Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

ATTENTION CITOYENS ! on nous dit « sondages »…  L’apparition d’une miraculeuse majorité pro-gouvernementale

Selon un sondage (un de plus !) réalisé par l’IFOP pour le Journal du dimanche et diffusé le 5 avril 2015 sur le site du JDD - mais largement relayé par l’ensemble des médias nationaux - l’on veut nous faire croire qu’après le vote massif de rejet par les Français de la politique du Gouvernement, exprimé les 22 et 29 mars 2015 à l’occasion des élections départementales, il y aurait 6 Français sur 10 (la majorité !) qui ne veulent pas d’un changement de Premier ministre et qui souhaitent également que le Président François Hollande et son Premier Ministre, Manuel Valls, maintiennent le même cap politique et économique…

Ce sondage est lui-même contradictoire avec le sondage publié le 27 mars par le JDD - et commandé par ce même journal à l’IFOP, un peu avant le 2ème tour des départementales - qui avait fait apparaître, celui-là, que pour près des 2/3 des Français, le résultat du Parti socialiste du premier tour est assimilé à une sanction pour François Hollande (64%) et à un échec considérable du PS lui-même par 63% des Français…

Or le résultat du 2ème tour a conforté les résultats du premier dans le sens d’un désaveu encore plus net de la politique gouvernementale…

De qui se moque-t-on ?

Car c’est bien la politique de rigueur qui a été justement sanctionnée par le peuple les 22 et 29 mars : un électeur sur 2 s’est abstenu précisément parce que le Président de la République avait prévenu haut et fort qu’il ne changerait pas de ligne politique, ce qui fut une première forme de sanction.

La seconde sanction - et même « leçon » - c’est que le parti du Gouvernement, le PS, a subi un cuisant revers dès le 1er tour - qui devait être confirmé au 2ème tour – puisqu’il devient minoritaire sur l’ensemble des départements français en ayant perdu avec ses alliés (PCF, EELV et « divers gauche ») 28 départements qui basculent, selon la nomenclature électorale consacrée, de « gauche » à droite. Partie de 61 départements, la « gauche officielle » n’en dirige désormais plus que 34 (et encore en comptant Paris, la Guyane et la Martinique qui n’étaient pas concernés par ce scrutin) tandis que la droite passe de 40 à 67 départements.

Quelques défaites symbolisent la lourde défaite du couple Exécutif. La Corrèze, terre d’élection de François Hollande – et que le Parti socialiste avait conquis de peu en 2008 -, est passée à droite, l’UMP ayant remporté 13 cantons sur 19. L’Essonne, fief de Manuel Valls, Premier ministre, a basculé à droite…

Après un tel désaveu sans appel, comment peut-on croire décemment que les Français, pas moins d’une semaine après qu’ils se soient nationalement exprimés en grandeur réelle dans les bureaux de vote, pourraient émettre une opinion contraire à leur vote réel (celui-là) en déclarant ainsi implicitement à des sondeurs exonérer le Premier Ministre de ses responsabilités politiques et de son échec patent à la tête du Gouvernement ? Et comment, nos concitoyens pourraient-ils aussi subitement « sondagièrement » se déjuger et adhérer à la politique du triumvirat - Président Hollande/Premier Ministre Valls/Emmanuel Macron, Ministre de l’Economie et des Finances - qu’ils viennent de sanctionner dans les urnes en chuchotant à des sondeurs promus « greffiers » qu’ils ne leur demandent pas de changer de cap politique qui pourtant les plonge dans de grandes et graves difficultés quotidiennes ?

Alors, oui, vraiment, quel crédit accorder à un tel sondage ? Ce n’est pas parce que le Chef de l’Etat et son Premier Ministre ont décrété « on continue » qu’il faut aller leur chercher des alibis et des justifications dans un sondage si fort opportun prétendant incarner l’opinion des Français… Et ce n’est pas le rôle de la presse ni encore moins des « sondeurs » de re-légitimer un Gouvernement en chute libre après un tel désaveu populaire aussi net et cinglant…

On est là dans le déni du droit de suffrage auquel on substitue la « souveraineté du sondage » : « 6 Français sur 10 ont dit que… », alors que, probablement, comme dans tout sondage par la méthode des quotas, à peine un millier de Français ont été interrogés… Sans qu’on ne sache jamais très bien de quelle manière, dans quelles conditions, et selon quels biais…

 

Louis Saisi

 

SOURCE:

Commenter cet article