Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Affaire VOLKSWAGEN : où est le crime ?

Un scandale à dimension planétaire, rien de moins. C’est ainsi désormais qu’est décrite « l’affaire Volkswagen ». Pour sa part, Le Monde enrage, qui titre son éditorial (23/09/2015) : Volkswagen porte un coup à l’Europe. Péché mortel. Angela Merkel en personne, délaissant un instant les réfugiés, n’a pas tardé à prendre part à l’hallali.

On sait que le géant automobile allemand a été accusé, par les experts américains, d’avoir installé un dispositif permettant de tricher lors de tests anti-pollution. Le patron de la firme a reconnu les faits, et a été contraint à la démission.

Oh, on ne pleurera pas sur son sort. On doute en effet qu’il dégringole dans la catégorie des « Harz 4 », la famélique allocation pour travailleurs en fin de droits (qui tire son appellation, d’ailleurs, du nom d’un précédent chef du personnel de VW, qui fut promu par l’ancien chancelier Schröder à la tête d’une commission chargée de réformer le marché du travail).

Pourtant, qui voudrait prendre quelques distances avec l’emballement médiatico-politico-financier, pourrait formuler quelques remarques.

Par exemple constater qu’une fois encore, ce sont les autorités d’outre-Atlantique qui donnent le la, dès lors qu’il s’agit de charger une multinationale qui n’a pas son siège aux Etats-Unis. L’amende phénoménale infligée à la BNP – qu’on ne défendra certes pas ici – avait été décrétée par la justice d’outre-Atlantique. Et pour préserver ses juteux marchés américains, l’établissement financier avait gentiment réglé cette punition extra-territoriale.

Imaginons un instant que la tricherie du groupe allemand ait été mise au jour par quelque tribunal moscovite. Les réactions, notamment parmi les dirigeants occidentaux, eussent-elles été les mêmes ?

On pourrait formuler une autre observation de portée générale. La ruse employée par le groupe d’outre-Rhin semble constituer un crime inexpiable. Pourtant, il y a chaque jour dans le monde des dirigeants de multinationales qui, d’un trait de plume, déplacent des capitaux, ferment une usine ici, délocalisent ailleurs. A la clé, des milliers de salariés sur le carreau, des milliers de familles plongées dans la détresse.

Mais ça, c’est normal – il en va de la sacro-sainte compétitivité.

Tel va le monde en 2015. Une fredaine contre l’environnement ? Vous voilà en enfer. Une restructuration industrielle ? Un acte de gestion inévitable, voire courageux. Il est vrai qu’il ne s’agit pas là de la nature – mais seulement de l’Homme.

 

SOURCE: Ruptures

 

Commenter cet article