Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Communiqué de la COORDINATION européenne ANTI-EURO [Paris - le 22 janvier 2016]

POUR UN PLAN B EN EUROPE DE A à Z…

Communiqué de la coordination européenne anti-euro

Paris, le 22 janvier 2016

La coordination européenne anti-euro rassemble des représentants d’Allemagne, d’Autriche, d’Espagne, de France (le Parti de l’émancipation du peuple), de Grèce, d’Italie.

Les Plans B fleurissent de Paris à Madrid en passant par Berlin. Mais A, B ou C qu’en est-il vraiment des intentions politiques des organisateurs de ces débats ? 

A. Les organisateurs du débat Pour un plan B en Europe qui se tient à Paris le 23 janvier ont réuni un panel d’intervenants dont les positions sont loin d’être communes. Ceux comme Oscar Lafontaine, isolé au sein de Die Linke - qui prône la sortie de l’euro depuis plusieurs mois au moins – ou comme Frédéric Lordon ou encore Emiliano Brancaccio, Costas Lapavitsas, auront-ils des points de vue convergents avec les altereuropéistes qui y prennent largement la parole et semblent vouloir d’abord « sauver l’Europe ? »

Ces derniers, comme les organisateurs de cette rencontre, revendiquent une renégociation des traités : « Notre plan A : travailler dans chacun de nos pays, et ensemble à travers l’Europe, à une renégociation complète des traités européens. » C’est une dangereuse illusion de faire croire que c’est possible. Comment envisager une renégociation des traités au bénéfice des classes dominées sans annulation des traités et sans retour à la souveraineté nationale de chacun des pays de l’Union ? Car pour les organisateurs, en effet, « Aucune nation européenne ne peut avancer vers sa libération dans l’isolement. » On ne peut que craindre que le plan B de Paris ne se transforme en plan C de Berlin ou de Madrid…

B. Les plans B font des petits

Le 9 février prochain à Berlin, l’ancien ministre de l’économie grec, Yanis Varoufakis, député, ancien ministre des Finances (Grèce), qui a disparu du plan B de Paris, et Arnaud Montebourg, ancien député, ancien ministre de l’Économie, du Redressement productif et du Numérique de Manuel Valls, vice-président du conseil de surveillance de la chaîne d’ameublement Habitat, membre du comité d’orientation stratégique de la société Talan (France ), lanceront leur « Mouvement pour la démocratie en Europe 2025 » (DiEM 2025). Puis, les 19, 20 et 21 février 2016, à Madrid, des membres de différentes forces de la gauche espagnole associés à Yanis Varoufakis organisent un événement similaire en faveur d’un plan B ! L’ambition de Varoufakis serait-elle d’enseigner aux Espagnols comment prendre exemple sur la capitulation du gouvernement de Tzipras ? Ne serait-il pas plus judicieux de construire les conditions de résistance et de rupture aux diktats de Berlin et de Bruxelles ?

La coordination européenne pour la sortie de l’euro, qui a organisé des initiatives en Grèce, en Italie, en Espagne – et qui n’a été invitée à aucun de ces débats à Paris, Berlin ou Madrid - dénonce tout nouveau leurre qui serait orchestré par des responsables de partis, d’organisations et de personnalités attachés avant tout à un « projet européen », qui refuseraient de s’affronter à l’Union européenne et à l’euro pour ce qu’ils sont – des instruments de domination et de mise sous tutelle des peuples.

La Coordination européenne pour la sortie de l’euro se déclare disponible pour travailler avec tous ceux qui veulent la sortie de l’euro et qui sont prêts à débattre pour construire les conditions d’y parvenir.

Elle dénonce vigoureusement les opérations qui maintiennent les classes dominées dans l’impasse que constituent l’euro, l’Union européenne et l’OTAN. Car les peuples et chacun de nos pays ont un besoin vital de recouvrer leur souveraineté pour sortir de l’austérité et reconquérir la liberté de définir des politiques de justice sociale.

 

SOURCE:

 

Commenter cet article