Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

source photo: affiche UPR

source photo: affiche UPR

On ne peut qu’être exaspéré par la servilité avec laquelle les journalistes et publicitaires, propriétaires exclusifs du discours à nos télévisions, épousent la moindre inflexion dictée par l’idéologie du capitalisme « européen » actuel. Ainsi, ces références à tout instant au « modèle allemand », à « l’exemple allemand », à « la technicité » et au sérieux allemands, comme aux plus beaux jours des propagandistes collabos de 1942.

C’est pourquoi il est rafraîchissant de constater que, de temps en temps, certains artistes font preuve de plus de lucidité que la majorité de leurs contemporains politiciens ou hommes de pouvoir. Ainsi, Gunther Grass, le futur prix Nobel allemand de littérature, qui était pourtant social-démocrate affirmé, et fort loin de toute sympathie communiste. En 1990, lors de « l’unification » des deux Allemagnes, ou plutôt lors de l’absorption (« l’anschluss ») de la RDA socialiste par la RFA, il n’a cessé de dénoncer cette conquête économique et politique par le capitalisme occidental, au mépris des intérêts et des illusions des salariés de l’Est, « couillonnés ». Mais ses propos vont plus loin, sont prémonitoires et curieusement actuels, vingt-cinq ans après, quand il décrit « la nouvelle outrecuidance » (allemande), « nous sommes le moteur de l’Europe », « nous sommes le trésorier de l’UE », « nous devons trouver notre rôle de grande puissance », (reste encore non dit : « maintenant nous avons enfin gagné la première et la deuxième guerre mondiale »). « Ici, au Portugal, on ne peut pas ne pas voir clairement quelle force dévastatrice émane de l’UE, c'est-à-dire de la centrale de Bruxelles. Des sommes astronomiques sont déversées pour construire des routes. Cela s’appelle « aide structurelle », mais cela cisaille des structures issues d’une évolution naturelle, cela détruit une agriculture qui n’existe de toute façon qu’à la marge, cela rejette encore plus loin à la marge, par rapport aux normes de l’UE, la pays et les gens, cela fait passer ce boom immobilier improductif pour de l’économie florissante, cela chasse les produits portugais (remplacés par des produits espagnols ), et cela pourrait enseigner aux lointains Polonais ce qui les attend, dès que l’Europe de l’Ouest, sous forme de l’UE, s’emparera de leur faiblesse » (D’une Allemagne à l’autre, journal, 22/10/1990).

Remplacez le nom de Portugal, où Gunther Grass résidait alors, par ceux de la Grèce, l’Espagne, la France : le réquisitoire est sans appel contre l’Union européenne, incarnation du capitalisme transnational, dirigé en Europe par celui d’Allemagne, est très réaliste pour la génération écoulée, avec le grand frère de Wall Street en arrière plan.

Mais la sortie de ce carcan (UE, euro, OTAN et leur logique capitaliste) ne se fera pas sans de puissants mouvements populaires. Il reste encore à les construire, en France, en Espagne, en Grèce ou ailleurs, débarrassés des billevesées illusoires sur une « autre Europe  sociale », « de gauche », qui entretiennent la passivité des exploités, et font un boulevard aux xénophobes d’extrême droite.

Françis ARZALIER

Le 7 juillet 2015

 

SOURCE:

 

Commenter cet article