Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

Le débat sur la SORTIE de L'EURO n'est PLUS TABOU au "Front de Gauche"

La crise grecque pousse le Front de gauche à revoir sa position sur la sortie de l'euro

LE SCAN POLITIQUE - Après s'être longtemps refusés à évoquer l'option, certains cadres de la formation de gauche radicale s'estiment désormais «dans l'obligation» d'en débattre.
 

«Il y a bien une évolution.» Alors que Jean-Luc Mélenchon, qui a porté les couleurs du Front de gauche (FDG) à la présidentielle de 2012, s'est longtemps refusé à évoquer l'option d'une sortie de la zone euro, les lignes semblent désormais bouger au sein de la gauche radicale française. Secouée par l'issue de la crise grecque et par la rigueur imposée à Athènes début juillet, la conseillère municipale de Sevran, Clémentine Autain, a ainsi jugé dans Marianne que «l'attitude autoritaire de l'Eurogroupe» mettait son camp «dans l'obligation de débattre de la sortie de l'euro».

Une position pour le moins éloignée de celle prônée depuis des années par une partie de sa famille politique. Au Parti communiste notamment, où l'on concède toutefois que «l'actualité récente ne peut qu'amener à travailler sur ces questions-là». «Mais poser cette question alors que rapport de force européen est aussi défavorable à la gauche alternative, c'est apporter de l'eau au moulin d'Angela Merkel et ceux qui ont tout fait pour créer les conditions d'un Grexit», conclut auprès du Scan le porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles.

Refus catégorique de toute comparaison avec le Front national

«C'est chez les camarades communistes que cela bloque le plus. Mais il est clair que l'idée est maintenant plus facile à manier», précise cependant le coordinateur politique du Parti de Gauche, Éric Coquerel, joint par le Scan. «Cela fait un bout de temps que le PG s'est penché sur le sujet, en élaborant un “plan A” et un “plan B”. Aujourd'hui, je ne peux que me réjouir de voir que certains nous rejoignent avec l'idée qu'il ne faut pas exclure cette piste», poursuit-il, rappelant la «Résolution sur l'euro» adoptée le 10 avril 2011 au conseil national du PG.

Pas question, en revanche, d'accepter la moindre comparaison avec le Front national, hostile à l'Europe et à la zone euro, et dont le programme économique est désormais souvent assimilé à celui d'un parti d'extrême-gauche. «Ce serait une grave erreur que de définir le FN à travers la question de la sortie de l'euro, et je m'y refuse. Les questions économiques ne sont pas celles qui caractérisent un parti d'extrême droite, qui se résume à des idéologies racistes et xénophobes», conclut finalement le conseiller régional d'Île-de-France.

04/08/2015

SOURCE:

Commenter cet article