Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

19 Mai… Éducation, hôpitaux, poussée de fièvre sociale… [éditorial d’INFORMATIONS OUVRIÈRES]

L’ÉDITORIAL d’INFORMATIONS OUVRIÈRES
par Daniel Gluckstein,
Secrétaire national du
POI

« Education, hôpitaux, poussée de fièvre sociale. » « Appel à la grève mardi dans les collèges puis jeudi aux hôpitaux de Paris. » « Le gouvernement cherche à éviter tout risque de contagion. » Les titres des Echos, ce 18 mai, traduisent une indiscutable inquiétude. Une inquiétude que la spécialiste des questions sociales de ce quotidien tente de tempérer, assurant que toute tentative de « donner une suite à la mobilisation commune contre l’austérité du 9 avril » est vouée à l’échec.

A l’appui de cette affirmation, elle cite un « politologue » : « 1995, 2003, 2010 : au cœur des grands mouvements sociaux de ces vingt dernières années, était toujours posée la question du gouvernement d’après. Aujourd’hui, c’est un frein, car quel peut être le gouvernement d’après ? »

C’est ce qui s’appelle se rassurer à bon compte. De mémoire de militant, les grandes luttes de classe de 1995, 2003 et 2010 n’ont pas été « boostées » par la perspective d’un possible changement pour un « gouvernement d’après » (présidé par Jospin, Ségolène Royal ou Hollande) ! S’il y a bien un résultat de « l’alternance » qui a marqué les trente dernières années, c’est qu’elle a définitivement convaincu les travailleurs qu’il n’y a aucun changement de politique à attendre dans le cadre des institutions de la Ve République et de l’Union européenne — auxquelles ont prêté allégeance tous les dirigeants de tous les partis institutionnels, de droite comme de gauche. D’où l’abstention grandissante d’élection en élection.

C’est pourquoi, précisément, les luttes de classe qui mûrissent contre le gouvernement Hollande-Valls mettent à l’ordre du jour la nécessité de balayer ces institutions (1).

Qu’il s’agisse du retrait du pacte de responsabilité et de la loi Macron, ou du retrait de la réforme de Najat Vallaud-Belkacem et de la loi Touraine, toutes les revendications avancées dans les luttes de classe en cours posent dans leur contenu concret la nécessité de la rupture avec le cadre institutionnel imposé par le capital financier à travers l’Union européenne.

Le mouvement même de la lutte de classe ouvrira la voie à des solutions politiques rompant avec ces institutions. Il ouvrira la voie à un autre gouvernement, à d’autres institutions, par lesquelles la majorité du peuple travailleur imposera une réponse conforme à ses aspirations et à la démocratie.

Voilà pourquoi la sage observatrice des Echos devrait faire preuve de plus de prudence… Ce 19 mai, la grève est massive dans les lycées et les collèges du pays.

 

(1) A propos de l’Union européenne, citons le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, répondant, dans Le Monde (13 mai 2015), à la critique selon laquelle « les Européens vous reprochent de ne pas aller assez vite, assez loin dans les réformes ». « C’est faux », proteste Iatseniouk, qui argumente : « L’Union européenne a reconnu officiellement (…) que l’ampleur des réformes que nous menons était satisfaisante. Trouvez-moi un seul pays qui a fait autant dans des conditions aussi dures (…). Nous avons renvoyé l’année dernière 10 % des fonctionnaires. Nous allons en renvoyer 20 % cette année. Nous avons gelé les salaires et les retraites. Nous avons multiplié par six les tarifs des services communaux. » Ainsi s’exprime un bon élève de Bruxelles…

 

SOURCE: 

Commenter cet article