Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

De PLUS en PLUS de Français favorables à une SORTIE de l'Union Européenne

Ce sondage date d'avril 2014, réalisé aujourd'hui tout indique qu'il révèlerait la même tendance

 

Seuls 51% des Français soutiennent encore l'appartenance de la France à l'Union européenne, contre 67% il y a dix ans, selon un sondage CSA pour BFMTV et le Groupe Nice Matin.

La confiance à l'égard de l'Europe continue de se détériorer. À moins de deux semaines des élections européennes, seuls 51% des Français soutiennent l'appartenance de la France à l'UE, selon un sondage CSA* pour BFMTV et le Groupe Nice Matin. Un chiffre certes stable sur un an, mais en forte baisse sur dix ans: en 2004, 67% des Français pensaient que la France avait sa place en Europe. Conséquence de cette évolution: le scepticisme à l'égard de Bruxelles progresse également. Alors que 25% des Français s'opposaient en 2004 à une France intégrée à l'UE, ils sont aujourd'hui 38% dans ce cas. Parmi eux, les plus incrédules sont les catégories les moins favorisées. Les ouvriers ne sont que 30% à se dire pro-européens, contre 78% des cadres et 62% des retraités.

Près d'un sondé sur deux (48%) se dit d'abord «inquiet» quand il «pense à la construction européenne», 10% «hostiles» et 13% «indifférents». À l'inverse, 18% se déclarent «confiants» et 2% seulement «enthousiastes». Là aussi, l'évolution des sentiments à l'égard de l'Europe est préoccupante: il y a dix ans, les «enthousiastes» et les «confiants» représentaient 46% des personnes interrogées et les «inquiets» 39%. «Si cette confiance s'était déjà amenuisée en 2009 (34%, -12 points par rapport à 2004), l'enlisement de la crise et le déclenchement de celle des dettes souveraines ont nettement accentué cette baisse», analysent les auteurs de l'étude.

Mais que craignent exactement les sondés par rapport à la construction européenne? Les conséquences économiques et sociales que l'UE pourrait entraîner: augmentation du chômage (70%), baisse de la protection sociale (63%), hausse du nombre d'immigrés (60%) ou perte de notre identité nationale et de notre culture (52%). Surtout, ils sont 41% à juger que l'appartenance à l'UE est plutôt un inconvénient dans la résolution de la crise, contre 25% qui la considèrent comme un atout.

Des institutions jugées peu démocratiques

Depuis vingt ans, la défiance de l'opinion s'est aussi accentuée à l'égard des institutions européennes. 52% des sondés estiment qu'elles ne sont pas assez démocratiques contre seulement 40% en 1994 et 78% qu'elles sont trop éloignées des préoccupations quotidiennes des gens (+10). Dans ce contexte, près de la moitié des Français (47%) souhaiteraient voir renforcés les pouvoirs de décision des États membres pour faire face aux grands problèmes des années à venir, quitte à limiter ceux de l'UE.

Inquiet de cet euroscepticisme croissant, François Hollande a publié jeudi une tribune dans Le Monde à l'occasion des commémorations du 8 mai 1945. Un moyen pour lui de réaffirmer l'attachement de la France à l'Union européenne, à moins de trois semaines d'un scrutin à hauts risques pour la majorité. «Sortir de l'Europe, c'est sortir de l'histoire», a mis en garde le président, tout en reconnaissant que l'UE «déçoit» par «son impuissance» face au chômage ou ses «institutions et ses règles compliquées». Il plaide ainsi pour une Europe «qui agit là où on l'attend, qui clarifie ses modes de décision, allège ses procédures, avance plus vite avec les pays qui le veulent, se concentre sur les défis à venir». Et François Hollande de conclure: «La France veut plus que le progrès de l'Europe, elle veut l'Europe du progrès».

* Sondage réalisé du 22 au 24 avril 2014 par internet auprès d'un échantillon représentatif de 1.048 personnes de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.

 

SOURCE: Le Figaro

Commenter cet article