mairie de Paris donne-t-elle son concours à ces restructurations ?

La direction de l’Assistance Publique a besoin de l’accord juridique de la Mairie de Paris pour réaliser les ventes immobilières nécessaires à son plan de suppression de 600 lits. D’où la Convention de partenariat qui stipule que « la Ville bénéficiera des surfaces libérées pour notamment étendre l’offre de logements sur son territoire »

En prétendant que le choix serait entre se loger et se soigner, la Mairie de Paris travestit la réalité.

En effet, pour le logement social, ce ne sont pas seulement les terrains qui manquent mais le fait que, quand elle achète des terrains, la Mairie y construit des logements dont une grande partie n’a rien de social!

Au nom de ce mensonge, c’est l’offre de soins qui est attaquée

L’AP-HP, c’est la colonne vertébrale du système de soins à Paris.

Malgré les heures d’attente, malgré les conditions d’accueil déplorables résultant des plans d’économies successifs, c’est vers l’Assistance Publique que se tournent les Parisiens quand ils ont besoin de soins qui ne peuvent être fournis à la maison.

La Convention qui vient d’être adoptée ne peut avoir qu’un seul résultat : réduire de façon brutale ces capacités d’accueil déjà insuffisantes.

Il s’agit du sort des malades

On se souvient que, en Juillet 2014, la mairie et la direction de l’APHP avaient annoncé que les ambulances allaient, à nouveau, accompagner les malades aux urgences de l’Hôtel Dieu.

Or, dans les faits, selon l’Union des Syndicats CGT de l’APHP « le service d’accueil des urgences de l’Hotel Dieu a été très peu sollicité pendant l’épidémie de grippe ». L’Union des syndicats CGT s’interroge sur ce que cela cache et y voit « une remise en cause des engagements de Mme Hidalgo et M.Hirsch relatifs au maintien de l’offre de soins au cœur de Paris ».

La conséquence a été immédiatement la saturation des urgences de Lariboisière et de Bichat.

Et c’est précisément à Lariboisière et à Bichat que l’APHP et la mairie de Paris veulent également récupérer des surfaces !

Les élus PCF ont, à juste titre, voté contre cette Convention.

Leur communiqué dénonce « des restructurations au rabais » et conclut par une demande de concertation.

Mais peut-il y avoir de «bonnes restructurations» dès lors que, comme l’a dit le directeur de l’APHP, il s’agit de « contribuer à la maîtrise et à l’efficacité des dépenses publiques » c’est-à-dire aux 3 milliards d’économies sur les dépenses hospitalières exigées par le gouvernement dans le cadre du Pacte de Responsabilité.

Quelle « concertation » peut avoir lieu dans un tel cadre ?

Les sommes que la Ville de Paris doit verser pour « les surfaces libérées » prévues par la Convention sont destinées à fermer des services, à supprimer des lits, à réduire la capacité des urgences.

Quelle « concertation » quand il s’agit de supprimer des lits et des services ?

C’est avec la même méthode que le gouvernement propose aux syndicats de signer pour la destruction des acquis sociaux !!

Une seule exigence répond à la gravité de la situation :

 

Retrait du plan de restructuration !
Maintien de tous les services et de tous les lits de Bichat 
et Lariboisière !

 

SOURCE:

 

Commenter cet article