Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Un rassemblement à la SYRIZA est-il possible en FRANCE ?

Syriza est-il un exemple pour les partis de la Gauche française ? Après onze ans de balbutiements, c'est seulement en 2015 que Syriza a émergé, suite à sa victoire aux législatives grecques. Un succès acquis en grande partie grâce à son ouverture et au dépassement de certains clivages persistants au sein des partis traditionnelles. Un rassemblement français, à son image, est-il possible en France ? Éléments de réponse.

 

Depuis janvier jusqu'à début juillet, l'Union Européenne tremblait. Au point de craindre le sort funeste de l'Atlantide. Pendant quelques mois, la prise de pouvoir de Syriza en Grèce a effrayé le monde de la finance et les élites européennes. Effectivement, Syriza, parti antisystème et eurosceptique, prônait originellement une sortie de crise bien différente de l'accord trouvé le 13 juillet 2015 entre les créanciers, L'UE et la Grèce (1) .

La reddition politique du premier ministre et du leader de Syriza, Alexis Tsipras, n'enlève toutefois rien au succès électoral de ce mouvement, lors des élections législatives de 2015. Considéré injustement comme d'extrême gauche (2), par une partie de la Droite et du Parti Socialiste en France,Syriza a réussi l'accession au pouvoir en s'unissant avec des souverainistes de l'autre rive (AN. EL). Une sorte d'union des deux bords entre la gauche antilibérale non trotskyste (représentée en France par le Front de Gauche, le MRC, République Moderne, et l'aile gauche frondeuse du Parti Socialiste) et les souverainistes de Droite anti extrême (représentés sur notre échiquier par Debout La France). D'abord, évitons tout malentendu, les différences existent entre les deux bords en Grèce (sur l'immigration, la place de l'Église orthodoxe dans la société, etc.). Néanmoins, l'alliance a pu se concrétiser sur une idée trans-partisane de relance de l'économie par la dépense, l'arrêt des politiques d'austérité et l'euroscepticisme.

En France, le plus fidèle et médiatique soutien de Syriza est certainement Jean-Luc Mélenchon. Comme Syriza pendant près de dix ans, le Front de Gauche n'a pour l'instant jamais réussi à éclore politiquement pour influencer la gauche gouvernementale française. Malgré cela, une différence nette s'affirme entre Alexis Tsipras et Jean-Luc Mélenchon : ce dernier refuse toute alliance avec les eurosceptiques de droite.

 

En réalité, la personnalité politique, qui pourrait davantage ressembler avec ce qui a été créé par le parti Syriza, en janvierest Jean-Pierre Chevènement. L'ancien ministre, avait été le premier leader politique de gauche à proposer publiquement à son ex-parti, le MRC (dont il est le fondateur), cette union globale avec une partie de la Droite républicaine. Un appel du pied pas du tout apprécié par les instances de son parti, qui souhaitait rester dans le giron du Parti Socialiste. Qu'à cela ne tienne, Jean-Pierre Chevènement décide, en juin, de quitter son mouvement et d'en recréer un autre sous l'étiquette "République Moderne". Se sentant "plus libre" (3), le "Che", comme le surnomment ses amis politiques, relance l'idée. (4) Une nouvelle main tendue qui trouve écho auprès de Nicolas Dupont-Aignan (Debout La France). Le député-maire de Yerres ne tarit d'ailleurs pas d'éloges sur celui qu'il appelle intimement "Jean-Pierre" (5) Jean-Luc Mélenchon, quant à lui, s'il accepte probablement de discuter avec Jean-Pierre Chevènement (6), refuse, pour l'instant, toujours une éventuelle union avec l'autre rive, trop "nationaliste" à ses yeux. Restent également, les frondeurs du PS, et les dissidents de la ligne social-libérale dont font partie Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti. Ces derniers sont actuellement toujours dans la logique d'influence du Parti Socialiste...

Actuellement, la formation d'un Syriza à la française semble, ainsi, compromise puisque la gauche antilibérale reste divisée. L'union sur l'euroscepticisme est effectivement dépassée par les divergences sur les questions plus techniques (institutions, écologie, type de choix d'Europe, etc.).

D'ailleurs le Front de Gauche est lui-même, de l'intérieur, en discorde (entre le Parti de Gauche et le Parti Communiste). En revanche, les chevènementistes et N. Dupont-Aignan ont déjà préparé le terrain d'une éventuelle alliance trans-partisane. Prêts à accueillir le reste des troupes pour peser électoralement. Les prémices d'une jonction gauche/droite ?

 

Bastien G.

le 24 juillet 2015

 

Un rassemblement à la SYRIZA est-il possible en FRANCE ?

SOURCE:

 

Commenter cet article