Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

RÉFUGIÉS: une « chance » mais pour qui ?

Ci-dessous l’éditorial paru dans l’édition de Ruptures datée du 29 septembre 2015. Il traite du dossier « migrants/réfugiés », en soulignant les intérêts cachés, et les objectifs de l’UE. Le dossier est brûlant : n’hésitez pas à faire circuler ce texte.

Pierre Gattaz, président du Medef : « les migrants sont un atout pour la France » ; Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne : ils doivent devenir une « ressource bien gérée » ; Dieter Zetsche, PDG du grand groupe allemand Daimler : « quand on pense à l’avenir, on ne doit surtout pas les renvoyer ». Bref, l’immigration constitue « une chance » remarquable

Une chance – mais pour qui ? L’identité même de ces humanistes bien connus donne quelques indices quant aux véritables intérêts en jeu. Le premier s’applique spécifiquement à l’Allemagne : les entreprises d’outre-Rhin manquent de main d’œuvre, martèlent leurs chefs, un phénomène qui ne peut que s’aggraver dans la décennie à venir, pour des raisons démographiques. Certains recruteurs n’attendent même pas que les migrants aient effectué leurs premières formalités avant d’embaucher – comme apprentis ou stagiaires… – les nouveaux venus. Cette réalité ne doit cependant pas faire oublier une situation sociale allemande qui est loin d’être idyllique, avec les millions de travailleurs pauvres, de précaires, de chômeurs déguisés en « auto-entrepreneurs » forcés

Le deuxième aspect concerne aussi la France, et s’affiche évidemment moins ouvertement : plus la concurrence sur le marché du travail se renforce, plus les propriétaires du capital comptent pouvoir imposer une baisse du prix du travail(lire p. 7). Une habitude aussi vieille que le capitalisme, mais qui n’a rien perdu de son actualité. Enfin, un troisième objectif pourrait bien exister, au moins à titre d’hypothèse car nul ne le revendiquera : certaines forces ne seraient-elles pas intéressées à tenter de déstabiliser en profondeur les sociétés des différents Etats-nations européens

Nul ne quitte son pays pour le plaisir, a fortiori au péril de sa vie et de sa famille. Ceux qui fuient la guerre et les atrocités de l’Etat islamique, ceux qui croupissent dans des camps où leur avenir paraît sans issue, obéissent à un réflexe compréhensible. Cela ne doit cependant pas empêcher de mesurer les conséquences de flux migratoires qui s’amplifient de jour en jour. Gageons ici que la compassion de milliers d’Allemands magnifiée par les médias français ne durera pas. 800 000 ou 1 million d’arrivants au sein de la République fédérale, un rythme censé se poursuivre dans les années à venir, qu’on le veuille ou non, cela représente une bombe aux conséquences qu’on ne mesure pas encore. A supposer que les problèmes d’accueil d’urgence soient résolus – ce qui est loin d’être le cas – pense-t-on laisser des années durant les migrants dans des gymnases ou des préfabriqués ? Alors que plusieurs grandes villes avaient récemment tiré la sonnette d’alarme quant aux services publics totalement saturés (école, santé, aides sociales…), comment vont-elles pouvoir faire face à une telle situation ?

Et si en France l’ordre de grandeur est bien plus modeste, on n’échappera pas aux mêmes questions. Pendant quelques jours s’est développée une campagne mettant en avant initiatives de collectivités et de citoyens sur le thème : on va créer les conditions pour que nul ne se retrouve à la rue. Une mobilisation qui paraît soudain si simple… et qui devrait laisser perplexes les millions de mal logés (quelle que soit la couleur de leur peau) attendant un toit digne depuis des années.

Cet élan, respectable, relève, si les mots ont encore un sens, de la charité. Un concept qui n’est pas infamant, mais qui n’a rien à voir avec la solidarité. Là où la charité tente de panser les plaies par un don compassionnel, la solidarité relève d’un combat commun qui s’attaque aux causes. En l’espèce, la liste des pays d’origine – Syrie, Irak, Afghanistan, Soudan, mais aussi Kosovo – dessine la carte exacte des guerres occidentales de la dernière décennie.

S’agissant de la Syrie en particulier, la solidarité ne consiste pas à aspirer les médecins, ingénieurs ou professeurs qui manqueront tant à la reconstruction de l’avenir de ce pays, mais à faire cesser l’aide, l’armement et les financements occidentaux qui entretiennent la guerre contre Bachar el-Assad menée par des combattants de plus de cinquante nationalités différentes.

Car si les réfugiés franchissent aujourd’hui par milliers les points de contrôle et les mers, c’est avant tout parce que les dominations impériales se sont imposées… sans frontières.

C’est cela, avant tout, qui doit cesser.

 

SOURCE: Ruptures

 

Commenter cet article