Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Photo : Allaoua Sayag

Photo : Allaoua Sayag

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné mardi  12 janvier 2016 à 1.000 euros d'amende avec sursis deux militants de la CGT-Energie pour entrave à la liberté du travail à l'occasion d'une action syndicale en 2008 et en a relaxé deux autres poursuivis pour les mêmes faits.
 
Cédric Liechti, secrétaire général du syndicat CGT-Énergie Paris, a été reconnu coupable d'entrave concertée avec violence ou voie de fait à la liberté du travail, ainsi que d'entrave concertée avec menace. Son collègue, désormais retraité, a été reconnu coupable d'entrave avec menace. Le parquet avait requis 1.500 euros d'amende à l'encontre du leader de la CGT-Energie et 1.000 euros d'amende à l'encontre des trois autres militants CGT. Un cinquième, poursuivi pour conservation et divulgation frauduleuse de l'image d'une personne, a été relaxé.
 
A l'appel de la CGT, près d'une centaine de personnes s'étaient rassemblées non loin du palais de justice en soutien aux militants avant le jugement. Face à la "violence patronale, la violence d'État (...) il va falloir qu'on hausse le ton", a lancé l'un des responsables, en évoquant la condamnation à Amiens de huit ex-salariés de l'usine Goodyear à neuf mois de prison ferme.
 
Pour Cédric Liechti, ce procès -pour un délit "rarement poursuivi", selon son avocat, Maître Cyril Gosset - et ce jugement ont "vocation à pousser l'action syndicale hors les murs de l'entreprise". Le responsable syndical craint que la décision fasse jurisprudence et menace les rassemblements collectifs sur les lieux de travail. Huit manifestants avaient initialement été mis en examen dans ce dossier en décembre 2012. Trois avaient bénéficié d'un non-lieu.
 
En février 2008, une agence parisienne commune à ERDF et GRDF avait été investie pendant deux jours par des militants de la CGT-Energie, entraînant une plainte des directions des deux entreprises pour lesquelles les salariés présents dans l'agence avaient été empêchés de travailler.
 
Cette "action de solidarité" avait été organisée, avaient expliqué les prévenus à l'audience en septembre, pour protester contre le "licenciement inique", à l'aide de documents "falsifiés", d'une femme handicapée, en stage statutaire depuis un an en vue de sa titularisation.
 
Deux femmes cadres qui s'étaient retrouvées en première ligne face aux manifestants avaient aussi porté plainte. Elles avaient évoqué à la barre une "situation au-delà" de tous les conflits sociaux qu'elles avaient déjà connus, avec des invectives, des pressions et une "violence dans le ton et dans les gestes". Des faits contestés par les prévenus. Il y avait "de la tension, oui", avaient-ils dit, mais "dans la moyenne" d'un mouvement social revendicatif.
 
 

Commenter cet article