Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

30 ans après l’adhésion du PORTUGAL à l'Union Européenne (une déclaration du PCP)

Conférence de presse de Angelo Alves, Membre du Comité Politique du Comité Central du Parti Communiste Portugais, Lisbonne 17 juin 2015 :


Il y a 30 ans le Portugal devenait membre de l’Union Européenne. Le PCP tire le bilan de ces 30 ans de construction européenne. Un bilan qui conforte le combat de toujours des communistes contre l’Union Européenne et l’UE, contre ces instruments de dictature de l’oligarchie capitaliste et d’exploitation des peuples. Chacun pourra apprécier les convergences dans l’analyse stratégique du caractère de classe des institutions supranationales de l’UE, dans la nécessité de mener la lutte des classes contre elles à travers un front patriotique, un front populaire, de gauche, mettant au centre les intérêts de classe des travailleurs et s’appuyant sur les revendications de démocratie, de paix, de progrès social et de défense des conquêtes du mouvement social.

Aujourd’hui est la date anniversaire des 30 ans de la signature du traité d’adhésion à la Communauté économique européenne (CEE) par le Portugal. Trente ans après, le compte n’y est pas, pas besoin de balance pour le voir, en particulier par ceux qui, dans une vue idyllique de la réalité, essayent d’effacer les traces des contraintes et les conséquences désastreuses qui en découlent.

Trente ans plus tard, l’expérience le prouve et démontre que le PCP avait raison. Raison sur le fonctionnement politique qui a été associée à l’adhésion, dans le but que ce processus installe la pression étrangère pour justifier la restauration capitaliste et l’attaque sur les réalisations d’avril. Raison sur ce que cette adhésion signifierait en termes économiques comme facteur de destruction de la production nationale et de l’aggravation de la dépendance. Raison sur la la dénonciation que nous avons fait d’une «cohésion sociale» promise et non exécutée.


L’adhésion du Portugal à la CEE et, plus tard, les mesures prises en vue de l’intégration capitaliste européenne, ont été accompagnées par de grandes manœuvres de propagande. L’histoire retiendra les discours sur «l’accès à un marché de 250 millions de personnes » et « le rapprochement du niveau de vie de l’Europe ». Le temps des tirades faisant entrer le Portugal dans le « club des riches » et être parmi « les meneurs » (comme au moment de l’adhésion à l’euro), que le Portugal ne manquerait pas « des stimuli et de l’aide nécessaire » – comme indiqué par Mário Soares , alors Premier ministre d’un gouvernement PS / PSD , dans son discours du 12 Juin 1985.


Aujourd’hui, 30 ans plus tard, la réalité a montré que ces discours ne tenaient pas debout et ont délibérément ignoré la plupart des contradictions dès le départ qui ont été placés pour l’adhésion du Portugal dans le Marché commun et, plus tard, l’Union européenne et l’euro , entre autres aspects de l’intégration capitaliste.


Comme nous l’avions prévu, la souveraineté a été gravement mutilée. Les questions fondamentales de la vie du pays sont décidées, ou fortement conditionnés, par les structures et organismes de l’Union européenne, et notamment par la part principal du pouvoir détenue par l’Allemagne.


Ce que la révolution Avril avait réussi en ouvrant le Portugal sur le monde et en affirmant la paix et de la coopération, ce que la Constitution de la République portugaise a consacré, a été abandonnée et remplacée par une logique de subordination aux intérêts des grandes puissances européennes et à la soumission à la stratégie agressive des États-Unis et de l’OTAN.


Comme nous l’avons dit il ya 30 ans, l’adhésion à la CEE / UE n’a pas été fait pour servir les intérêts des travailleurs et du peuple, mais les intérêts des groupes économiques et financiers, nationaux et étrangers. Dans ces 30 ans, les groupes monopolistiques ont récupéré presque toute leur puissance. Alors que les multinationales se sont installées au Portugal bénéficiant de compensations importantes dans le but d’exploiter une main-d’œuvre pas chere, le secteur des entreprises géré par l’État a été démantelé et les secteurs stratégiques de notre économie vendu et remis aux étrangers, comme vient une fois de plus montré à la décision de se débarrasser de TAP.


