Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

Quel REMPART ? [Éditorial d'INFORMATIONS OUVRIÈRES]

L’ÉDITORIAL d’INFORMATIONS OUVRIÈRES

par Daniel Gluckstein,
Secrétaire national du
POI

 
À dix jours du premier tour des élections départementales, Valls a exprimé son « angoisse » devant un possible succès du Front national. L’objectif de cette déclaration est évident : c’est un appel à se grouper autour du gouvernement, présenté comme un rempart contre l’extrême droite.

 

Si le Parti socialiste s’apprête à connaître le plus grand rejet de l’histoire qu’ait connu, sous la Ve République, le parti qui gouverne, il le doit à sa politique, et à rien d’autre. Si l’abstention s’apprête à battre des records, en particulier dans l’électorat traditionnel du Parti socialiste, la responsabilité en incombe exclusivement à la politique du gouvernement Hollande-Valls au service de la classe capitaliste et de l’Union européenne.
 

Aucune solution conforme aux besoins de la classe ouvrière et de la démocratie n’est à attendre du résultat des 22 et 29 mars.
 

A la démobilisation électorale prévisible pour les élections départementales répond la mobilisation grandissante pour le succès de la grève interprofessionnelle du 9 avril. Un mouvement d’une puissance sans précédent depuis de nombreuses années cherche à se constituer. En témoignent la multiplication des appels communs d’organisations syndicales (CGT, FO, Solidaires et FSU), les initiatives communes — piquets de diffusion, assemblées de militants — le nombre de cars et de trains commandés… Ce 9 avril est saisi comme une nécessité : le rassemblement de toute la classe ouvrière contre le gouvernement et sa politique au service de la classe capitaliste. S’affirme en particulier la volonté d’aller manifester à Paris, contre le gouvernement, là même où il décide sa politique anti-ouvrière.
 

Dans une étude qu’il vient de rendre publique, le Fonds monétaire international établit — pour une fois honnêtement — que tout affaiblissement des organisations syndicales dans les pays industrialisés a pour corollaire l’augmentation spectaculaire des revenus des 10 % les plus riches de la population et l’affaiblissement des revenus des couches salariées. En France, on sait que le gouvernement Hollande-Valls (comme ceux qui l’ont précédé) n’a de cesse de vouloir remettre en cause les prérogatives des organisations syndicales dans tous les domaines. Ayant échoué à les intégrer dans la conférence sociale, il tente d’en réduire la capacité d’agir par la loi Rebsamen.
 

C’est dans ce contexte que l’appel au 9 avril prend toute sa signification. La presse nous apprend qu’en 2014, les profits engrangés par les quarante entreprises qui constituent l’indice CAC 40 de la Bourse ont dépassé la somme de 62 milliards d’euros. Soit une progression de 33 %, dont Le Monde nous révèle sans surprise qu’elle est liée à la capacité de ces groupes à « réduire leur coûts »…
 

Soixante-deux milliards de bénéfice : leur confiscation rapporterait bien plus que les 50 milliards du pacte de responsabilité que le gouvernement veut faire supporter à la Sécurité sociale, aux collectivités territoriales, aux services publics, c’est-à-dire à la classe ouvrière et à l’ensemble de la population laborieuse !
 

Alors, oui : retrait du pacte de responsabilité et de la loi Macron ! Légitime est l’appel à la grève interprofessionnelle, légitime la préparation de la grève générale contre le gouvernement pour le contraindre au retrait de tous ses plans destructeurs.
 

Il n’est d’autre rempart pour défendre la démocratie politique que celui constitué par la classe ouvrière se mobilisant avec ses organisations pour la défense et la reconquête de tous ses droits.

 

SOURCE:

Commenter cet article