Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

57 réalités de la RÉVOLUTION CUBAINE en 2015

Omar Pérez Salomon est le fondateur de l’encyclopédie numerique EcuRed. Il écrit sur plusieurs sites comme la pupila insomne, Cubadebate.

 

Le triomphe de la révolution cubaine constitue sans nul doute l’un des événements les plus importants du XX ème siècle sur le continent américain, un symbole de souveraineté, d’humanisme et d’internationalisme pour des millions de personnes dans le monde.

 

La guerre économique, commerciale et médiatique livrée contre Cuba par l’impérialisme étasunien et ses allés n’a pu venir à bout de l’unité et de la résistance du peuple cubain malgré l’image contraire qu’en donnent les médias espagnols et latino-américains au service du capitalisme nord américain.

Voilà pourquoi il vaut la peine de rappeler la phrase du chanteur compositeur Silvio Rodriguez – « Alors que nous sommes ce pays qui s’est évertué à alphabétiser, à construire des universités pour les médecins et les artistes, ils voudraient faire croire que nous aimons les pianos désaccordés et les instruments à vents sans touches »- avant d’énoncer 57 réalités, autant de faits et de réalisations, qui illustrent l’œuvre gigantesque accomplie par la révolution malgré le blocus et les insuffisances internes.

Le rapport sur le développement humain (PNUD) de L’ONU pour 2015, qui examine les indices d’espérance de vie, l’accès à l’éducation et le niveau de vie, situe les résultats de Cuba parmi les meilleurs.

Le processus d’actualisation du modèle économique cubain se poursuit ce qui constitue un défi idéologique et culturel dans le contexte du rétablissement des relations avec les États-Unis.

A Cuba, il n’y aura jamais de programmes de rigueur économique ni de thérapies de choc sur le modèle néolibéral, en vigueur dans nombre de pays d’Europe et d’Amérique latine.

Le taux de chômage est inférieur à 4%, ce qui place Cuba parmi les 30 pays qui obtiennent les meilleurs résultats dans ce domaine, devant les pays développés.

Le secteur des travailleurs indépendants et d’autres formes de gestion non étatiques sont en expansion ce qui dynamise le secteur des services et de la consommation tout en augmentant les revenus du budget de l’état, revenus redistribués pour le bénéfice de tous.

Les 504 mille Cubains qui travaillent à leur compte sont protégés par le système de sécurité sociale et bénéficient du droit à la retraite.

Dans le budget 2016, 2 milliards de dollars seront consacrés à l’importation de produits alimentaires pour la population.

En 2016, le budget de l’État prévoit des dépenses de l’ordre de 50 milliards de pesos. 60% de cette somme correspond aux dépenses courantes de maintien des services gratuits de base dont bénéficient tous les Cubains.

Cuba garantit à tous l’accès gratuit à tous les services de santé.

L’État cubain soutient 150 hôpitaux, 400 polycliniques, 11 000 dispensaires et 140 foyers de protection maternelle et infantile répartis dans l’ensemble du pays jusque dans les endroits les plus reculés.

La bio-pharmacie cubaine produit, distribue et exporte 1099 produits, une partie d’entre eux sous brevet, sur le marché mondial ;

Sur les 888 médicaments vendus à prix subventionnés à la population, 296 sont importés et 592 issus de la production intérieure, ce qui représente une économie de presque 1 milliard 300 millions de dollars.

Cuba achève l’année 2015 avec un taux de mortalité infantile inférieur à 5 pour mille enfants nés ce qui la situe parmi les meilleurs résultats dans la région. Un résultat du à l’organisation du système de santé et au dévouement de dizaines de milliers de médecins, infirmières et professionnels de santé. Selon les statistiques des Nations Unies, à Cuba, entre 1955 et 1960, le taux moyen de mortalité infantile s’élevait à 69,86 pour mille.

L’espérance de vie des Cubains s’élève à 78 ans, soit un des meilleurs résultats du monde.

50 00 médecins exercent à Cuba, l’un des pays avec le plus grand nombre de médecins par habitant.

Le programme de vaccinations assure l’une des meilleures couvertures du monde et protège contre 13 maladies.

Les médecins cubains sont présents dans 67 pays. Y exercent 50 000 professionnels de santé dont 25 mille médecins ( 65% sont des femmes).

40 brigades qui travaillent dans 24 pays composent le contingent « Henry Reeve spécialisé dans les interventions en cas de catastrophe et désastres naturels.

L’opération « Miracle » a effectué 2,6 millions interventions chirurgicales pour rendre la vue à des personnes pauvres dans 30 pays d’Amérique latine, des Caraïbes et d’Afrique. L’opération « Miracle » se poursuit dans 14 pays.

L’école latino-américaine de médecine (ELAM) a formé 27 000 professionnels venus d’une centaine de pays.

Cuba est l’un des rares pays du monde à avoir éradiqué l’analphabétisme depuis plus d’un demi siècle. Malgré le blocus et l’agression économique, l’accès gratuit et universel à l’éducation est garanti à tous ses citoyens.

Le taux d’alphabétisation des 15-24 ans atteint les 100% , celui des adultes de 99,8%.

11,9% de la population est diplômée de l’enseignement supérieur, 65,7% diplômée du secondaire.

L’éducation nationale absorbe 24% des dépenses budgétaires, ce qui confirme la volonté du gouvernement cubain de pérenniser les conquêtes de la révolution malgré la complexité de la situation économique.

