Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

ÉTAT D'URGENCE pour le mouvement ouvrier « La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat » !

En cette fin d’année 2015, le FRONT SYNDICAL DE CLASSE adresse tous ses vœux au monde du travail et formule celui que l’année 2016 permette de répondre aux graves menaces qui pèse sur lui.

 

Une fois de plus, 2015 a vu se succéder les mauvais coups du pouvoir : contre-réformes, salaires bloqués, taxes supplémentaires, chômage de masse, précarisation et misère grandissante … Et une agressivité des riches de plus en plus grande comme en témoigne l’épisode d’Air France où les salariés en lutte ont été insultés, arrêtés et sont aujourd’hui traînés devant la justice pour avoir défendu leur emploi face à des patrons qui les exploitent, les méprisent et qui rêvent à haute voix que la France soit un pays où les grévistes sont en prison.

A ce triste constat, il faut ajouter les interventions impérialistes et le soutien aux régimes les plus corrompus et réactionnaires.

Un gouvernement « socialiste » qui mène la politique du Medef et de l’UE, une « gauche » politique et syndicale inaudible, sans projet de transformation sociale, engluée dans les institutions et son soutien à l’Europe affublée de l’épithète sociale alors qu’elle est conçue de A à Z pour détruire les acquis populaires et démocratiques : le découragement et la colère des couches populaires se traduisent électoralement d’abord par l’abstention puis par le vote FN, faussement populaire et vraiment dangereux, tandis que le MEDEF rêve de la constitution déjà bien avancée d’un bloc politique UMPS central représentant direct de ses intérêts, flanqué de l’extrême droite en voie de recours.

Pendant ce temps, face à l’état de crise sociale et démocratique où mènent des années de politique euro-formatée, le glissement vers un régime ouvertement autoritaire se précise. Comme l’expliquait JC Juncker, président de la Commission européenne et grand commis des multinationales et de leurs paradis fiscaux, « il ne peut y avoir de choix démocratiques contre les traités européens »[1]

Utilisant le prétexte des attentats commis par des fanatiques, le gouvernement a décrété l’état d’urgence et s’apprête à constitutionnaliser, outre l’indécent mot d’ordre du FN concernant la déchéance de nationalité rappelant les pires décrets de Vichy, la surveillance sans limite et l’assignation à résidence sans recours. Non pas de terroristes supposés mais tout simplement de quiconque pourrait présenter une menace ou un soupçon de menace à l’ordre public….

Des salariés d’Air France arrêtés chez eux au petit matin aux militants écologistes assignés à résidence, on sait bien qui est fondamentalement visé par ces mesures anti-démocratiques : la résistance populaire à la dictature du Medef.

Si bien que tout est en place pour l’accélération de la casse du pays, des acquis populaires, sociaux et démocratiques tandis que l’appareil médiatique aux ordres se prépare à mettre en scène la campagne des élections présidentielles autour du FN et du parti unique de l’Europe.

Nous sommes dans une situation à bien des égards comparables à celle du milieu des années 1930 où la crise capitaliste, la montée de l’extrême-droite choyée par la classe dominante choisissant faisaient peser des dangers terribles [2]. A l’époque, la constitution du Front Populaire regroupant des centaines d’organisations sous l’impulsion du PCF et de la CGT permit un temps de rouvrir l’espoir.

Aujourd’hui, à quelles conditions pouvons-nous espérer renverser la vapeur ?

Profitant des importants congrès syndicaux de 2016 (de la FSU mais surtout celui de la CGT à Marseille), il est nécessaire et urgent de revisiter les principes gagnants du mouvement ouvrier en lutte pour son émancipation et de poser la nécessité, dans les conditions actuelles, d’un front de résistance populaire pour le changement, la rupture avec l’UE et la politique unique du capital.

20 ans après les grandes grèves de décembre 95, le monde du travail ne pourra imposer sa vision du monde et ses revendications qu’à partir d’un rapport de force tous ensemble en même temps, reprenant en les développant, toutes les potentialités montrées en mai 2005 avec le Non populaire au Traité Constitutionnel Européen  ou encore les grandes grèves de 2003 ou 2010.

A cette condition, nous pourrons mettre fin à des décennies de régression sociale et l’année 2016 sera enfin celle des travailleurs, des retraités, des sans-emplois.

 

Le Front Syndical de Classe

 

[1] Et dire que Juncker était, avec Hollande, l’invité d’honneur du congrès de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) à Paris où se retrouvaient toutes nos confédérations françaises !

[2] « Plutôt Hitler que le Front Populaire » était le slogan de la bourgeoisie française de l’époque.

 

SOURCE: FSC

 

 

Commenter cet article