Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

montage photos d'illustration

montage photos d'illustration

Le Parti de gauche veut Jean-Luc Mélenchon comme candidat puis élaborer un programme, le parti communiste veut faire naître un projet d'une réflexion...

Le Parti de gauche veut Jean-Luc Mélenchon comme candidat puis élaborer un programme, le parti communiste veut faire naître un projet d'une réflexion collective avant toute désignation: leurs stratégies pour 2017 semblent à ce stade irréconciliables.

Une chose accorde encore ces deux composantes du Front de gauche, qui avait réuni 11% des suffrages autour de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle de 2012: pour eux, « François Hollande n'est pas le candidat naturel de la gauche en 2017 ».

De ce point de vue, ils font le même constat que les signataires de l'appel à une « primaire des gauches et des écologistes », lancé le 11 janvier 2016 et qui avait recueilli vendredi soir près de 67.000 signatures. Mais c'est sur la méthode que les anciens alliés affichent leurs divergences.

Plutôt favorable à cette proposition de primaire, le secrétaire national du parti communiste Pierre Laurent assure « multiplier » les rencontres tous azimuts et, appuyé par son conseil national, choisit d'organiser des "forums publics" tous les lundis de février. Il s'agit de « faire émerger dès mars-avril un accord du plus grand nombre de partenaires possibles pour un cadre pérenne de contenu ».

Intellectuels, syndicalistes, politiques, artistes... Les invités de ces forums seront interrogés: d'abord « quelles priorités pour un projet de gauche et ensuite quel processus de construction d'une candidature à la présidentielle », détaille Pierre Laurent qui n'exclut pas que des socialistes hostiles à une candidature Hollande y participent.

Mais pour le parti de gauche, créé autour de Jean-Luc Mélenchon en 2009, la stratégie est inverse.

« Décréter qu'on fait un mouvement citoyen n'attire que les convaincus », estime Eric Coquerel, un de ses coordinateurs politiques. « L'atout de la présidentielle en France, c'est qu'elle repolitise ce pays, nous voulons en profiter pour que le candidat que soutiendra le parti de gauche lie sa campagne à l'émergence d'un mouvement citoyen », selon Eric Coquerel.

Autrement dit, une candidature Mélenchon est un préalable à l'élaboration d'un programme, qui doit consister en une « actualisation » de celui de 2012 intitulé « L'humain d'abord », avec notamment une solide dimension écologique.

« Est-ce qu'à moins d'un an du début de la campagne, on peut se payer le risque d'improviser, de partir dans ce qui sera inévitablement une bataille de personnalités? » s'interroge M. Coquerel.

- Dissensions sur le fond -

D'ailleurs, argumente Danielle Simonnet, coordinatrice politique du PG, le mouvement citoyen formé pour porter Jean-Luc Mélenchon sera chargé de "désigner les candidats aux législatives".

Pour elle, « les militants communistes ont toute leur place, il peut y avoir un rassemblement très large dans lequel les partis ne se dissolvent pas ».

Mais sur le fond aussi, il existe des dissensions.

Jeudi (21 janvier 2016), Jean-Luc Mélenchon expliquait dans un billet de blog que l'Union européenne était « nuisible, hostile à la démocratie et à la justice sociale », n'hésitant à exprimer sa volonté de « sortir » des traités européens.

Le Parti de gauche organise samedi et dimanche (23-24 janvier 2016) à Paris le premier sommet internationaliste du plan B, initié par plusieurs personnalités européennes comme Oskar Lafontaine, fondateur de Die Linke et l'ancien ministre des Finances Yanis Varoufakis. Ce dernier ne sera toutefois pas présent à cette première édition à Paris.

« La question de la désobéissance aux traités européens est centrale », confirme Mme Simonnet, interrogée sur un espace de compromis possible sur ce sujet dans le cadre d'une alliance plus large à gauche en vue de la présidentielle.

Mais pour Pierre Laurent, il est faux de dire qu' « aucune réforme n'est possible en Europe sans changer les traités ».

« Si la France rouvre le débat sur les traités, elle doit déjà créer un mouvement de convergence européen pour le soutenir », ajoute-t-il, en regrettant les critiques de M. Mélenchon à l'égard du Premier ministre grec Alexis Tsipras. « Même s'il est dans un rapport de forces défavorable actuellement, Tsipras reste un point d'appui pour tous ceux qui un jour, à gauche, espèrent gouverner », estime-t-il.

 

Lucile MALANDAIN

Le 23 janvier 2016

 

SOURCE :

 

Commenter cet article

C
Et bien si Pierre LAURENT a raison comment se fait il que rien ne soit fait depuis dix ans?
Répondre