Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

Manifestation « UNIS CONTRE L'AUSTÉRITÉ » le jeudi 9 avril 2015 à PARIS [CGT-FO-FSU-Solidaires]
Manifestation « UNIS CONTRE L'AUSTÉRITÉ » le jeudi 9 avril 2015 à PARIS [CGT-FO-FSU-Solidaires]

Appel commun des Unions Régionales Ile-de-France

CGT, FO, FSU, Solidaires

Depuis des années, les organisations syndicales d'Ile-de-France CGT-FO, CGT, FSU et SOLIDAIRES se mobilisent pour lutter contre les reculs sociaux imposés par les gouvernements successifs. C'est dans cette logique et dans l'unité que nous avons dénoncé la loi dite de « Sécurisation de l'emploi », la contre-réforme des retraites, le pacte de responsabilité mais aussi la loi MACRON contre laquelle, les salariés ont manifesté dès le 26 janvier, premier jour du débat à l'Assemblée Nationale.

Aujourd'hui, alors que le gouvernement utilise le 49-3 pour faire passer en force son projet au mépris de la représentation parlementaire, il est nécessaire de poursuivre et d'amplifier cette lutte contre les politiques d'austérité, pour sortir de la crise et relancer l'économie.

Imposées par le FMI, la Banque Centrale Européenne et l'Union Européenne, ces politiques d'austérité ont des conséquences désastreuses pour les salariés, les retraités et les chômeurs. Les populations les subissent avec de plus en plus de violence comme en Grèce, en Espagne, mais aussi au Portugal, en Irlande et plus largement dans l'ensemble de l'Europe.

Plus de précarité, plus d'exclusions, plus de misère, c'est la dure réalité de cette politique voulue par la Commission Européenne mise en œuvre par les gouvernements qui au nom d'une hypothétique relance économique attaque les acquis sociaux et les droits des salariés. Le projet de loi Macron s'inscrit dans cette logique et constitue un danger pour tous les salariés : il facilite et accélère les procédures de licenciements, il banalise le travail de nuit et du dimanche, il remet en cause la justice prud'homale…

Dans le même temps de nombreuses luttes voient le jour dans les entreprises du Privé et du Public sur Salaire, Emploi, conditions de travail…

Les Unions Régionales CGT, CGT-FO, FSU et SOLIDAIRES, réunies le 26 février 2015, s'engagent une nouvelle fois de façon déterminée, dans une action de grève interprofessionnelle et de manifestation afin de faire aboutir les revendications :

  • Augmentation des salaires (Public et Privé), des retraites, des pensions et des minimas sociaux
  • Réduction du chômage, instauration de droits nouveaux pour les salariés et leurs représentants dans les entreprises.
  • Création d'emplois en changeant de politique économique.
  • Préservation les droits de tous les régimes sociaux.
  • Garantie et développement du service public.

Ce sont des priorités sociales qui relanceront la consommation, et l'emploi pour aboutir à une meilleure répartition des richesses.

C'est pourquoi les organisations syndicales décident en commun de porter ces revendications et d'exiger du gouvernement et du patronat qu'ils y répondent.

Conscientes de leurs responsabilités, la CGT, CGT-FO, FSU et SOLIDAIRES appellent les retraités, les chômeurs, les salariés du Public et du Privé à agir et à participer massivement le Jeudi 9 avril 2015 à la journée nationale d'action de grève et de manifestation.

MANIFESTATION PARISIENNE:

Départ à 13 h00 Place d'Italie

en direction de l'esplanade des Invalides

ci-dessous le tract en PDF:

SOURCE:

 

Commenter cet article

Thoraise 02/04/2015 09:30

Je suis surpris de cet appel et de son vocabulaire tout droit sorti d'un discours de Pierre Laurent (lui-même puisant ses mots dans les écrits de la section économique du PCF)
"Austérité": je fais une crise d'urticaire dès que je vois écrit ce terme.
De quoi s'agit-il en fait? D'une politique économique pratiquée par les libéraux dans le cadre du capitalisme qui consiste à baisser les rémunérations et avantages divers octroyés aux salariés (dans le but d'augmenter les profits, en espérant -en vain on le sait- que ces profits seront réinvestis pour produire à couts moindres [grâce aux progrès techniques supposés] et ainsi être compétitifs à l'export et relancer à pouvoir d'achat inchangé la consommation intérieure parce que tout sera moins cher). Le dicton étant "les profits d'aujourd'hui font les investissements de demain et les emplois d'après-demain". Cette musique on nous la sert depuis 2002, et ça va de plus en plus mal.
Mais -c'est là que je voulais en venir- est-ce contre cette politique qu'un mouvement de lutte de classes doit s'obnubiler? Que nenni.
L'exploitation des travailleurs ne nait pas de la politique (austéritaire ou pas) pratiquée par les pouvoirs capitalistes du monde entier, mais du processus d'exploitation né de l'enrôlement salarial obligatoire qui engendre la création de "plus-value" que le capital se met intégralement dans la poche.
Pendant "les 30 glorieuses" (1945-1980), où la politique fordiste n'était pas "austéritaire", l'exploitation existait tout pareil, la répartition des fruits de la production étant sensiblement moins inégalitaire, moins favorable au profit et plus aux salaires. La lutte de classes ne s'est pas arrêtée pour autant car il n'était pas moins nécessaire qu'aujourd'hui de supprimer l'exploitation capitaliste et le régime du même nom qui la permet, pour atteindre une société sans classes: le socialisme.
Mais pour la CGT, dont le style inimitable donne la couleur au texte de l'appel, seule "l'austérité" est la cause de tout les maux pour les diafoirus syndicaux (l'austérité vous dis-je!)
Or seuls le point 1, clairement et le point 3 relèvent de cette austérité. Les autres de l'arbitraire du pouvoir de la droite et du droit divin capitaliste.
Si les petits Boccara(de la section éco du PCF) et les "économistes atterrés" de Sterdyniak (le réactionnaire keynésien) venaient au pouvoir (ils en rêvent tant) s'arrêteraient-on de mener la lutte contre le capitalisme au motif qu'il ne serait plus austéritaire: selon cette logorrhée, force est de constater que oui....

Michel El Diablo 02/04/2015 10:05

Merci THORAISE pour cette analyse à mes yeux judicieuse. Vous pourriez chroniquer sur ce blog....si vous le souhaitez contactez moi par courriel : igrek@live.fr - Salut et fraternité ;;