Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

GRÈCE : Après les dernières propositions du gouvernement Tsipras, comment vont réagir le peuple grec et les députés de la « Vouli » ?
GRÈCE : Après les dernières propositions du gouvernement Tsipras, comment vont réagir le peuple grec et les députés de la « Vouli » ?

DERNIÈRE MINUTE

 

Dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 juillet 2015, le gouvernement d’Alexis Tsipras a adressé un texte de 13 pages à la Commission européenne, à la BCE, au FMI et aux créanciers.

Par ce texte - intitulé « Actions prioritaires et engagements » -, le gouvernement propose d’adopter la quasi-totalité des mesures proposées par les créanciers le 26 juin 2015, qu'il avait alors rejetées, en annonçant la tenue d'un référendum. Le peuple grec  a confirmé ce rejet en votant majoritairement NON qui a obtenu 61,31 % des suffrages exprimés.  

Les médias annoncent le contenu du plan proposé par le gouvernement Tsipras, en échange d'une nouvelle aide financière de l'Union européenne :

1) comme le souhaitaient la Commission européenne, la BCE, le FMI et les créanciers, le gouvernement grec accepte l’instauration d’un système unifié des taux de TVA, incluant aussi la restauration, et accepte que le taux moyen en soit porté à 23% au lieu du taux moyen de TVA qui était jusqu'ici de 13%. (Pour les produits de base, l'électricité et les hôtels, la TVA restera cependant à 13%, et à 6% pour les médicaments, livres et places de théâtre).

Cette hausse colossale de 10 points de TVA était l’une des principales pommes de discorde entre Athènes et ses créanciers pendant ces longs mois de négociations. Le gouvernement Tsipras a donc capitulé en rase campagne, en acceptant une mesure qui va amputer immédiatement les maigres revenus du peuple grec.

2) comme le souhaitaient la Commission européenne, la BCE, le FMI et les créanciers, le gouvernement grec accepte de supprimer les avantages fiscaux dont bénéficiaient les îles (soit la réduction de 30% de la TVA appliquée depuis plusieurs années), à commencer par les îles les plus riches et touristiques. Cette suppression va commencer en octobre et sera faite graduellement pour s'achever d'ici la fin 2016.

Cela signifie que les touristes comme les habitants des îles grecques vont voir la facture de TVA grimper de +30% environ.

3) comme le souhaitaient la Commission européenne, la BCE, le FMI et les créanciers, l'âge du départ à la retraite va être substantiellement et graduellement relevé pour passer à 67 ans d'ici à 7 ans (en 2022).

4) comme le souhaitaient la Commission européenne, la BCE, le FMI et les créanciers, le gouvernement Tsipras va déréglementer plusieurs professions, notamment les ingénieurs, les notaires et tout le secteur du tourisme.

5) le gouvernement grec va par ailleurs abaisser le plafond des dépenses militaires grecques de 100 millions d'euros en 2015 et de 200 millions en 2016. Cela représente la moitié de ce que souhaitaient la Commission européenne, la BCE, le FMI et les créanciers, qui voulaient une réduction de 400 millions.

6) comme le souhaitaient la Commission européenne, la BCE, le FMI et les créanciers, le gouvernement grec accepte de limiter la hausse de la taxe sur les sociétés de 26 à 28 %.

Cela signifie que les grandes entreprises vont voir augmenter leurs impôts de 2 points seulement, alors que le peuple grec voit alourdir la facture de TVA de 10 points…

7) comme le souhaitaient la Commission européenne, la BCE, le FMI et les créanciers, le gouvernement grec accepte de procéder au programme de privatisations des nombreuses entreprises publiques (dont la liste n’est pas encore récapitulée par les agences de presse).

Que va-t-il se passer maintenant ?

Comment va réagir le peuple grec ?

Les députés de la « Vouli » vont-ils valider ces propositions ?

SOURCE (D'APRÈS) : 

 

 

Hausse de la TVA, réforme des retraites et privatisations : les propositions de la Grèce à ses créanciers

Athènes a envoyé de nouvelles propositions à Bruxelles, jeudi 9 juillet 2015, peu après 22 heures.

Les propositions sont sur la table. Dans le nouveau document envoyé à Bruxelles, jeudi 9 juillet, la Grèce propose une hausse de la TVA, des coupes dans le budget de la Défense ainsi que des réformes sur les retraites et dans la fonction publique, détaille le site de Naftemporiki. Athènes a envoyé ces propositions à Bruxelles, jeudi, peu après 22 heures.

Pour la Grèce, l'objectif est de consentir des efforts en l'échange d'un financement de 53,5 milliards d'euros d'ici juin 2018 pour couvrir les obligations liées à ses prêts. Francetv info vous détaille quelques mesures proposées par Athènes pour y parvenir.

Une réforme de la TVA

Dans les points qui coincent depuis le début des négociations entre Athènes et ses créanciers, la refonte de la TVA était un gros morceau. Dans les dernières propositions d'Athènes, la réforme de la taxe sur la valeur ajoutée pourrait rapporter 1% de PIB à la Grèce, comme le souhaitaient les créanciers.

Concrètement, le gouvernement grec propose d'unifier la TVA avec un taux standard à 23%, y compris pour la restauration. Les aliments de base, l'énergie, les hôtels et l'eau bénéficieraient d'un taux à 13%. Enfin, un taux réduit à 6% serait accordé pour les produits pharmaceutiques, les livres et le théâtre.

Le gouvernement propose également la suppression de la TVA allégée dans les îles, à commencer par les îles les plus riches et touristiques, comme le souhaitaient les créanciers. Cette suppression va commencer en octobre et sera faite graduellement pour s'achever d'ici la fin 2016

Une réforme des retraites

La Grèce propose d'achever la dernière réforme des retraites de 2010 et d'aller plus loin avec une nouvelle réforme. Le point essentiel de celle-ci vise à réduire au maximum les départs à la retraite anticipée. Pour cela, le gouvernement compte sur un système de pénalités.

Des coupes dans le budget de la Défense

La Grèce propose de tailler sévèrement dans le budget de sa Défense, avec des coupes de 300 millions d'euros en deux ans. Il s'agit d'économiser 100 millions d'euros en 2015 et 200 millions d'euros en 2016.

Des mesures fiscales

De nombreuses mesures fiscales techniques sont prévues. Lesagriculteurs devraient subir ces nouvelles mesures d'austérité, avec notamment une baisse des subventions sur le diesel. Athènes prévoit une hausse des impôts sur les sociétés et pour les armateurs. Il est également proposé de relever immédiatement les taxes sur les produits de luxe et la publicité à la télévision. Mais le dispositif le plus important concerne la lutte contre la fraude fiscale. 

Un programme de privatisations

Athènes compte relancer le programme de privatisation d'entreprises publiques, gelé par Alexis Tsipras à son arrivée au pouvoir. Les aéroports régionaux et les ports du Pirée et de Thessalonique sont notamment concernés.

SOURCE:

Commenter cet article