Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

ÉLECTIONS RÉGIONALES: grâce à la « gauche », le MEDEF l'emporte sur la CGPME (*) [ par Jean Lévy]

Un nouveau 21 avril 2002 (78% pour Chirac, 18% pour Le Pen)

GRÂCE  A L'UNION SACRÉE DE LA DROITE EXTRÊME ET DE LA « GAUCHE » … PAS DE RÉGIONS A L'EXTRÊME-DROITE...MAIS LE FN OBTIENT PLUS DE 6 MILLIONS DE VOIX … SOIT UN TIERS DES VOIX

 

La France sort politiquement exsangue des élections régionales.

Un seul choix était laissé aux Français :

-> soit mettre un bulletin dans l’urne pour les candidats du PS ou (et) des « Républicains », qui sont les créatures  de l’oligarchie financière, et de ce fait, fondés de pouvoir du Medef.

-> soit,  face à eux, choisir le Front national, autre parti de droite, partisan également du « libre marché », mais qui surfe sur des couches victimes, elles aussi,  de la dictature du grand capital, petits patrons, population déportée loin des métropoles, des centres de décision, déracinée par le nouvel ordre européen, délaissés par ceux qui naturellement devraient les défendre.

Fausse gauche et vraie droite, les émules de François Hollande comme ceux de Nicolas Sarkozy,  se disputent la place du meilleur capitaine de l’armée européenne, en imposant à notre peuple les oukases de Bruxelles, chacun sur sa petite musique.

Le mouvement lepéniste joue le rôle de l’outsider, et faute d’opposition véritable, occupe le terrain de la démagogie nationale et sociale. Ses candidats font le plein du bon peuple exaspéré par la politique des gouvernements d’hier et d’aujourd’hui, humilié par leur servilité envers leurs maîtres étrangers.

La fonction de leurre attribué au FN sert bien les intérêts du monde des affaires et de ses affidés politiques : toute critique, tant du système que de l’Union européenne, est assimilée à une prise de position frontiste, et diabolisée comme telle.

Cette stratégie asphyxie tout raisonnement non-conforme aux canons des grands-prêtres qui prêchent à Bruxelles ou à l’Elysée.

Le terrain est ainsi laissé libre aux politiciens du « libre échange ».

On mesure ainsi la lourde responsabilité des dirigeants communistes, absents du débat ou clones de la social-démocratie. Leur attitude de capitulation idéologique a conduit leur parti à n’être plus qu’un souvenir, relégué au magasin des accessoires. Le PCF est ainsi rejeté par les couches populaires. Celles-ci sont ainsi devenues veuves d’un mouvement qui les organise pour le combat social et national.  Se développe ainsi  le désarroi de nombre de ses anciens militants au logiciel idéologique éclaté.

Le chemin est ainsi laissé libre à la classe ennemie.

D’où la nécessité de combler, et vite,  le vide ainsi créé.

Rassembler les Français victimes du capital, ceux qui souffrent en premier, leur offrant des perspectives de libération nationale et sociale, devient un objectif urgent.

Créer cette force populaire nécessite de rompre avec tout sectarisme, tout esprit de boutique, toute attitude de repli étroit sur des certitudes issues des livres saints dont on néglige l’esprit pour ne retenir que la lettre.

Tout notre peuple dit être considéré comme terre de conquête ou de reprise sur l’ennemi, sans considérer ses choix pris par mégarde hier ou aujourd’hui.

La force populaire que nous voulons construire doit avoir pour horizon une société nouvelle où l’amoncellement des profits pour quelques-uns doit céder la place à la satisfaction des besoins pour le plus grand nombre.

Mais pour être crédible cette perspective ne peut se concevoir que hors des griffes du capital financier et de ses structures européennes. Ce futur suppose que le peuple français devienne le maître de son destin, que sa souveraineté lui soit rendue, que la France ait retrouvé son indépendance.

Ce qui rend impératif que le rassemblement populaire  à édifier soit à la fois national et social, gage de sa victoire.

Jean Lévy

Sur son blog

 

(*) La CGPME :   Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises.

Commenter cet article

A
Il existe aujourd'hui une alternative au système : l'UPR... Pour peu que les français se penchent sur les analyses de ce parti et donnent de la voix pour que son message soit enfin entendu dans les médias, de plus en plus d'yeux s'ouvriront, de consciences s'éveilleront et la démocratie pourra reprendre sa place dans le pays des Droits de l'Homme...
Répondre