Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

Du rififi au Parti de Gauche en ce moment !
 
Nous faisons part ici d’une information politique qui nous semble importante. En effet, le point de blocage dans le débat politique en France quant à la question de la sortie de l’U.E, l’euro et l’OTAN, c’est que le Parti de Gauche (membre du Front de Gauche) en adoptant depuis sa création une position ambiguë quant à la restauration de la Souveraineté pleine et entière du peuple français, laissait jusque là un boulevard au Front National dont les us de communication portent notamment sur la sortie de l’euro dans les médias. Or, et c’est un débat généralement éludé y compris dans les rangs des eurocritiques, mais signifier être prêt à restaurer le franc, implique l’affichage ostensible d’un symbole propre à notre unité nationale.
 
 
Le nom d’une monnaie n’a strictement rien à voir avec les mécanismes assurant son fonctionnement. Le nom d’une monnaie relève pour ses usagers, du sentiment d’appartenance à une communauté politique distincte de toute autre pour des raisons de réalités historiques, politiques, linguistiques, culturelles, etc… Une monnaie est comme un drapeau, un hymne national ou un mythe populaire. C’est un symbole d’unité politique.
 
D’ailleurs, le franc en tant que monnaie nationale n’a en vérité pas disparu en changeant de nom pour s’appeler « euro », nous avons juste laissé des banquiers au comportement mafieux s’emparer du contrôle de la politique monétaire des pays soumis à l’euro, ce qui ne signifie pas que chacun des Etats concernés jouissent toujours d’une banque centrale, de la capacité d’émettre de la monnaie et fixer son cours ou instaurer un contrôle des mouvements de capitaux en quelques heures. L’euro est un panier de devises au même titre que les droits de tirage spéciaux du F.M.I, non une monnaie unique, ni même une monnaie commune. Et la zone euro n’est d’ailleurs pas une Zone Monétaire Optimale au sens des critères édictés par le prix Nobel d’économie Robert Mundell.
 
Aussi, lorsque les cadres du parti de Gauche à commencer par Jean-Luc Mélenchon refusaient d’être en phase avec les analyses formulées tant par eux-mêmes que les eurocritiques (et même les eurobéats) sur les graves vices de construction de l’Union européenne jamais il ne fut pourtant question d’en finir une bonne fois pour toute avec l’U.E, l’euro et l’OTAN dans les écrits du Front de Gauche. Le symbole politique de la restauration du franc n’était jamais redonné à la population. Ce qui laissait un boulevard pour le Front National en étant le seul sur les médias dominants à agiter cette question.
 
Mais les débats sur les réseaux sociaux, les interconnexions entre les courants eurolucides avec l’influence du transfuge M’pep Aurélien Bernier au Parti de Gauche, ainsi que de gens comme Jacques Sapir ou encore Frédéric Lordon semblent avoir achevé la mue idéologique des sympathisants du Parti de Gauche, ce qui va devoir imposer aux cadres de cette formation politique de changer de discours. Nous vous présentons ici la copie d’un courriel par l’une de nos sources permettant de comprendre ce qui est actuellement en train de se dérouler au sein du Parti de Gauche :
 
le PG est en cours de vote interne sur deux textes : le premier émanant de la direction (trois plate-formes fusionnées) intitulée « Tout est possible », l’autre que je soutiens étant orientée sur la rupture avec l’UE, l’euro, et revendiquant la nation intitulée « Clarté et Courage politique » (fusion de deux plate-formes).
 
L’originalité de l’affaire est de plusieurs ordres :
 
1/ D’abord, la plateforme du Bureau national et son Secrétariat national a dû se résoudre dans son texte à accepter l’éventualité d’une rupture avec l’UE, sous la forme d’un plan A et plan B (le véritable plan), sur la base d’une demande insistante du responsable de la commission « économie », Guillaume Etiévant. Il semble appuyé par un responsable parisien, ex-POI. C’est aussi le reflet d’un rapport de force interne au PG du fait de la seconde plate-forme, plus franche sur la question.
 
