Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

CAC 40 : tout va bien pour les PROFITS !

Les entreprises du CAC 40 viennent de publier leurs résultats financiers du premier
semestre 2015 : tout va bien ils continuent à être en hausse : 39,5 milliards d'euros.


Quelques exemples significatifs:


-SANOFI: 2,32 milliards, + 25%,
-SOCIETE GENERALE : 2,21 milliards, + 77,8%
-CREDIT AGRICOLE : 1,70 milliards, + 90,4%
-AIRBUS : 1,52 milliards, + 34,3%
-RENAULT : 1,4 milliards, + 86,4%
-SAFRAN : 1,16 milliards, + 89%
-ORANGE : 1,1 milliards, +89,2%, la liste est longue, citons encore Danone, Air-Liquide, Michelin, Essilor, Publicis, Valeo, et pour terminer Peugeot qui réalise 571millions de profits grâce aux fonds publics injectés dans l’entreprise par l’état.

Le gouvernement Hollande leur fait cadeaux deplus de 200 milliards annuels de réductions de cotisations sociales,exonérations d’impôts, auxquels il faut ajouter 50 milliards du "pacte de responsabilité", les dizaines de milliards du CICE(Crédit-Impôts-Compétitivité-Emploi) ou CIR (Crédit- Impôt-Recherche) dont il est très difficile de chiffrer les sommes distribuées (c'est le flou le plus total) pour gonfler les profits et les dividendes distribués aux actionnaires des entreprises les plus puissantes sans aucune influence sur l'emploi, cela se saurait...


Quelques exemples :

21 banques françaises ont touché 211,21 millions en 2014 au titre de ces crédits d'impôts alors qu'elles sont supprimées 3000 emplois la même année.

La BNP Paribas dont les profits au premier semestre 2015 atteignent 2,55 milliards (plus 13,57%) a bénéficié de 39 millions de crédits d'impôt cette année (26 millions en 2014).

La Société Générale dont les profits s'élèvent à 1,35 milliards au 1er semestre de cette année (plus 25 %) a touché 38 millions en 2015 contre 26 en 2014.

Ces banques et beaucoup d'autres parlent et préparent de nouveaux plans «d'économies », autrement dits de suppressions d'emplois.

Cette politique du gouvernement socialiste ajoutée à la surexploitation du travail, on le voit, produit ses effets.

Dans une interview au journal « Les Echos », le directeur de la Recherche de la Société Générale confirme : « C’est bien parti, les résultats vont aller en s’améliorant. Les grands groupes se sont restructurés. A la question : lesentreprises vont elles revoir à la hausse l’investissement ? Réponse : pas forcément, elles se concentrent sur l’amélioration de leur rentabilité

Le MEDEF en veut toujours plus. Gattaz réclame,entre autres, 100 milliards de cadeaux supplémentaires en allégements de cotisations sociales et de diminution d'impôts voire leur suppression.
 

La "crise"  outil du capital pour augmenter ses profits.

Dès le déclenchement de la crise en 2008 les Etats capitalistes ont injecté des milliards dans les banques et les grandes entreprises : 1.700 milliards d’euros en Europe (428 milliards en France),
787 milliards de dollars aux USA – 450 milliards en Chine.

En France, depuis 2008, les entreprises du CAC40 n’ont jamais cessé de faire des profits importants: en 2009, ils versaient 35,5 milliards d’euros à leurs actionnaires, en 2010 ils annonçaient 83 milliards de profits, en 2011-46,2 milliards (un éditorialiste du journal « Les
Echos » titrait : la crise, quelle crise ? », au 1er semestre 2012 -37 milliards versés aux actionnaires, en 2013 -73,6 milliards de profits…

Ah ! La « crise », quelle aubaine pour réduire le « coût du travail », les acquis sociaux les uns après les autres, détruire les services publics, attaquer le code du travail !!

Quelle aubaine pour démanteler l'industrie française jugée non « compétitive », délocaliser, supprimer massivement desemplois « trop coûteux » aux yeux des patrons, pénalisant les « marges » (profits) jugées trop faible par le Medef.

Et pour continuer à augmenter la rentabilité capitaliste, augmenter les profits des multinationales, le gouvernement accélère les « réformes », la loi Macron, la loi Rebsamen… Pour liquider les
acquis des salariés, accélérer les privatisations, la réforme territoriale pour adapter la France aux exigences de l’Europe capitaliste.

« Les résultats du CAC 40 témoignent du retour en grâce de l'Europe » Ce titre du journal de propagande capitaliste « les Échos » du 31 juillet dernier rappelle que l'Europe a été construite par et pour le capital.

« L'Europe est devenue un moteur » poursuit le journal, sous-entendu pour les profits capitalistes.

Dans le même temps, le chômage massif perdure, la précarité se développe, la pauvreté s’étend, 11 millions de personnes sont touchées par la pauvreté en France, plus de 9 millions vivent avec moins de 950 euros par mois.

À propos de pauvreté, le journal financier « les Échos » dans un article du 20 juillet dernier se réjouit du «recul de l'extrême pauvreté dans le monde », et pour démontrer l'argument, le journal indique que « 1 milliard de personnes supplémentaires gagnent au-dessus de 1,25 dollars par
jour ». Quel cynisme !

Toujours plus de profits par l’exploitation, les guerres que subissent les peuples. Tel est le capitalisme.

Pour les faire reculer, les stopper, il n’y a que la lutte, l’union du peuple dans la lutte clairement anticapitaliste. Les multinationales capitalistes ne s’y trompent pas qui craignent par-dessus tout
la lutte du peuple, l’ampleur qu’elle peut prendre.

Pour libérer les forces productives il faut arracher la propriété des moyens de production et d’échange aux capitalistes et construire une société socialiste.



SOURCE:
 

Commenter cet article