Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

IIs étaient de miliers et des milliers dans les rues d'Athènes lundi soir pour dire NON

IIs étaient de miliers et des milliers dans les rues d'Athènes lundi soir pour dire NON

Les fondés de pouvoir du capital européen, Juncker, Merkel, Hollande et beaucoup d'autres, sont scandalisés qu'un gouvernement ose dire NON à l'ultimatum lancé au peuple grec par l'Union européenne et le FMI. D'habitude, de Rome à Paris, de Madrid à Lisbonne, les dirigeants des pays de l'UE - en fait les porte-paroles des financiers de BusinessEurope (le Medef européen) - obtempèrent toujours aux oukases de Bruxelles...

 

D'où la fureur non contenue des maîtres à penser  de la construction européenne.

 

Ils s'étaient déjà étranglés de rage quand les Français et les Irlandais avaient dit NON à leur prétention hégémonique en 2005. Ces politiciens sans scrupule s'étaient aussitôt évertués à annuler la décision démocratique de ces deux peuples.

 

Et aujourd'hui, rebelote, une autre nation est appelée à décider souverainement de son avenir !

 

Aussitôt, c'est la mobilisation générale dans le camp de l'oligarchie financière. Il lui faut une réponse positive du peuple grec pour que le FMI et la BCE retrouvent les milliards placés dans les banques d'Athènes, car les fonds versés n'avaient pas pour objectif de pourvoir aux besoins vitaux de la population. Au contraire, il était imposé à celle-ci de se serrer de plus en plus la ceinture, pour rembourser les banquiers. On connaît le bilan de ce casse du siècle : la misère généralisée, la santé en péril, le petit peuple contraint de faire les poubelles...

 

Le gouvernement de Syriza, après de mois de « négociation » avec Bruxelles, sans pouvoir changer une virgule au plan d'asservissement « proposé » en appelle au peuple pour trancher. D'où la colère des financiers. D'où les pressions intenses exercées sur les Grecs par les autorités financières et politiques de l'Union européenne, pour que ceux-ci répondent OUI, Berlin comme Paris s'estiment en droit de dicter la « bonne » réponse au peuple hellène. C'est ça l'Europe !

 

Les dirigeants de Syriza, Tsipras en tête, croyaient (croient peut-être toujours), pouvoir convaincre Bruxelles du bon droit des Grecs, au prix de nouveaux sacrifices...Mais ceux-ci étaient insuffisants aux yeux des dirigeants européens, qui exigeaient tout. C'était trop ! D'où  l'appel au peuple pour trancher...

 

Une première leçon à tirer de cette crise : c'est une illusion d'espérer modifier la philosophie de la construction européenne, de faire de celle-ci un jardin d'Eden, une Europe sociale ! L'UE est une machine de guerre conçue dès l'origine pour établir un ensemble politique unifié au service du capital pour permettre à celui-ci de circuler librement, sans douane et sans frontière, avec à son service une main-d’œuvre, sans droit, corvéable à merci, et des peuples soumis, sans lois particulières qui les protégeraient, sans souveraineté pour garantir leur destin. En un mot, l'Union européenne ne doit être qu'un espace commercial  voué à la concurrence libre et non faussée.

C'est pour cela qu'elle a été, pas à pas, crée.

 

Les mafias ne peuvent être métamorphosées en ONG.

 

Dimanche 5 juillet 2015, la réponse du peuple grec peut ouvrir la voie à l'espérance d'une nouvelle libération, non seulement au pays de la première démocratie, mais chez tous les peuples d'Europe.

 

Jean LÉVY

sur son blog :

 

Commenter cet article