2/ Ensuite, la direction est en situation de crise aiguë, entre les partisans du Mouvement pour la VIe république et tout ce qui prendra forme électoralement parlant avec des alliances en tous genres portées par le « bas » (associations, partis EELV-PG, etc.) initié par Mélenchon et ses proches (Corbières, Guarrido, etc.) et ceux qui souhaitent n’injurier l’avenir sur rien, ni sur le FdG, ni sur les « Chantiers d’avenir », ni sur ces fameuses Assemblées citoyennes qui pourraient se recréer sur une base anti-austéritaire minimaliste (Coquerel, Billard, etc.).
 
3/ Le Pg va au-devant d’une grave crise de direction. En effet, non seulement  la seconde plateforme a réussi la prouesse d’obtenir les 20 % des membres du Conseil national présents dans du jour J, mais elle est en passe d’obtenir la majorité des voix des militants dans les comités PG ! Il reste une semaine de vote. Actuellement, les résultats nous donnent gagnants à 53 %. C’est une situation totalement inattendue et traduit une dislocation souterraine du PG. En effet, le 2e élément important, le plus important même, c’est le nombre de votants qui se monte à moins de 1 000 !
 
Ainsi, non seulement le BN est en train de perdre, mais le PG se retrouve avec moins d’un millier de militants ayant voté.
 
Je t’envoie ici les deux plateformes, celle que je soutiens ne casse pas trois pattes à un canard. J’ai même de sérieuses divergences de stratégie avec le texte. mais, les connaissant, je sais qu’il tienne absolument à la rupture avec l’UE, l’euro, et tout ce qui est politiquement correcte. Ils sont sur les idées de Sapir, Lordon, etc.
 
4/ Tu remarqueras que tout le monde fait désormais référence aux accords de La Havane.
 
En résumé, quelque chose se décante dans le PG. Qu’en sortira-t-il ? C’est difficile à dire, car le niveau politique est très bas. Il reste tout de même qu’un pôle important du PG est désormais sur notre ligne commune par rapport à l’UE, l’euro et la nation. Sauront-ils s’organiser et rester ensemble sans s’épuiser et finir par partir dans la nature ? Trop tôt pour le dire.
 
« Poil à Gratter ! » vous retranscrit ici une partie de la motion ayant actuellement la majorité votes des membres du Parti de Gauche :
 
1.2) La Révolution citoyenne
 
Le changement de régime
 
Nous revendiquons une nouvelle République donnant le pouvoir au peuple, en convoquant une Assemblée constituante pour établir une démocratie réelle, s’appuyant notamment sur le non-cumul des mandats, le contrôle citoyen sur les élus, et à la garantie de la souveraineté de la nation sur les ressources naturelles et les biens communs.
 
Le référendum d’initiative populaire
 
Le référendum d’initiative populaire permettra à la majorité sociale d’effectuer une véritable Révolution citoyenne, que ce soit pour révoquer les élus ou pour proposer une loi. Tous les domaines doivent être ouverts à l’intervention directe des citoyens, à commencer par la Constitution elle-même (référendum constituant), les lois ordinaires qui doivent pouvoir être proposées (initiative législative) ou abrogées (référendum abrogatif), ainsi que les traités internationaux qui doivent pouvoir être ratifiés (avant entrée en vigueur) ou dénoncés par le moyen du référendum.
 
La souveraineté populaire partout
 
Mais la souveraineté populaire ne se conquiert pas uniquement en agissant sur les institutions. Elle doit également s’exercer dans tous les domaines de la vie, de la Justice à l’entreprise, en passant par les médias. La Justice doit être entièrement refondée pour disposer de plus de moyens et être mise sous contrôle des citoyens. Dans l’entreprise, nous demandons l’abrogation de toutes les lois qui ont amputé le Code du travail et la création de nouveaux droits. Par exemple, les représentants des salariés doivent participer à l’élaboration du budget de l’entreprise et disposer d’un droit de veto sur les décisions stratégiques. Ceci permettra de préparer l’appropriation de l’outil de production par les salariés. Les entreprises qui font des bénéfices auront interdiction d’effectuer des licenciements économiques.
 
