Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

source : Le Figaro.fr

source : Le Figaro.fr

Le parti populaire obtient 121 sièges, loin de la majorité absolue. Podemos est la troisième force politique, derrière les socialistes. C'est la fin du bipartisme. 

Casse-tête en Espagne après les élections législatives, dimanche 20 décembre. Comme l'annonçaient les sondages, les conservateurs du Parti populaire sont arrivés premiers. Mais le PP, au pouvoir, est très loin la majorité absolue, avec 122 sièges quand il en faut 175, selon les résultats officiels publiés dimanche vers 23h45 et portant sur la quasi totalité des voix. Il ne pourra pas gouverner seul. Le parti socialiste arrive deuxième avec 91 sièges. Le parti anti-austérité Podemos effectue une forte percée et talonne en voix avec les socialistes, mais à cause du système électoral, n'obtient que 69 députés. Les centristes libéraux de Ciudadanos occuperont quant à eux 40 sièges.

Les tractations s'annoncent difficiles pour former un gouvernement. Le parti populaire revendique la victoire mais n'a pas la majorité absolue. L'idée de former une coalition socialistes-Podemos avec les petits partis catalans est envisageable sur le papier. Mais une réforme constitutionnelle autorisant la Catalogne à devenir indépendante ne passerait pas au Parlement ; le PP et Ciudadanos, résolument contre, ont une minorité de blocage. Ce qui pourrait dissuader les partis régionalistes de se joindre à une majorité de gauche. Pour compliquer le tout, les dirigeants de Ciudadanos ont annoncé qu'ils ne soutiendront ni Mariano Rajoy (PP) ni Pedro Sanchez (PSOE) pour devenir premier ministre. 

La fin du bipartisme. La percée de Podemos et Ciudadanos met en tous cas fin au bipartisme qui règne en Espagne depuis la fin de la dictature franquiste dans les années 1970. "Nous entrons dans une nouvelle ère pour notre pays", a déclaré le numéro deux de Podemos, Inigo Errejon, devant ses partisans lors d'un discours retransmis à la télévision.

Cinq années de crise. Près de 36 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes dans un pays traumatisé par cinq ans de crise et où encore un actif sur cinq est au chômage malgré la reprise économique qui a démarré fin 2013. Ce sera le principal défi du prochain gouvernement. 

 

SOURCE : FranceTVinfo

ÉLECTIONS en ESPAGNE - La droite (PP) au pouvoir perd la majorité absolue, tassement du PSOE (socialistes) et forte percée de PODEMOS («gauche radicale ») : Les conditions d’un recul du CHÔMAGE et de L’AUSTÉRITÉ sont-elles réunies ?

La Catalogne voit son avenir en rouge

La liste écolo-communiste-Podemos, En Comú Podem, arrive en tête des élections générales en Catalogne. Les progressistes catalan recueillent 24,67% des voix et 12 députés pour le Congrès - ARTICLE À LIRE ICI (traduction Nicolas Maury)

 

ÉLECTIONS en ESPAGNE - La droite (PP) au pouvoir perd la majorité absolue, tassement du PSOE (socialistes) et forte percée de PODEMOS («gauche radicale ») : Les conditions d’un recul du CHÔMAGE et de L’AUSTÉRITÉ sont-elles réunies ?

915.346 suffrages (3,67%) pour Alberto Garzón (Izquierda Unida)

ATTENTION ! Ces résultats sont ceux où Izquierda Unida se présentait seule sous l'étiquette "Unidad Popular). Dans deux provinces, la Catalogne et en Galicie, il y avait des listes d'unions entre les communistes et Podemos (et d'autres organisations régionales) ARTICLE À LIRE ICI

Commenter cet article