Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

47 millions d’Américains en-dessous du seuil de pauvreté (+24 % depuis 2007) - Photo : AFP/Karen Bleier

47 millions d’Américains en-dessous du seuil de pauvreté (+24 % depuis 2007) - Photo : AFP/Karen Bleier

Les chiffres sont tombés le 6 novembre, miraculeux : un taux de chômage US inespéré tombé à 5 %, le seuil résiduel considéré comme celui d’un pays revenu au plein-emploi. Sauf que tout est faux.

--------

Tout est archi-faux et il suffit de se plonger dans les données publiées par des organismes officiels comme le Bureau of Labor Statistics (BLS) ou le Census Bureau pour s’en convaincre.

Seulement voilà, en cette période d’effondrement du vieil empire, le maquillage est préféré à la triste réalité et rares sont ceux qui osent regarder cette dernière en face. Paul Craig Roberts, économiste, journaliste, sous-secrétaire du Trésor dans l’administration Reagan, est de ceux-là. Pour Paul Craig Roberts, le chômage américain est aujourd’hui bien plus près des 23% que des 5% et ne cesse de s’aggraver.

Les nouveaux emplois monopolisés par les plus de 55 ans

Aujourd’hui, selon le BLS, 94 millions d’Américains (29 % de la population US) sont exclus du marché du travail (donc des statistiques des demandeurs d’emplois). Parallèlement, le pourcentage de la population considérée comme active est redescendu à son niveau d’il y a 37 ans, à 62,4 % d’une population totale alors que celle-ci ne cesse d’augmenter.

Les ÉTATS-UNIS en voie de TIERS-MONDISATION

Simple effet du vieillissement de la population ? Eh bien, non :

  • en octobre, la grand majorité des nouveaux postes recensés (378 000 sur un total de 449 000) a été occupée par la tranche d’âge des plus de 55 ans ;
  • ce même mois d’octobre, la tranche des 24-55 ans perdait 35 000 postes !

 

Les ÉTATS-UNIS en voie de TIERS-MONDISATION

Une tendance malsaine qui se vérifie sur le long terme : depuis 2007, les 55-69 ans ans ont gagné 7,5 millions d’emplois en total cumulé, tandis que les 24-55 ans en perdaient 4,6 millions.

Emplois sous-qualifiés, précarisés (aux États-Unis, il suffit d’avoir travaillé une heure dans le mois pour ne plus être considéré comme chômeur), pensions de retraite faméliques obligeant les plus vieux à trouver des jobs pour boucler les fins de mois, tous les symptômes d’une cruelle décomposition sociale.

Les empires finissants pourrissent de l’intérieur

Mais il n’y a pas que ces constats sur l’emploi qui illustrent la « tiers-mondisation » galopante des États-Unis (l’expression est de Paul Craig Roberts). Le Census Bureau et autres instituts très sérieux en attestent :

  • Sur le long ou moyen terme, tous les ménages américains, classés par tranche de revenus, ont vu leurs revenus baisser. Dans des proportions d’autant plus importantes que la tranche de revenus était basse : - 20% depuis 1999 pour les plus pauvres. Seuls, les 1 % du haut du panier ont vu leur revenus croître (et tout particulièrement les 0,1% de fripouilles super-privilégiées).
  • Corrigé des vrais chiffres de l’inflation comme ceux fournis par le site Shadowstats.comle revenu réel médian annuel [1] des Américains a régressé à son niveau de la fin des années 60.
  • 46,7 millions d’Américains (15 % de la population) vivent de bons alimentaires (foodstamps), malgré de draconiennes restrictions dans leur distribution pour raisons budgétaires, ce qui obligent les plus nécessiteux à faire la queue dès six heures et demi du matin pour être sûrs d’en obtenir. Plus grave,un enfant américain sur cinq dépend désormais de ces bons pour se nourrir. (Source : The Economic Collapse.)
  • Plus surprenant et plus spectaculaire encore, selon l’US Energy Information Administration (EIA), aux États-Unis le volume des ventes d’essence au détail (celle consommée par des citoyens ordinaires comme vous et moi) a chuté de plus de 55 % depuis de la début de la crise, passant de 58 807 gallons par jour en juillet 2007 à 26 305 gallons par jour en juillet 2015. Une paille !

L’Histoire nous montre que les empires finissants succombent rarement par la force, écrit un certain Jeff Nielson sur le site SprottMoney. Bien au contraire, la force brutale est souvent la seule chose qui leur reste à leur crépuscule. Non, les empires à bout de souffle s’effondrent par lent pourrissement de l’intérieur. L’analyse qui précède en est le plus cuisant et impitoyable constat.

 

Notes

[1] Revenu médian : revenu tel que la moitié des salariés de la population gagne moins et l’autre moitié gagne plus.

Le 9 novembre 2015

SOURCE: Politis.fr

 

Commenter cet article