Libérer les médias
 
Le secteur des médias est largement influencé par l’idéologie libérale dominante, car la quasi-totalité des journaux, radios et chaînes de télévisions sont détenus par une poignée d’hommes d’affaires, de financiers et d’industriels (Bouygues, Lagardère, Dassault…). Nous briserons leur mainmise sur l’information et favoriserons des médias citoyens et indépendants, tout en créant un pôle public assurant un droit à l’information de qualité, géré par une instance élue et indépendante du pouvoir et du capital.
 
1.3) La conquête de la souveraineté nationale
 
Pour appliquer notre programme, nous devons donner les moyens au peuple français de conquérir sa souveraineté à tous les échelons, et notamment au niveau de l’État-Nation qui constitue le lieu d’exercice de la démocratie.
 
Contre les réformes territoriales
 
Nous nous opposons au démantèlement du triptyque territorial hérité de la Révolution française : commune, département, État-Nation. Les réformes territoriales successives éloignent de manière méthodique les citoyens des lieux de décision et des élus, et doivent donc être abrogées.
 
Un protectionnisme solidaire
 
L’État-Nation français doit redevenir maître de sa monnaie et de ses frontières économiques. Le PG doit donc préparer un plan détaillé de contrôle des capitaux et de protectionnisme solidaire. Nous instaurerons des mesures protectionnistes ciblées afin de redynamiser notre tissu industriel, bloquer les produits issus du dumping social ou environnemental et encourager les productions solidaires. En effet, la mondialisation est l’instrument des classes dominantes pour imposer aux populations, surtout des pays développés, la baisse des salaires et la disparition des acquis sociaux.
 
Clarifier notre position sur l’UE
 
Le PG doit assumer que son programme, y compris sous sa forme actuelle, est incompatible avec les traités de libre-échange et en particulier ceux constituant l’Union Européenne. Pour pouvoir appliquer notre programme, il faut donc se tenir prêt à toutes les éventualités. Mais la menace de quitter l’Union Européenne ne sera crédible que si le PG prépare et diffuse dans la population un plan détaillé de sortie, qui sera discuté publiquement avec les intellectuels eurocritiques. Comme nos camarades de Syriza l’expérimentent en ce moment même, il est impossible d’imposer le moindre rapport de force sans plan de sortie crédible et détaillé.
 
Si le cadre de l’Union Européenne nous place dans l’incapacité d’appliquer notre mandat populaire, il faudra alors sortir de l’euro et de l’UE. Cette décision sera soumise à un référendum car elle nécessite le plus large soutien populaire possible. Dès maintenant, le PG doit donc préparer les esprits à cette éventualité par une campagne nous identifiant clairement auprès de la population et dédramatisant l’hypothèse d’une sortie, sans pour autant en faire une fin en soi. En effet, l’objectif reste l’application de notre programme.
 
Une perspective internationaliste
 
Dans tous les cas, une sortie de l’UE ne nous isolerait pas, car nous proposerons à tous les pays qui le souhaitent de s’allier avec nous sur la base de nos souverainetés respectives. Nos partenaires privilégiés seront les gouvernements au service de leur peuple, notamment ceux issus des révolutions citoyennes d’Amérique latine, et nos partis frères (Syriza, Podemos, Sinn Fein, Front Populaire Tunisien, Alianza Pais, etc.). Nous établirons des alliances diplomatiques avec les pays des BRICS, sans pour autant cautionner leurs régimes politiques.
 
Lutter contre l’impérialisme
 
Pour justifier les guerres impérialistes, notre système médiatico-politique développe la théorie du « choc des civilisations » qui opposerait « l’Occident » à la Russie, à la Chine ou à un supposé « monde musulman ». Cette théorie est d’autant plus absurde que les monarchies wahhabites du Golfe sont les meilleures alliées des puissances dites « occidentales ». La France doit sortir de l’OTAN et redevenir une puissance indépendante des Etats-Unis d’Amérique qui déclenchent une intervention militaire en moyenne tous les deux ans depuis 1945. Nous revendiquons clairement le boycott de l’État d’Israël pour le contraindre à se soumettre au droit international (campagne BDS pour la Palestine), ainsi que la rupture des relations avec les monarchies du Golfe (Arabie Saoudite, Qatar…) qui financent à la fois nos dirigeants politiques et le terrorisme.
 
