Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Après la victoire de la droite ultra-libérale, ce que l’on ne vous dit pas sur les élections britanniques

ROYAUME UNI : LA DROITE ULTRA-LIBÉRALE L’EMPORTE MAIS…

Lors des dernières élections au Royaume uni, le parti conservateur obtient semble-t-il la majorité absolue des sièges aux Communes.

Un mot sur le mode de scrutin uninominal à un tour: L’électeur doit choisir un candidat parmi plusieurs. On compte alors le nombre de voix obtenues par chaque candidat. Celui qui recueille le plus de voix (majorité relative) remporte les élections : résultat vous pouvez avoir la majorité des sièges sans avoir la majorité des voix. Tous les dispositifs électoraux bourgeois cachent ainsi des perles démocratiques….

Reste qu’il faudra étudier ce que donne cette victoire en voix.

 

Nous pouvons cependant tirer à chaud quelques indications : nos deux têtes de gondole, le conservateur Cameron et le travailliste Miliband, ont certes des différences mais les Britanniques ont du avoir du mal à différencier, ailleurs que dans les marges, de réels clivages entre les deux postulant à la location du 10 Downing Street.

La mutation du parti travailliste traditionnel, la rupture avec ses liens avec les Trade-unions (le mouvement syndical), son atlantisme et son adhésion totale à l’UE qui en font un parti bourgeois centriste, a finalement affaibli le parti « rénové » c’est-à-dire muté par Tony Blair. A force de se « recentrer », se droitiser les parti sociaux-démocrates perdent leur raison d’être et leur espace sociologico-politique. Manuel Valls devrait y songer, de même que Renzi en Italie. Car figer et verrouiller un jeu politique à deux partis bourgeois implique, comme aux États-Unis, un substrat idéologique, social, politique bref une histoire qui n’est pas celle de la France, de l’Italie ou même de la Grande-Bretagne.

 

Le conservateur avait même un atout dans sa manche: un projet de référendum sur l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’Union Européenne. Certes cette promesse embarrasse Cameron, les milieux d’affaires sont vent debout contre une telle perspective, mais cela n’a pu que jouer favorablement aux yeux des électeurs britanniques.

Autre aspect à souligner, le fait que l’Écosse, qui était un bastion travailliste, ait basculé du côté du SNP indépendantiste, celui raflant la quasi totalité des sièges de cette région privant ainsi le parti travailliste d’une soixantaine de sièges.

 

Il faudra encore donc étudier de prêt les votes par régions et par classes sociales pour avoir une véritable ideé des rapports de forces politiques en Grande-Bretagne. Ces élections ne règlent rien dans un pays brisé par le Thatchérisme et une arrogante domination de classe et son cortège d’inégalités inouïes, le pays où le duc de Westminster, Gerald Grosvenor, possède autant (7,9 milliards de livres, soit 9,4 milliards d’euros) que les 10% de ses concitoyens les plus pauvres.Les cinq familles les plus riches du Royaume-Uni possèdent autant que les 12,6 millions de Britanniques les plus pauvres. Leur richesse cumulée, 28,2 milliards de livres (33,7 milliards d’euros) correspond au patrimoine des 20% de la population du pays au bas de l’échelle sociale.

 

«La Grande-Bretagne est en train de devenir une nation profondément divisée, où une riche élite voit ses revenus s’envoler tandis que des millions de familles n’arrivent pas à joindre les deux bouts, commente Ben Phillips, directeur de l’action publique à l’association caritative Oxfam*. Ce n’est pas un signe de réussite économique mais un échec. Loin d’être inévitable, c’est le résultat de choix politiques qui peuvent être modifiés.»     –   En effet.

AM

(*) chiffres du Figaro 17/03/2014.

SOURCE:

 

Après la victoire de la droite ultra-libérale, ce que l’on ne vous dit pas sur les élections britanniques

Commenter cet article

M
Merci pour ces infos.
Quelle horrible situation politique.
Celle de la France n'est guerre meilleure malheureusement mais nous avons pour ainsi dire encore quelques années de retard.
Les médias de masse et l’éducation chaque jour un moins bonne semblent remplir de fruits dans le panier des néoconservateurs.
Répondre