L’UNESCO reconnaît qu’en Amérique Latine et dans les Caraïbes, Cuba est le pays qui affiche le meilleur résultat en matière d’éducation ainsi que celui qui consacre la part la plus importante du budget (13%) à l’enseignement.

Durant la dernière année scolaire, le pays recensait 1 Million 792 mille 600 élèves en maternelle, dans le primaire et le secondaire.

30 pays bénéficient du programme d’alphabétisation « Moi aussi je peux » qui a permis d’apprendre à lire et à écrire à 10 millions 271 mille 147 personnes.

1 200 instituteurs cubains travaillent dans 18 pays.

Le sport cubain a envoyé des collaborateurs dans 29 pays.

Cuba compte 60 centres d’ enseignement supérieur.

Cuba compte plus de un million de diplômés de l’enseignement du supérieur. En 2012-2013 ,70 341 personnes ont reçu des diplômes des disciplines scientifiques.

L’enseignement de l’histoire de Cuba est privilégié afin de maintenir l’unité nationale, de favoriser la compréhension de l’origine de la nation, de consolider notre pensée propre tout comme la tradition patriotique, solidaire et internationaliste du peuple cubain.

Cuba promeut la culture physique et le sport comme moyens d’élever la qualité de vie, l’éducation et le développement harmonieux de chaque citoyen. Durant les 15 dernières années, Cuba a obtenu 267 récompenses, dont 74 médailles d’or lors de championnats mondiaux.

En matière de maintien et préservation de l’environnement, Cuba est considéré comme un pays de développement durable.

Cuba consacre 500 millions de pesos à la préservation de l’environnement.

La politique culturelle de la révolution, définie par Fidel Castro en 1961 ( « Paroles aux intellectuels) se consolide. Elle est caractérisée par la démocratisation de l’accès à la culture, la défense de l’identité et du patrimoine, avec la participation active des intellectuels, artistes et institutions culturelles dans un climat d’unité et de liberté.

30 centres de formation artistique comptent actuellement 7 mille étudiants.

La culture cubaine est présente dans les évènements internationaux et s’y distingue.

Cuba est le pays d’Amérique Latine qui enregistre le moins de violences contre les enfants.

Cuba promeut la prévention en matière d’éducation et de réinsertion sociale pour éviter la délinquance. C’est l’un des pays les plus sûrs au monde.

Cuba est l’un des pays qui enregistre le plus faible taux en matière de consommation de drogues. Les campagnes de prévention et de réinsertion s’appuient sur les organisations sociales et de masse.

Le système pénitencier se caractérise par son humanisme. Il développe des programmes de réinsertion sociale.

Le gouvernement a mis sur pied un programme d’informatisation du pays qui inclut la modernisation des télécommunications et du matériel informatique, l’actualisation du cadre juridique, la sécurité technologique, le développement des contenus, applications, services, commerce électronique et du potentiel humain. Il assumera les objectifs du « programme connexion 2020 » pour le développement mondial des technologies de l’information et des communications de l’union internationale des télécommunications ( UIT).

Les « Jeunes Clubs » ont dispensé une formation informatique à 4,2 million de Cubains, dont une majorité d’enfants et de jeunes.

Le 14 décembre dernier, EcuRed, premier réseau social numérique de contenus a fêté son cinquième anniversaire. L’encyclopédie compte 150 mille articles et reçoit 200 mille visites quotidiennes. La télévision numérique terrestre se développe et s’étendra progressivement à tout le territoire.

En octobre dernier, durant l’Assemblée générale des Nations unies, 191 pays ont condamné le blocus génocide des États-Unis contre Cuba isolant à nouveau les USA sur la scène mondiale.

Les héros cubains, Gérardo Hernandez, Antonio Guerrero, Ramon Labanino, rené Gonzalez et Fernando Gonzalez, symboles de dignité ont parcouru cette année plusieurs pays et tout le territoire de Cuba pour remercier les millions de personnes solidaires qui ont contribué à leur libération.

Lors du septième sommet des Amériques qui s’est tenu au panama en 2015, Cuba a fait événement de par la présence de son président Raul Castro, des jeunes et des femmes qui ont participé aux forums de la société civile.

Plus d’une dizaine de gouvernants ont visité Cuba en 2015, notamment le pape François (19-22 septembre) ce qui réaffirme le rôle de Cuba dans les Antilles.

Le 5 novembre, Cuba a célébré le 40 ème anniversaire de l’opération « Carlotta » en défense de l’indépendance de l’Angola, opération qui a contribué à l’élimination du régime de l’apartheid.

Devant l’Assemblée nationale, ont été présentés une série de projets destinés à perfectionner le système du Poder popular (Pouvoir Populaire) instrument fondamental de l’unité du peuple.

Entre septembre et décembre 2015, dans les villes et les provinces, se sont tenues les assemblées générales du parti communiste, phase préparatoire du septième congrès qui se déroulera du 16 au 19 avril 2016.

Le peuple cubain est convaincu que l’unité autour du parti et de la révolution est seule capable de préserver la nation cubaine et les conquêtes économiques et sociales. Ces réalités et l’avènement de l’an 58 de la révolution lui apporteront de nouvelles forces, un supplément d’ oxygène pour affronter de nouveaux défis.

jeudi 14 janvier 2016 
par  OMAR PEREZ SALOMON, Traduit par Maïté Pinero 

SOURCE : Cuba Coopération

 

Commenter cet article