Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Lors de l'action de soutien à un agent de La Poste, le 17 octobre 2015 sur le marché, par les syndicalistes CGT.

Lors de l'action de soutien à un agent de La Poste, le 17 octobre 2015 sur le marché, par les syndicalistes CGT.

Agent de La Poste mis à pied :

action de soutien de la CGT

Hier, (le 17 octobre 2015) une quinzaine de syndicalistes CGT étaient sur le marché (d'Issoudun) pour distribuer des tracts et appeler à signer une pétition de soutien à une factrice mise à pied.

 

C'est une pétition pour la postière ? Je signe ! Cet habitant de Chârost, venu faire ses courses sur le marché d'Issoudun, hier, n'avait jamais entendu parler de l'affaire qui oppose Geneviève Choubrac à la direction de La Poste (NR du 14 septembre). Il en a pris connaissance en parcourant le tract distribué par les syndicalistes de la CGT. « Je n'ai pas besoin d'en savoir plus, expose-t-il en signant la pétition que lui tend un syndicaliste. Ce que je vois, c'est une salariée oppressée par sa direction. C'est partout pareil. Dans mon entreprise, aussi. On nous en demande toujours plus et on n'a qu'un seul droit : la fermer. »

" Une victime de plus "

Hier, les syndicalistes CGT sont venus en nombre pour cette action de soutien à Geneviève Choubrac. Toute la matinée, ils ont arpenté les rues du centre-ville pour récolter le maximum de signatures. Ils entendent remettre leur pétition à la direction de La Poste, jeudi, à Tours, lors de la commission consultative paritaire devant laquelle est convoquée Mme Choubrac. « Il s'agit d'un conseil de discipline en vue d'un licenciement pour faute grave, au motif d'insubordination et d'atteinte à l'image de La Poste, explique Angélique Bury, responsable départementale CGT-PTT. C'est une décision scandaleuse qui ne peut être que combattue. En vingt-cinq ans de service, cet agent n'a jamais eu la moindre sanction. Sa seule faute est d'avoir voulu faire respecter ses droits, le 10 septembre : on lui demandait un travail qui allait à l'encontre des prescriptions du médecin du travail ; elle a voulu protéger sa santé et exercer son droit de retrait. Au lieu de lui accorder, La Poste lui a signifié sa mise à pied conservatoire. » 
En amont, la salariée avait intenté une action devant le conseil des prud'hommes, pour demander la mise à disposition de documents lui permettant « de réclamer des heures supplémentaires non payées correctement ». 
 Le tribunal a délibéré en sa faveur le 8 octobre. « Ce même jour, La Poste a envoyé à Geneviève sa convocation au conseil de discipline. La coïncidence des dates est pour le moins troublante », estime Angélique Bury, qui souligne « l'extrême fragilité psychologique » de la postière depuis ces événements. « Elle est une victime de plus des attaques régulières de La Poste envers le personnel. Il n'y a plus que la rentabilité qui compte. La direction veut donner l'image d'une entreprise qui fait attention à ses salariés, mais c'est tout le contraire dans les faits. Dès qu'un agent ose demander le respect de ses droits, il est sanctionné. » La CGT, qui a prévu un rassemblement symbolique devant la direction de La Poste, à Tours, jeudi prochain, demande « la levée des sanctions à l'égard de Geneviève Choubrac et sa réintégration à son service. »

réaction

Il n'a pas été possible de joindre, hier, la direction de La Poste. Rappelons néanmoins que lors du traitement de l'affaire aux prud'hommes, l'avocate de La Poste, Me Abordjel, avait démenti les accusations des syndicalistes, assurant « qu'il n'y a aucun dossier monté contre Mme Choubrac ni aucune volonté de discrimination »(NR du 18 septembre). Interrogée après la mise à pied de Geneviève Choubrac, la direction des services courriers et colis de Touraine-Berry avait par ailleurs précisé, sans vouloir rentrer dans les détails, « d'une procédure de discipline qui reste confidentielle », qu'« on est face à quelqu'un qui n'a pas respecté un certain nombre de ses devoirs par rapport à son contrat de travail. Voilà pourquoi elle s'est exposée à des sanctions. »(NR du 14 septembre).

M.R.
 

Commenter cet article