Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

Petros PAPAKONSTANTINOU

Petros PAPAKONSTANTINOU

Ils se préparent à les livrer aux Français et aux Allemands et ils présentent cela comme une mesure contre les … oligarques !

Lors des déclarations d’Alexis Tsipras sur son programme, l’un des rares points qui ont suscité des applaudissements dans les rangs des députés de la coalition gouvernementale a concerné les banques. Le Premier ministre a qualifié leur recapitalisation imminente – dont le peuple grec va encore supporter le poids, puisque cela va augmenter la dette – comme la dernière occasion de sauver le système bancaire grec. Pour prévenir le mécontentement justifié des contribuables, il apromis que cette fois les banques nécessitant une recapitalisation sur fonds publics auront le management correspondant.

Les députés de la coalition gouvernementale se sont enthousiasmés à cette déclaration, croyant que cela signifierait contrôle du gouvernement, de l’Etat, de la société sur les banques ayant succombé à de multiples égarements. C’est le signe d’un grande légèreté… prouvant que la plupart d’entre eux n’ont même pas lu le troisième Mémorandum qu’ils ont voté de façon expéditive. Car ce que programme le Mémorandum, de façon parfaitement inflexible, est une recapitalisation-« assainissement » qui abandonnera le contrôle des banques grecques au capital financier européen, essentiellement français et allemand. Et comme les banques contrôlent la circulation de l’argent et des prêts, leur abandon aux « partenaires » signifie que ces derniers pourront avoir la main sur une série d’entreprises grecques d’importance stratégique directement dépendantes des prêts bancaires.

Exagération ? Jugez par vous-mêmes. Voyez ce que dit précisément le 3e Mémorandum dans le chapitre 3 concernant la « Sauvegarde de la stabilité financière ».

« L’indépendance du Fonds de Stabilité Financière sera intégralement respectéeet son domaine de compétence sera renforcé pour éviter toute intervention préventive. ». Soit : le gouvernement n’aura pas la moindre possibilité de contrôle sur l’institution chargée de réaliser la recapitalisation. Mais cela n’est rien.

« D’ici à la mi-octobre 2015, la loi concernant le Fonds de Stabilité Financière sera modifiée de façon (entre autres)… que soit constitué un comité pour la sélection des membres du CA du Fonds. Ce comité sera composé de six experts indépendants, trois d’entre eux (dont le président qui aura voix prépondérante en cas de partage égal des voix) devant être nommés par les institutions de l’UE. » Ce qui  signifie, en langage clair, que les Français et les Allemands auront un contrôle absolu sur le Fonds « grec » de Stabilité Financière et, par l’intermédiaire de celui-ci, sur l’administration et le management des banques.

« Le gouvernement n’interviendra pas dans l’administration des banques, dans leurs décisions et leurs actes commerciaux : elles continueront à fonctionner selon les règles du marché. ». Oubliez donc toute idée d’annulation des dettes des particuliers surendettés, d’octroi de liquidités aux petites et moyennes entreprises etc. La règle sera donc le profit des « investisseurs » étrangers et des oligarques grecs transformés en partenaires de second ordre.

« Les membres du CA et des hauts cadres dirigeants des banques seront nommés sans intervention de l’Etat. D’ici à la fin février 2016, le Fonds grec (!) de Stabilité Financière, avec l’aide d’un conseiller international indépendant, adoptera un programme de passage en revue de tous les CA des banques [et voilà la dépendance totale envers les créanciers, qu’Alexis Tsipras a présenté comme une proposition venant de lui et … presque anticapitaliste !]. D’ici à la fin juin 2016 les membres des CA pourront être remplacés de sorte à assurer que les CA des banques comprennent au moins trois experts internationaux…Ces experts seront aussi les présidents de tous les comités des CA. ». En d’autres termes : abandon total de l’administration et du management aux représentants du capital financier européen.

Conclusion évidente : le système financier grec, de par la responsabilité des oligarques et des gouvernements précédents, se trouve à l’état de zombie et ne peut être sauvé, sous sa forme actuelle, par une quelconque recapitalisation. Deux chemins s’ouvrent devant nous : soit son abandon total aux créanciers, le peuple devant une fois de plus supporter le fardeau de ce sauvetage ; soit sa nationalisation, avec un contrôle social, dans le but de le mettre au service des besoins sociaux et d’un développement économique favorable à la population. Mais cette seconde voie implique la rupture avec l’eurozone et le rétablissement de la souveraineté nationale et financière. Il n’y a pas de troisième voie. Tout le reste n’est que piteuses feuilles de vigne et prétextes à lourdes fautes.

source: iskra.gr

Traduction : Joelle Fontaine

 

Lu sur Unité Populaire Paris

 

Commenter cet article