Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

Qui est responsable ? [l'éditorial d'INFORMATIONS OUVRIÈRES]

L’ÉDITORIAL d’INFORMATIONS OUVRIÈRES
par Daniel Gluckstein,
Secrétaire national du POI

Cette petite musique grandit de jour en jour, pour devenir sans doute, dimanche 22 mars au soir, un refrain entonné en chœur par tous les commentateurs : haro sur l’abstentionniste, responsable de la défaite de « la gauche » et de la progression du Front national. On mettra en cause son manque de civisme. On ne manquera pas de rappeler que le suffrage universel est une grande conquête de la démocratie.

 

Certes. Mais qui fabrique l’abstention, sinon ce gouvernement dont la politique, dans tous les domaines, frappe les ouvriers, les jeunes, les chômeurs, les retraités, les mères de famille, les paysans ? Qui est responsable de l’abstention, sinon ceux qui appliquent sans rechigner, depuis trente ans, dans l’alternance des gouvernements de gauche et de droite, les mesures dictées par l’Union européenne en application des traités qu’ils ont eux-mêmes ratifiés ?

 

En cette veille d’élection, le journal Les Echos résume en une formule la décision de la Banque centrale européenne (BCE) d’injecter 80 milliards d’euros chaque mois sur les marchés : « L’argent facile enflamme les marchés européens. »Tandis que la BCE nourrit la spéculation et engraisse les profits capitalistes, le nombre de chômeurs dépasse la barre des 5 millions, les SDF se comptent par centaines de milliers, et partout, les conquêtes de la démocratie, les services publics, les droits ouvriers sont remis en cause.

 

Secrétaire national du Parti communiste français, Pierre Laurent mène campagne contre l’abstention : « La participation est le premier défi à relever » (1). Comment compte-t-il s’y prendre ? Acte I, critiquer (modérément) le gouvernement :« C’est l’obstination à refuser la moindre inflexion de la politique Valls-Macron qui pénalise les candidats socialistes. »Acte II, annoncer que le vote Front de gauche au premier tour est un « point d’appui pour faire face à la droite et à l’extrême droite au second tour », donc… pour le vote PS ! Acte III, face à la menace du Front national, Laurent se prononce, de fait, pour un possible vote… UMP (2). Qui peut croire que ces arguments puissent convaincre celui qui subit depuis plus de trente ans la politique des gouvernements successifs au service de la classe capitaliste ?

 

Dernière remarque : Pierre Laurent en appelle à des convergences de tous ordres, y compris entre la coalition électorale qu’il veut constituer autour du Front de gauche et « la mobilisation intersyndicale et interprofessionnelle du 9 avril ».

 

De grâce, Pierre Laurent, ne mélangez pas tout ! Poursuivez, si vous le jugez utile, votre recherche de combinaisons électorales. Mais laissez les organisations syndicales qui ont pris l’initiative du 9 avril et les travailleurs qui, à tous les niveaux, s’emparent de cette perspective, agir par eux-mêmes.

 

Le 9 avril est clairement appelé sur les mots d’ordre de retrait du pacte de responsabilité et de la loi Macron. Il n’est appelé ni pour « infléchir » ces dispositifs ni pour voter pour le Parti socialiste ou l’UMP. Le 9 avril est appelé sur un terrain de classe, contre le gouvernement. Ce qui lui donne toute son importance : seule la lutte de classe unie des travailleurs avec leurs organisations est à même d’ouvrir la voie à une rupture effective avec l’Union européenne et le capital financier. Plus que jamais : « L’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ».

 

(1) Cette citation, comme les suivantes, est extraite de L’Humanité (16 mars).
(2) « Chaque fois que le danger existera (de l’élection d’un candidat FN — NDR), nous ferons barrage. »

 

SOURCE:

 

Commenter cet article