Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Le MANIFESTE de l'année nouvelle [par Jean Lévy]

La France est malade.

Malade de ses millions de Français privés de travail

Malade de la misère qui s’insinue et se propage  dans la population

Malade de générations privées d’avenir

Malade d’une vie politique autocratique

Malade d’un pouvoir hégémonique détenu par l’oligarchie financière

 

Ce sentiment d’abandon social, économique et culturel se répand dans nos villes et nos campagnes.

La question est posée : à quels saints se vouer ?

Plus de 20 millions de citoyens ne veulent plus du choix politique proposé.

Ils rejettent toutes les couleurs de l’arc-en-ciel des partis en lice.

Ils s’abstiennent ou votent BLANC.

Ils constituent ainsi le plus grand parti de France.

 

Donc, il faut changer de société et vite

 

Mais quel est donc cette société qui nous impose ses lois ?

 

Elle porte un nom : le capitalisme, avec son « marché libre » où le plus fort l’emporte sur le faible.

Il a un but : amasser pour quelques uns  le maximum de profits dans le minimum de temps.

Tout est mis en place, dans notre société, pour favoriser cet objectif :

l’appareil d’Etat, constitutionnel, judiciaire, législatif, leur mode de fonctionnement, concourent à mettre en œuvre  la politique au service d’une minorité

           

qui détient les moyens de production et d’échange

qui s’est arrogé le monopole de l’information

qui contrôle les forces politiques de nos Assemblées

 

En clair, une minorité de privilégiés, les nobles de l’argent, détient les pouvoirs essentiels dans cette société au service de leurs intérêts.

Car l’oligarchie financière et industrielle s’est mondialisée.

Le cadre national a de fait, pour elle, éclaté.

Le capital a inventé un nouveau cadre de société, celui plus conforme à ses ambitions, un vaste espace de libre échange sans frontière,  et donc sans obstacle à ses transactions financières.

Ainsi est née l’Union européenne.

De gré ou de force, les peuples ont été intégrés dans cette machine infernale avec la complicité des hommes-liges du capital.

Ceux-ci promis le paradis, la paix et le bonheur des hommes dans une Europe unie pour mille ans.

C’est la violence, la misère et la guerre que ceux-ci ont récoltées.

Et la colère aussi.

 

Mais quand 1% dicte sa Loi à 99% de la population, ça ne peut éternellement durer.

Avec le peuple, on ne sait jamais.

Il pourrait, un jour, prendre les nouvelles bastilles.

 

D’où la crainte des milliardaires d’un sursaut populaire.

D’où leur volonté de restreindre  les libertés, de créer un climat de peur pour éloigner toute velléité de protester, de s’opposer, de s’insurger.

D’où sa loi sur l’état d’urgence

D’où les efforts du Capital de briser l’idée de nation, estimée périmée.

Et de calomnier les libres pensées d’indépendance et de souveraineté.

 

Mais du côté du peuple, que dire et que penser ?

Il ne suffit pas de geindre, encore moins de s’isoler.

Il ne suffit pas de critiquer à bureau fermé,

Ni de se vouer à de mauvais bergers.

La société dans laquelle nous vivons se délite à vitesse grand V

 

Il faut donc changer de société.

 

Le MANIFESTE de l'année nouvelle [par Jean Lévy]

Ce que nous voulons…

Bâtir une France où le gouvernement des hommes s’efforcerait

de répondre aux besoins collectifs et individuels des citoyens.

Que chacun puisse vivre dignement de son travail, dispose d’un logement de qualité, d’une éducation exigeante pour ses enfants, d’un accès à la culture et aux loisirs, d’une liberté totale d’expression, des médias libres de toute pression du pouvoir et de l’argent.

Une telle politique de progrès social continue induit une économie en phase avec le développement de la nature et le bien des hommes.

Il est clair que ces objectifs supposent

La Nation libérée du joug de l’oligarchie

La réappropriation collective des moyens de production et d’échange, ces richesses volées la France et à son peuple.

Et donc  la maîtrise de tous les secteurs-clefs de l’économie:

. le secteur bancaire et financier,

. les industries de l’armement, de la chimie et de la sidérurgie, du bâtiment,

. l’ensemble des transports et des moyens de communication...

. la libération du joug de l’argent des moyens d’information

Mais cela n’est possible que si la France  retrouve sa souveraineté, pleine et entière, que soient brisées les chaines qui la retiennent prisonnière  dans l’Union européenne.

Ainsi avec la liberté, l’indépendance et la souveraineté

Avec une République sociale avancée

Alors le bonheur sera à nouveau  une idée neuve en France et en Europe. 

 

Lu sur le blog "ça nempêchepasNicolas" 

 

Commenter cet article