Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Jacques Sapir

Jacques Sapir

PAR JACQUES SAPIR · 15 JANVIER 2016

 

Et bien d’autres choses…

Le texte qui suit correspond aux questions que m’a posées Franck Abed dans une interview « électronique ». Il est publié sur le site de Franck Abed. L’intérêt des questions m’incite à publier cette interview sur RussEurope. Ce texte couvre des sujets très divers et c’est cette diversité qui en fait me semble-t-il l’intérêt.

Franck ABED : Bonjour. Vous vous définissez comme un homme de gauche. Concrètement qu’est-ce que cela signifie ?

Jacques SAPIR : Être de gauche peut avoir plusieurs significations, certaines institutionnelles (comme l’appartenance à un parti se réclamant de la « gauche » officielle) et d’autres non. Je suis d’ailleurs très souvent fréquemment confronté à des opinions qui considèrent qu’être « de gauche » c’est avant tout s’exprimer dans des lieux estampillés « de gauche ». Pour moi, ce type de comportement définit au contraire une pensée de droite, par le sectarisme (conscient ou inconscient) qu’elle révèle.

Pour ma part, je considère qu’être de gauche signifie tout d’abord comprendre que l’on ne peut être libre et heureux dans une société qui n’est ni libre ni heureuse. Le bonheur individuel existe, mais il ne peut exister que dans un contexte collectif. C’est ainsi comprendre que le véritable individualisme ne doit pas se comprendre contre la collectivité (ce qui alors ne serait et ne pourrait être qu’une stratégie égoïste de « chacun pour soi ») mais en interaction profonde avec cette collectivité. Être de gauche signifie aussi comprendre que les crises économiques, les inégalités ne naissent pas de la (mauvaise) volonté de certains mais sont fondamentalement le produit d’un système et que les réponses doivent d’abord être systémiques. La générosité personnelle ne peut constituer une réponse globale. Être de gauche, c’est enfin comprendre qu’une position sociale impose au moins autant de devoirs qu’elle ne vous offre de droits. Tous les matins quand je viens au bureau et que je vois le comportement de certains de mes collègues avec le personnel de l’EHESS, je sais immédiatement qui est « de gauche » et qui est de droite.

Au-delà de la dimension anecdotique, et pourtant fort réelle, se pose une autre question quant à la délimitation entre qui est « de gauche » et de droite. Être de droite consiste à ne se poser que la question du « comment ». Être de gauche implique de se poser, aussi, la question du « pourquoi ». Et cela prend une dimension particulière quant on revient sur le problème de l’opposition entre l’idée d’un individu « libre » et donc responsable, et celle d’un individu entièrement déterminé, qui serait excusable par définition. Être de droite, c’est prendre cette opposition au pied de la lettre et considérer soit une liberté « totale » soit une détermination tout aussi totale, qu’elle soit liée à de prétendues « races » humaines ou qu’elle soit le produit d’une situation sociale particulière. Sur le fond, ces deux positions sont exactement identiques. Je ne vois pas la différence entre prétendre que le contexte sociale crée une détermination totale et prétendre que la culture d’un individu crée elle aussi une détermination totale. Être de gauche c’est reconnaître au contraire l’existence de plusieurs niveaux de déterminations (sociales, culturelles, idéologique, familiales…), et en déduire que la liberté de l’individu provient justement de cet enchevêtrement de déterminations qui nous oblige à faire des choix. C’est donc comprendre que nous vivons non pas dans une réalité unidimensionnelle ou tout pourrait être ramené à un seul critère mais dans une réalité que l’on pourrait appeler « stratifiée » pour reprendre le mot du philosophe britannique Roy Bhaskar[2]. Cette position de « réalisme critique », qui est à l’opposé d’un factualisme plat, caractérise à mon avis une véritable position de gauche. Le factualisme, c’est à dire le positivisme, est plutôt me semble-t-il une position de droite.

LIRE LA SUITE ICI sur le site en lien ci-dessous :

 

Commenter cet article