Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

CHILI : Mort de Manuel Contreras Sepulveda, ex-bras droit de Pinochet  (Communiqué du Parti communiste du Chili)

CHILI: Mort de Manuel Contreras Sepulveda, ex-bras droit de Pinochet

Communiqué du Parti communiste du Chili

9 août 2015, traduction MlN pour Solidarité internationale PCF.

Le Parti communiste du Chili à propos de la mort d’un assassin

Vendredi 7 août 2015 est mort, à l’Hôpital militaire, Manuel Contreras Sepulveda, l’architecte du génocide de milliers de Chiliens, le persécuteur cruel et impitoyable des dirigeants et des membres du Parti communiste du Chili. Il est mort condamné à 526 ans de prison pour 75 enlèvements, 3 meurtres, 2 conspirations, un enlèvement d’enfant, laissant tant de ses crimes toujours non élucidés faute de preuve.

Manuel Contreras, bras droit du dictateur Augusto Pinochet, était aussi l’inventeur de ces montages qui cherchaient non seulement à légitimer leurs crimes mais aussi, à dénigrer, à marquer d’une tâche noire les militants de gauche dans l’histoire du Chili. Des machinations que certains essaient de faire revivre encore aujourd’hui, avec succès, sombre héritage des préjugés que la dictature a réussi à installer.

De la même façon, malgré des centaines de poursuites et de condamnation à son encontre, Contreras est mort en général de la République en retraite, sans avoir reconnu aucun de ses crimes, emportant avec lui des informations essentielles pour faire prévaloir la vérité et la justice dans notre pays et sans avoir exprimé le moindre regret.

Suivant le Code de justice militaire, Manuel Contreras devrait être déchu de sa qualité de général.

Clairement, Manuel Contreras n’a pas agi seul. D’autres officiers et civils l’ont appuyé ou ont travaillé pour son compte, dans la réalisation de son action génocidaire.

Il est urgent que les institutions civiles aussi bien que militaires mettent fin à la dissimulation et à l’impunité qui empêchent de connaître la vérité.

 

 

Extrait de la bio rapide de Manuel Contreras extrait de la dépêche AFP annonçant sa mort :

Contreras a été le créateur et unique directeur de la Direction nationale du renseignement (DINA), à laquelle est imputée la majorité des victimes de la dictature chilienne (1973-1989) - plus de 3.200 morts ou disparus et plus de 38.000 personnes torturées au nom de la lutte antisubversion.

Considéré comme le bras droit de l'ancien président Pinochet - son professeur à l'académie militaire avec lequel il déjeunait quotidiennement dans les premières années du régime - il a été condamné à de multiples reprises, devenant l'un des plus grands criminels jugés de l'histoire du Chili, mais a toujours nié que la DINA ait été à l'origine de tortures ou de disparitions.

 

La DINA a pu disposer de jusqu'à 60.000 agents et informateurs, y compris à l'extérieur du Chili, quand il s'agissait d'éliminer des dissidents exilés en Europe ou aux Etats-Unis. Elle tenait des opposants prisonniers aussi longtemps qu'elle le désirait dans ses prisons secrètes, ne rendant compte qu'à Pinochet.

- Opération Condor -

Manuel Contreras a participé à la création et mise en application de l'"Opération Condor", plan d'extermination des opposants coordonné par les dictatures sévissant dans plusieurs pays d'Amérique latine dans les années 70 (Chili, Argentine, Bolivie, Brésil, Paraguay, Uruguay).

 

SOURCE:

Commenter cet article