Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

YÉMEN : Grandes manœuvres pour l’hégémonie régionale

L’une des caractéristiques de l’opération dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen, est le nombre et la taille des pays engagés dans la coalition.

Les Saoudiens contribuent à hauteur de 100 avions de chasse, 150.000 soldats et quelques unités navales, le Bahreïn déploie 15 avions de chasse, imité par le Koweït. Le Qatar engage quant à lui 10 avions de chasse et la Jordanie 6. Même le Soudan a promis d’envoyer trois avions. L’Égypte déploie un nombre non défini d’unités navales et aériennes, et annonce que des forces seront envoyées sur le terrain «si nécessaire». En comparaison, les contributions aux actions engagées contre l’Etat islamique en Syrie sont dérisoires.

Pourquoi cette opération de guerre qui a déjà fait son lot de dizaines de morts civils? L’Arabie Saoudite, sunnite, ne veut pas laisser s’installer au Yémen un pouvoir proche de l’Iran chiite. Un député iranien disait « Nous sommes déjà au pouvoir à Damas, Beyrouth et Bagdad ». Or le Yémen (25 millions d’habitants) situé au sud de l’Arabie Saoudite, est frontalier avec elle ; il est en proie à une guerre civile et une rébellion chiites Houthis tente d’instaurer à Sanaa un régime que l’Arabie Saoudite considère à la botte de Téhéran, dans ce pays frontalier du royaume saoudien.

Ingérence scandaleuse dans un pays indépendant, souvenons nous des cris d’orfraie de la « communauté internationale » lors de l’intervention militaire irakienne au Koweït, intervention qui provoqua la première guerre du Golfe, l’intervention des bombardiers et des soldats saoudiens et les canonnades de la flotte de guerre égyptienne contre les rebelles chiites semble laisser le monde indifférent.

Les États-Unis jouent un rôle ambigu gardant deux fers au feu. D’un côté la vieille alliance avec les Saoud, de l’autre la volonté de normaliser les relations avec l’Iran et retrouver avec ce nouveau « partenaire » iranien, la place qui était la sienne du temps du règne des Pahlavi. Équation délicate pour l’impérialisme d’autant que certains cercles du pouvoir américain sont réservés sur cette stratégie et souhaitent en rester aux alliances traditionnelles entre USA, Arabie Saoudite et Israël. La réception de Netanyahou au Congrès en est un signe.

Reste que ces guerres locales pour l’hégémonie régionale font le jeu à terme de la stratégie impérialiste d’émiettement du Proche-Orient, de transformation des luttes sociales et de libération nationale en guerres de religions afin de permettre à l’impérialisme de conserver l’arme du pétrole, sa position géostratégique et sa maîtrise des sources d’énergie, éléments clefs de sa lutte contre la Russie et la Chine et sa volonté d’hégémonie mondiale.

 

Antoine Manessis

commission « International » du PRCF

 

SOURCE:

Commenter cet article