Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

RÉFORMES en GRÈCE: l’eurogroupe en veut toujours plus [RUPTURES]

Le gouvernement grec a soumis hier (1er avril 2015) une énième version du plan de réformes exigé par l’ex-Troïka (rebaptisée « groupe de Bruxelles »). Le document – qui n’a rien d’un poisson d’avril – a été présenté au groupe de travail composé des directeurs du Trésor des pays membres de la zone euro (« euroworking group »). Cette instance « technique » est censée préparer le travail de l’eurogroupe, composé, lui, des ministres des finances.

Sa teneur a été dévoilée par le quotidien britannique Financial Times. Athènes propose désormais d’augmenter ses recettes d’un montant situé entre 4,6 et 6,1 milliards, à travers la lutte contre l’évasion et la fraude fiscales ainsi que contre des trafics en tout genre (notamment sur les carburants), et la mise en place de taxes touchant les contribuables les plus aisés. Une augmentation de la TVA sur certains produits est également envisagée.

Parmi les autres mesures figurent la mise en place d’une « banque de défaisance », pour isoler les créances irrécouvrables et soulager quelque peu les banques grecques en difficultés, de même que la poursuite de privatisations à hauteur de 1,5 milliard, un niveau cependant inférieur à celui accepté par le précédent gouvernement (4 milliards). Moyennant cela, le gouvernement d’Alexis Tsipras table sur un « surplus primaire » (excédent budgétaire avant paiement des intérêts de la dette) de 1,2% cette année.

Si ces « efforts » vont dans le sens exigé par la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le FMI, tout indique que ces derniers les jugent encore « insuffisants ». Le 20 février dernier, Athènes avait accepté le principe de ne décider d’aucune mesure sans le consentement préalable de l’UE, et d’engager des réformes qui allègent le déficit public. Le gouvernement nouvellement élu pouvait cependant choisir entre les réformes possibles, pour peu que le but fixé par les dirigeants européens soit respecté. En échange, l’eurogroupe avait acté le principe du déblocage de la dernière tranche (7,2 milliards) des crédits accordés via le deuxième plan de renflouement du pays.

Depuis cette date, les « partenaires » européens d’Athènes ont jugé les plans grecs proposés insuffisants ou insuffisamment précis. Or la situation du Trésor grec est particulièrement tendue. Rien qu’en avril, celui-ci doit rembourser des échéances de dette pour plus de 800 millions, et renouveler près de 2,5 milliards d’obligations. Dans les quatre prochains mois, c’est 16 milliards d’euros qui seront à rembourser.

Le ministre de l’Intérieur a même affirmé que, faute de déblocage de la dernière tranche de prêt européen, le pays pourrait ne pas faire face à l’heure à toutes ses obligations. Les services du premier ministre ont immédiatement démenti.

Mais rien n’y fait : l’eurogroupe conditionne son feu vert à une liste de réformes plus drastiques (salaires, retraites, privatisations, code du travail…) sur lesquelles le parlement grec se serait engagé. Alors qu’une ultime décision devait être arrêtée le lundi 30 mars, les discussions techniques se prolongent. Les membres de l’eurogroupe n’ont prévu une prochaine réunion que le 24 avril.

Tant que le gouvernement grec proclame qu’il entend rester au sein de la zone euro, il reste sous la pression de ses pairs. Et les traités européens donnent à ces derniers un rapport de force qui leur est particulièrement favorable. Reste à savoir jusqu’à quel point ils sont décidés à asphyxier les finances grecques sans prendre le risque de déclencher une nouvelle crise de l’euro. Pour des raisons plus politiques qu’économiques, Bruxelles et Berlin sont évidemment décidés à empêcher coûte que coûte une sortie de l’euro de la Grèce.

Les prochaines semaines seront décisives.

 

SOURCE:

RÉFORMES en GRÈCE: l’eurogroupe en veut toujours plus [RUPTURES]

Commenter cet article