Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

L’ARABIE SAOUDITE forme une coalition et bombarde sans relâche le YÉMEN [RUPTURES]

Depuis le 26 mars à l’aube, le Yémen est bombardé sans relâche par l’aviation saoudienne. Ryad a pris la tête d’une coalition de dix pays arabes – qui inclut notamment l’Egypte, le Soudan, la Jordanie, les Emirats, le Qatar, le Maroc… Objectif : peser sur l’issue des conflits qui déchirent ce petit pays qui occupe une position particulièrement stratégique entre la Mer Rouge et le Golfe d’Aden. Les Etats-Unis ont annoncé ne pas engager de forces combattantes, mais ont cependant établi un « centre de planification conjoint » avec l’Arabie saoudite.

La capitale Sanaa est particulièrement la cible des bombardements, de même que plusieurs bases militaires et aéroports, notamment celui d’Aden. Mais dès le premier jour de l’opération, treize victimes civiles ont péri lors des opérations aériennes. Depuis, les « dégâts collatéraux » se multiplient. Aujourd’hui encore (30 mars), au moins quinze personnes ont été tuées et trente autres blessées dans un raid qui a touché un camp de déplacés dans la province de Hajja (nord-ouest).

Les dirigeants saoudiens entendent stopper la progression de la milice rebelle « houthiste », originaire du nord du pays, et qui jouit d’une réelle sympathie notamment parmi les populations du nord, exaspérées par l’immobilisme et la corruption du pouvoir qui était en place à Sanaa. Ladite milice avait pris le contrôle de la capitale en septembre 2014, et était désormais en passe de s’emparer d’Aden, la métropole du sud. Le président en titre, qui s’était réfugié dans cette ville, a pris la fuite et s’est réfugié à Ryad. Installé au pouvoir à la faveur de subtiles négociations qui avaient suivi le « printemps arabe » de ce pays en 2012, Abd Rabo Mansour Hadi n’a jamais joui d’une réelle légitimité.

Outre le « président » Hadi, les houthistes combattent les forces sunnites djihadistes telles qu’Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA), voire désormais la filiale locale du groupe Etat islamique (EI). Mais ils sont discrètement soutenus par Ali Abdallah Saleh, président de 1978 à 2012, malgré leur ancienne opposition.

Les rebelles houthistes, d’obédience chiite, sont accusés par l’Arabie saoudite d’être alliés à l’Iran – d’où la réaction de Ryad, qui se sent défiée à sa frontière sud (où vivent également des populations chiites).

Un sommet de la Ligue arabe qui s’est tenu dimanche en Egypte a appuyé l’opération saoudienne. Le porte-parole de la coalition a martelé que les « opérations contre les miliciens chiites allaient s’accentuer au cours des prochains jours »« L’objectif final de l’opération est de réinstaller un gouvernement légitime » a précisé sans rire un porte-parole de la coalition, qui a promis que les bombardements continueraient aussi longtemps que nécessaire, même si cela doit durer « six mois ».

En 2011, l’Arabie saoudite, avec la participation d’autres pays du Golfe, avait déjà envoyé ses forces de sécurité pour écraser dans le sang un mouvement populaire à Bahreïn. Quelques jours avaient suffi pour rétablir le pouvoir sunnite, mis en cause par la majorité de la population, chiite – et déshéritée. Avec le Yemen et sa grande complexité géographique et tribale, le défi pourrait être bien plus difficile.

Une puissance qui bombarde son petit voisin à la faveur d’affrontements internes, moyennant des dizaines de victimes civiles ; et qui proclame qu’elle mobilise 150 000 hommes pour une éventuelle intervention terrestre… On imagine déjà l’indignation de l’Union européenne, les déclarations sans appel de Bruxelles, les diplomates qui préparent de premières vagues de sanctions.

On se calme, on se calme. La douce Arabie saoudite, terre d’élection de la démocratie et des droits de l’Homme, n’est évidemment pas comparable à l’empire menaçant du sanguinaire Poutine.

A cette heure, il n’y a donc pas eu le moindre communiqué public, fût-ce du concierge de la Commission.

SOURCE:

 

Commenter cet article