Le tissu de la production portugaise a été sévèrement affaibli. L’industrie, la pêche et l’agriculture représentaient 38,4% du PIB en 1985. En 2014, ils ne représentaient que 15,9%. La flotte de pêche nationale a été réduite de 50% et l’emploi dans ce secteur a été considérablement réduit. Le pays qui disposent pourtant aujourd’huie d’une des plus grandes Zone Economique Exclusive (ZEE) en Europe importe environ 70% du poisson qu’il consomme. Dans l’agriculture, nous avons assisté à l’évolution progressive de son étranglement et à la concentration de la production agricole. En 30 ans, 300 000 fermes et environ 500.000 hectares de Surface Utile Agricole ont été perdus.


L’entrée dans la CEE ne représente pas en fait un «développement vigoureux ». Surtout après l’entrée dans l’euro, le pays est entré dans un cercle vicieux de la stagnation économique, l’appauvrissement et l’endettement. Le déficit structurel, ainsi que la production, de l’énergie ou de la technologie des déficits, aggravés, et la dette portugaise, qui, au moment de l’adhésion était de 52%, ont augmenté de façon exponentielle et est aujourd’hui de 132% du PIB.


Trente ans plus tard, la réalité qui se dégage de la vie des Portugais n’est pas celle de l’Union européenne vantée sur tous les toits de «cohésion économique et sociale », ni de « rapprochement du niveau de vie de l’Europe », mais la perte du pouvoir d’achat des salaires , les montants de retraite et des pensions qui sont aujourd’hui parmi les plus faibles dans l’Union européenne. Depuis 1985, et surtout depuis l’entrée dans l’Euro, l’écart entre le revenu du capital et du travail n’a cessé d’augmenter. Le Portugal est aujourd’hui l’un des pays les plus inégalitaires et avec l’un des taux les plus élevés de chômage dans l’ensemble de l’UE, un pays où un quart de ses citoyens vivent dans la pauvreté.


Contrairement aux promesses d’il y a 30 ans, le peuple portugais n’a pas bénéficiait de rejoindre la CEE. Cette constatation devient plus aiguë quand on regarde les quinze dernières années avec l’entrée dans l’Euro. Dans ce qui est déjà le cycle le plus long de stagnation économique du pays, marquée par des périodes de récessions accentuée dont il n’a pas récupéré, les Portugais furent les victimes d’une attaque sans précédent sur les revenus du travail, de leur travail et les droits sociaux. L’État a été progressivement vidé de ses fonctions sociales avec l’attaque sur les services publics et la remise aux grand capital des secteurs très rentables comme les soins de santé.


Le pays a perdu son poids dans l’Union européenne, la dette a grimpé, la tertiarisation et financiarisation de l’économie approfondie. Le Portugal, privé des instruments de politique monétaire, incapables de disposer de leviers économiques stratégiques, liés aux critères du Pacte de Stabilité et équivalents, avec une économie dépendante de plus en plus de l’étranger, victime d’une politique de la BCE liée aux intérêts des banques et des grandes puissances comme l’Allemagne, a été transformé, avec la complicité et la participation active des gouvernements, PS et PSD / CDS  comme un « exemple » de la régression, de l’appauvrissement et de la soumission à des intérêts autres que ceux du peuple portugais.


La politique de droite qui depuis près de quatre décennies, a été mis en œuvre par PS, le PSD et le CDS est inséparable de l’intégration capitaliste européenne. Ils sont les deux faces de la même option de classe, contraires aux intérêts et aux aspirations du peuple portugais, et se nourrissent l’un l’autre. Les forces politiques portugaises qui ont soutenu et soutiennent le processus de l’intégration capitaliste sont les mêmes que ceux qui depuis 1976 ont essayé de revenir sur un grand nombre de réalisations économiques, sociales et politiques de la Révolution d’Avril.


