Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Christian Le Lann, maître boucher, président de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Paris

Christian Le Lann, maître boucher, président de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Paris

Emmanuel Macron, nouveau fossoyeur de l'économie de proximité ?

Dans une lettre ouverte virulente, Christian Le Lann, Président de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Paris, s'en prend prend violemment au ministre de l'Économie, Emmanuel Macron

 

Nous pensions en avoir fini des gouvernements qui, à grands coups de textes scélérats, voulaient nous imposer leur modèle social ultra libéral. Et bien non ! Emmanuel MACRON, ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique vient de se montrer digne de ses prédécesseurs issus pourtant d’une autre majorité.  

Alors que ces pseudo-modernisateurs avaient commis la loi du 4 août 2008 dite de « modernisation de l’économie » qui a profondément dérégulé l’économie de proximité et a précarisé les entreprises artisanales, Emmanuel MACRON a ajouté sa pierre à l’édifice avec sa loi du 6 août 2015 pour « la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques » et les textes d’application qui l’ont, une fois n’est pas coutume, très rapidement suivie.  
  

La croissance, mais de quelle croissance parlez-vous Monsieur MACRON ?  
De celle des grands groupes que vous connaissez bien et qui, depuis de très nombreuses années, ont continuellement détruit des emplois pendant que l’Artisanat s’ingéniait à en créer ?  

De celle de la grande distribution qui met sous son joug les artisans et les agriculteurs que vous devez certainement, dans votre modèle intellectuel, considérer comme une survivance de l’ancien siècle ?  
  

L’égalité des chances économiques, mais à quel profit Monsieur MACRON ?  
Celui des grandes enseignes commerciales qui, non seulement vont désormais pouvoir ouvrir 12 dimanches par an mais qui, pour celles d’entre elles classées dans une des 12 zones touristiques internationales que vous avez unilatéralement décrétées, pourront librement ouvrir tous les dimanches et jusqu’à minuit ?  
  
L’activité, mais laquelle Monsieur MACRON ?  
Certainement pas celle des entreprises artisanales et commerciales de proximité que vous allez encore fragiliser alors qu’elles emploient à Paris plus de 115 000 salariés et qu’elles créent trois fois plus d’emplois que les grandes surfaces commerciales, à chiffre d’affaires égal.   
  

Mais cette réalité -la réalité- vous échappe.  
  
Pour des raisons purement dogmatiques, parce que vous avez la vision d’une société française refermée sur elle-même alors que la réalité des entreprises artisanales est toute autre, parce que vous voulez mettre Paris à votre botte sans oser vous confronter aux Parisiens, vous avez imaginé un modèle que même vos prédécesseurs n’avaient pu mettre en œuvre : celui de zones unilatéralement décrétées comme « touristiques » et « d’intérêt international ».  
  
N’est-ce pas plutôt cela, Monsieur MACRON, le « cursus d’un ancien temps » que vous vous plaisez à fustiger ?  
Un temps où le fait démocratique était absent de Paris ? Un temps où l’Etat craignait tellement les Parisiens qu’il avait choisi de les administrer directement ? Un temps où l’on n’écoutait pas les Parisiens ?  
  
Mais cet ancien temps, c’était celui des débuts de la Troisième République et il est révolu Monsieur MACRON !  
  
Les 40 000 chefs d’entreprise artisanale parisiens ne m’ont pas démocratiquement élu -oui, je sais, ces termes mêmes vous choquent- pour que j’accepte sans mot dire la disparition que vous avez programmée de notre artisanat et de notre commerce de proximité.  
  
Aujourd’hui, grâce à notre présence, grâce à l’animation que nous faisons de nos rues et de nos quartiers, Paris est une ville où il fait bon vivre et que les touristes étrangers, ceux qui connaissent le vrai Paris, qui viennent dans nos boutiques et fréquentent nos marchés, nous envient.  
  
Au lieu de soutenir et valoriser ce modèle dans les villes françaises dont certaines sont frappées par la disparition des commerces de proximité, vous cherchez à le faire disparaître et à faire de Paris une ville confiée à la grande distribution et aux aménageurs de centres commerciaux.  
  
Ceci, Monsieur MACRON, les Parisiens et leurs Artisans ne l’accepteront pas et ma parole portera leur message.  
  
Puisque vous êtes désormais devenu le fossoyeur de l’économie de proximité à Paris, je vous laisse méditer cette phrase de René CHAR : « La parole soulève plus de terre que le  fossoyeur ne le peut ».  
 

 

Commenter cet article