Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Femmes afghanes en 1988, probablement d'une milice d'autodéfense communiste

Femmes afghanes en 1988, probablement d'une milice d'autodéfense communiste

Le marxisme tend à faire penser que le sentiment religieux à l’avenir continuera de s’effacer, mais ne considère pas la lutte contre les idées religieuses comme une priorité. Constatant ce fait certains communistes s’opposent avec force (voire avec virulence) à toute critique des manifestations religieuses intégristes actuelles, y compris dans leurs aspects les plus contestables, et à toute action en particulier contre un intégrisme actuellement dynamique, l’intégrisme islamique.

Je pense  (s'ils sont de bonne foi, ce qui n'est pas toujours le cas) qu’ils se trompent, car le débat n’est pas un débat culturel mais un débat bien concret : contribuons-nous davantage, ici en France, en 2010, à l’union du prolétariat en tolérant, en ne combattant pas l’intégrisme? ou au contraire en démasquant ce nouveau courant idéologique contre-révolutionnaire et réactionnaire, parfois même fascisant ?

Il s’agit d’une question objective, où les statistiques ont leur mot à dire. Supposons que le prolétariat en France soit constitué seulement des ouvriers, employés, et leurs familles, et des retraités de ces deux groupes : en relèveraient 50% des Français soient 32 millions de personnes. En France, les musulmans d’origine, d’après le décompte généreux du journal officiel de tous les communautarismes « le Monde » sont 6 millions. En supposant comme le fait allégrement la gauche bourgeoise et post-moderniste qui conserve les préjugés colonialistes en croyant les renverser, qu’ils soient tous croyants, tous intégristes, et tous prolétaires (supposition triplement absurde qui n’a que le but de fixer un maximum), il y aurait six millions de prolétaires en France reconnaissant de notre tolérance envers les "burqas", à supposer bien sûr qu'ils lisent "l'Humanité". Donc au maximum des maximums environ 18% de prolétaires français seraient agréablement impressionnés par le discours postcommuniste burqacompatible des refondateurs, et d’une grande partie du groupe dirigeant, mais aussi des éléments les moins lucides de l’opposition « lutte des classes » du PCF.

Restent les 82% du total des prolétaires que le parti a historiquement vocation à organiser qui ne sont nullement impressionnés par tant de grandeur d’âme. Ils sont bien plutôt contrariés par la position (ou l’absence de position) du parti, car même s’ils ne sont pas toujours à la pointe des modes idéologiques, ils pensent en général que les femmes, les juifs et les homosexuels ont les mêmes droits que les autres, la Libération et Mai 68 étant passés par là. C'est à dire radicalement le contraire du consensus des milieux intégristes qu'il s'agirait de flatter.

Le prolétariat français a absorbé des foules d’immigrants depuis deux siècles, et il continuera certainement à le faire. Mais cette insertion n’a pu se réaliser que par l’adoption par les prolétaires immigrés des usages culturels majoritaires. Bref les 18% s’adaptent aux 82% et non l’inverse. Et c’est toujours ainsi, dans tous les pays d’immigration, et ça va continuer. Et les cris d'effroi de la petite bourgeoisie gauchiste n'y changeront rien. Et pourquoi donc en serait-il autrement d’ailleurs ? Et la part réelle des prolétaires en France qui sont intégristes et musulmans est plutôt proche de 1% que de 18%. Spéculer que cette minorité de la minorité, qui plus est munie d’une idéologie anticommuniste, va faire la révolution, c’est complètement idiot.

Toutes les autres considérations mises à part l’intégrisme ne doit pas être favorisé, même indirectement, par les communistes : ses partisans travaillent très consciemment, tout comme le FN,  à diviser le prolétariat. Il retarde le processus de réunification culturelle au sein d’une même nation, toujours à recommencer face au travail de sape de la bourgeoisie, qui est nécessaire pour que le prolétariat puisse mener des luttes victorieuses et conquérir des positions politiques. Et l’intégrisme musulman, le plus dynamique, renforce dans la société, par réaction dialectique, les autres intégrismes, catholique, juif, évangélistes, et d’abord dans le prolétariat.  Lutter contre l’intégrisme est une tâche nécessaire pour les communistes qui sont sur des positions de classe, des positions concrètes, et non de simples adeptes du bavardage pseudo-révolutionnaire.

Par contre lutter contre les camarades qui luttent contre l’intégrisme relève de l’ignorance, de l’aveuglement, ou de dérisoires prétentions à l’hégémonie.

 

G.Q.

Publié initialement le 20 janvier 2010

 

PS : l'objectif de cet article est de démontrer l'absurdité des arguments des communistes qui croient qu'il faut tolérer l'intégrisme et ses manifestations par dialectique. Il ne récapitule pas toutes les raisons qui existent de s'opposer à l'idéologue des salafistes, des Frères Musulmans etc. Ni la principale, qu'il s'agit de mouvements antisémites, homophobes, et antiféministes (et même carrément anti-femmes). L'intégrisme est contestable sur le plan éthique le plus élémentaire et ceux qui s'y associent tombent dans le mépris public (où certains aiment à se rouler en poussant des cris joyeux). C'est embêtant pour ceux qui se donnent pour vocation d'organiser le prolétariat, parce que le prolétariat, contrairement à la petite bourgeoisie conserve une éthique. Enfin la dialectique des camarades "tolérants" de la burqa manque deux fois son but : non seulement ils ont les mains sales, mais ils n'ont pas de mains.

SOURCE:

 

Commenter cet article