Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

GRÈCE: la CGT dans la CES, là où le bât blesse!

La CES vient de se fendre d'un communiqué concernant la situation en Grèce.

Certes elle condamne les politiques d'austérité infligées au pays et elle se prononce pour une restructuration de la dette.

Mais comment faire autrement devant le désastre humanitaire que personne ne peut nier.

Mais c'est aussitôt pour s'inquiéter de l'avenir de la zone euro et se prononcer pour une solution consistant à garder la Grèce dans cette zone.

Mais précisément ce qui se passe en ce moment même n'est-il pas la démonstration qu'il n'y a pas de solution satisfaisante pour les travailleurs dans le respect de ce sur quoi ils se sont prononcé démocratiquement dans le cadre des traités européens et dans l'appartenance à la zone euro?

Le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker affirmant sans être démenti qu' "il n'y a pas de démocratie contre les traités européens".

L'appartenance à l'Union européenne et à la zone euro exposant - même ceux qui souhaitent sortir de l'austérité- au chantage permanent et des institutions et des marchés financiers à l'asphyxie monétaire s'il n'est pas consenti aux dites "réformes structurelles" : baisse des pensions, licenciement de fonctionnaires, coupes sombres dans les dépenses de santé, privatisations ...

Tout ce que la troïka réussit au final à imposer!

La direction confédérale de la CGT en se contentant sur son site de reprendre sans commentaire et sans analyse indépendante le communiqué de la CES contribue à semer des illusions à propos de l'europe sociale et ne prépare pas le monde du travail à engager les combats lucidement pour effectivement sortir de la crise et de l'austérité.

Par ailleurs en spécifiant que la sortie de la Grèce de l'union européenne serait dangereuse " pour la stabilité géopolitique du sud-est de l’Europe", la CES souligne son appartenance politique au bloc occidental dominé par les Etats-unis contre les pays émergents qui contestent l'hégémonie atlantiste.

Autant dire que la CES et les organisations syndicales qui en font partie légitiment par leur silence, ET les tentatives d'étranglement et de déstabilisation de tous les pays et mouvements qui visent à s'émanciper de cette tutelle ET les guerres d'agression qui résultent de cette volonté hégémonique.

Il est grand temps que dans la CGT et le mouvement syndical s'ouvre un véritable débat sur les conditions de sortie de la crise et sur l'indépendance du mouvement syndical à l'égard du bloc atlantiste, dont on voit bien avec les révélations à propos de l'espionnage de la NSA, qu'en dehors du chef de file, il ne tolère que des vassaux.

 

_____________________

Déclaration de la CES sur la Grèce

 
Adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion des 17-18 juin 2015

 

La Confédération européenne des syndicats (CES) exprime sa solidarité avec ses affiliés en Grèce, GSEE et ADEDY, avec les travailleurs et citoyens grecs, à un moment où les risques pour leur pays et pour ses habitants sont majeurs.

Les politiques d’austérité ont amené une profonde crise sociale et humanitaire.  Les programmes d’ajustement imposés par les institutions de la troïka devaient permettre d’apporter une solution à la crise de la dette.  Au lieu de cela le ratio dette sur PIB a empiré;  le résultat est que la dette est insoutenable.  Une restructuration de la dette devrait faire partie de la solution.  L’incertitude sur l’avenir de la zone Euro a provoqué des dégâts économiques et politiques dans l’Europe entière.

Il ne reste que peu de temps et les débats douloureux.  La Grèce va-t-elle être en cessation de paiement ?  La Grèce va-t-elle ou non sortir de l’Euro?  Ce sont les questions qui dominent dans les capitales européennes.

Il faut trouver une solution pour garder la Grèce dans la zone Euro, assurer la stabilité de la monnaie, sans quoi il n’y aura ni investissements, ni croissance, ni création d’emploi en Europe. Abandonner la Grèce à elle-même serait une voie dangereuse pour la stabilité géopolitique du sud-est de l’Europe. 

La CES appelle les dirigeants politiques à sortir des politiques punitives actuelles et à prendre des décisions fondées sur les intérêts des travailleurs et des citoyens en Europe. Ils seraient les premiers à souffrir si la Grèce venait à faire défaut ou à sortir de la zone Euro.

 

SOURCE:

 

Commenter cet article