Souverains dans notre pays, nous serons également respectueux de la souveraineté des autres en effaçant les dettes des pays en développement et en abolissant toute politique néo-coloniale. Nous proposerons une coopération privilégiée aux pays de la Francophonie. Nous proposerons une refonte de l’ONU sur des bases internationalistes – par exemple en appliquant la Charte de La Havane.
 
1.4) Une République pour former des citoyens égaux
 
La laïcité
 
Le capitalisme n’est pas uniquement responsable de la crise écologique et sociale, mais également de la crise culturelle, avec la montée de l’individualisme et des communautarismes. Seule réponse possible : la France doit devenir une République laïque sur l’ensemble de son territoire, en garantissant la liberté de conscience, la stricte égalité des droits et l’orientation de la puissance publique vers l’intérêt général. C’est ainsi que la République pourra lutter contre toutes les formes de discrimination. La laïcité commence par la fin des subventions aux écoles et crèches confessionnelles et par la rupture des relations inappropriées entre l’État et les organisations communautaires. Il est par exemple inacceptable que le gouvernement appuie des lobbys communautaires comme le CRIF ou l’UOIF.
 
Lutter contre le racisme
 
De manière générale, nous combattons toutes les formes de racisme et de discrimination, et notamment la stigmatisation des classes populaires véhiculée par les médias. La République doit réaffirmer sa lutte contre toutes les inégalités en prenant des mesures fortes au sein de l’entreprise comme de la société. La France doit également redevenir une terre d’accueil des migrants. Pour cela, nous proposons de restaurer le droit d’asile, de mettre en place un titre de séjour unique de 10 ans, d’assurer l’égalité des droits sociaux pour tous, de procéder à la fermeture des CRA et des zones d’attente. Enfin le droit de vote des étrangers sera instauré.
 
Lutter contre le sexisme
 
Nous combattrons résolument les clichés sexistes véhiculés par les médias et la publicité. Cette violence symbolique constitue le terreau des violences physiques que subissent quotidiennement les femmes, que ce soit les différentes formes de harcèlement, les agressions sexuelles (75 000 viols sont perpétrés chaque année), la violence au sein du couple (tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son compagnon) ou la prostitution. Notre féminisme passe aussi par le refus de toutes les formes de marchandisation du corps, par exemple la GPA.
 
L’école comme creuset républicain
 
Face à la crise culturelle du capitalisme, nous devons réaffirmer que nos mesures écosocialistes vont de pair avec notre vision de la laïcité et de l’éducation. L’école doit servir de « creuset républicain », afin d’apprendre aux enfants l’égalité et l’esprit critique, et pour relancer l’ascenseur social. Ceci nécessite une hausse considérable des moyens, avec le rétablissement des heures perdues à l’école primaire en français, en mathématiques et en histoire. Tous les écoliers devraient apprendre l’histoire de la Révolution de 1789, de la Commune de Paris et du Conseil national de la Résistance. Ce creuset républicain pourra être complété par un service national mixte et rémunéré, dont la forme reste à déterminer.
 
Ces propositions constituent la base de notre programme. Elles seront servies par une stratégie audacieuse développant de nouvelles manières de militer, avec pour objectif de détrôner l’idéologie dominante.

 

SOURCE: POIL à GRATTER

Commenter cet article

CHAUVINEAU JEAN - MARC 28/04/2015 11:22

CET ARTICLE ME PLAIT ET A LE MÉRITE DE COMMENCER A ÉCLAIRER NOTRE AVENIR. LE VRAI RETOUR A LA SOUVERAINETÉ SEMBLE ETRE SUR LES BON RAILS. SI LE F.N PROGRESSE, C'EST EN PARTIE PARS QUE NOUS LUI AVONS TOUT ABANDONNÉ, LES IDÉES ,LES TRACTS ET LE VRAI PEUPLE TRAVAILLEUR. OUI, IL FAUT SORTIR DU PIÈGE DE LEUR U.E, DE L'EURO, DE L'OTAN.. REVENIR COMME NOUS ÉTIONS AVANT...1982!