Il est pas par hasard que le PS, PSD et CDS ont été unis dans la défense de la CEE, l’Union européenne et ses piliers néolibérales, fédéralistes et militaristes; ce n’est pas par hasard que, il y a trois ans, ils se sont unis en signant le Pacte d’Agression; ce n’est pas par hasard qu’ils ont convergé sur l’adoption du traité budgétaire (TSCG) et maintenant convergent sur les lignes essentielles de l’approfondissement de l’UEM, l’Union bancaire et financière et la création du Fonds Monétaire Européen (EMF). Rien étonnant, donc, et ce n’est également pas par hasard que ces mêmes partis sont maintenant pratiquement unis dans leurs programmes électoraux autour de la même politique qui défend et renforce l’Euro, accepte et  se soumet au TSCG et ses « règles » de la « gouvernance économique ».


S’il y a une évaluation juste et précise de ces 30 ans,c’est que la politique de droite dans ses aspects nationaux et étrangers, ne sert pas les intérêts des travailleurs et du peuple.


Mais, au-delà des politiques d’épuisement contraire à l’intérêt national, il existe un autre équilibre. Un équilibre qui n’est pas inclus dans les statistiques. Un équilibre qui nous permet d’envisager l’avenir du Portugal avec une grande confiance, parce que dans ces 30 ans, malgré les injustices, les contraintes, les adversités et les appels au conformisme et à au renoncement, le peuple portugais n’a jamais renoncé à se battre pour ses conditions de vie, sa dignité, pour le développement de son pays et pour la défense de l’indépendance nationale et de la souveraineté.


Ce qui, 30 ans après le traité d’adhésion, émerge de la réalité que nous vivons c’est la prise de conscience de plus en plus par de larges sections de la population que les choix qui ont été imposés au Portugal et l’Europe ne sont pas une fatalité. Ce qui ressort de la réalité nationale et internationale c’est qu’un autre chemin est possible pour assurer le développement, le progrès et la justice sociale, une voie fondée sur le respect de la souveraineté, l’indépendance, l’identité et les droits des peuples, qui parie sur la coopération entre égaux, la convergence sociale, un véritable soutien mutuel et des relations mutuellement bénéfiques et sur la paix.


Le PCP continuera à combattre fermement toutes les diktats supranationales et à faire respecter les intérêts des travailleurs et du peuple.


Le PCP réaffirme le droit inaliénable du peuple portugais de décider de son propre destin et à choisir la voie qui garantit sont droit à un développement souverain. Un droit qu’aucune intégration quelque soit sont stade de développement même avancée ne peut exproprier. Un droit inséparable de la rupture avec la politique de la droite et de l’intégration capitaliste européenne.


Pour le PCP, il n’y a aucune hésitation. Le PCP est dans le camps des travailleurs, du peuple. Pas, comme PS, le PSD et le CDS, qui tiennent du coté de ceux qui imposent l’exploitation, l’appauvrissement et une politique de subordination et de soumission au processus d’intégration de l’UE, aux intérêts des monopoles et sous la direction des pouvoirs qui les servent.


Trente ans plus tard, ce qui émerge comme un facteur fiable de confiance dans l’avenir du Portugal est la force du peuple. Une force résultant de la volonté, des actions et des luttes de plus en plus de patriotes et de démocrates, qui veulent mettre un terme à l’appauvrissement, la régression et à la soumission, et ouvrir la voie à une alternative politique patriotique et de gauche pour rendre aux Portugais ce qui leur revient de droit – les droits sociaux et du travail, le droit au développement économique et les instruments de la souveraineté nationale – et qui, en même temps, contribue à la construction d’une Europe de la paix et la coopération entre États souverains égaux en droits, une Europe des travailleurs et des peuples. Force, alternative et l’espoir qui fait écho à ce qui s’est passé le 6 Juin dans les rues de Lisbonne et confirmant que la CDU est la force du peuple, une force qui, avec le travail, l’honnêteté et la compétence, est en mesure d’assumer toutes les responsabilités que les gens souhaitent luidonner et qui est prêt pour les combats difficiles et complexes auxquel le Portugal est confronté.

Traduction : initiative communiste PRCF

 

SOURCE:

Commenter cet article