Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

Washington espionnait Bruxelles et Paris grâce à Berlin ?

le 

 

Le scandale ne cesse de s’amplifier en Allemagne. Au centre de la tempête : le service d’espionnage fédéral, le BND. Depuis quelques jours, les révélations se multiplient sur la très étroite collaboration de celui-ci avec ses homologues américains. La question qui hante désormais la classe politico-médiatique est de savoir jusqu’à quel degré la chancellerie – et la chancelière allemande elle-même – était au courant de ces agissements, et de leur portée. Tout indique que celle-ci pouvait difficilement être tenue dans l’ignorance des basses œuvres des « services ».

Il est établi qu’au début des années 2000, les autorités américaines avaient passé un accord avec le BND : l’exploitation du très puissant et très sophistiqué centre d’écoute situé à Bad Ailing (Bavière) a été transférée de la NSA au BND en 2004 (Washington avait établi ce centre d’espionnage en 1947, dans le contexte de la guerre froide). En échange, les services allemands s’engageaient à fournir toutes les informations – des millions de données issues des écoutes diverses – à leurs collègues d’outre-Atlantique.

Les citoyens et les entreprises de RFA n’ont nullement été épargnés, en infraction totale avec la loi allemande. Parmi les données qui intéressaient particulièrement Washington : les secrets du consortium franco-allemand Airbus, de même que de la société Eurocopter.

Or le quotidien Bild révélait il y a quelques jours que le BND avait bel et bien tenu au courant la chancellerie des ces pratiques illégales. Illégales et paradoxales : car des informations portant sur des intérêts jugés essentiels pour le pays ont bien été demandées et obtenues par Washington.

C’est ce qu’a établi une commission d’enquête parlementaire, créée à la suite du scandale Snowden : l’ex-prestataire de la NSA – aujourd’hui traqué par la justice américaine, et réfugié en Russie pour échapper à la vengeance de Washington – avait multiplié les révélations, y compris celle concernant l’écoute par les services américains du… propre portable d’Angela Merkel.

Celle-ci se retrouve donc dans une situation pour le moins délicate, puisqu’elle est susceptible d’avoir couvert des activités mettant en cause les intérêts de son propre pays, au profit de l’allié atlantique.

Cerise sur le gâteau, l’édition datée de ce jour (30 avril) du quotidienSüddeutsche Zeitung apporte de nouvelles informations : le BND aurait également espionné l’Elysée, le ministère français des Affaires étrangères, de même que la Commission européenne…

On peine à imaginer ce qui serait advenu si l’on avait appris que ce n’était pas Washington, mais Moscou, qui organisait la fuite et la récupération des petits et grands secrets de Bruxelles ou Paris. Ce n’est même plus de « sanctions » qu’il aurait été question, mais de représailles… Qui sait si l’on n’eût pas frôlé une troisième guerre mondiale.

Par chance, toutes ces petites perfidies sont restées entre amis…

SOURCE:

Commenter cet article

laville 01/05/2015 14:57

quand nos dirigeants savent que les usa nous espionnes et qu il ne font rient c est de la haute trahissons