Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

Donald Trump et Hillary Clinton

Donald Trump et Hillary Clinton

Par Hmida Ben Romdhane
Le 11 janvier 2016

La guerre des candidatures pour l’élection présidentielle américaine bat son plein. De nombreux politiciens continuent à gaspiller des millions de dollars dans l’espoir de se voir choisis comme candidats de leurs partis (le démocrate et le républicain) pour le rituel électoral de novembre prochain.

 

Plusieurs candidats à la magistrature suprême, mais seulement deux qui émergent du lot : le magnat de l’immobilier, Donald Trump, et l’ancienne secrétaire d’Etat (2009-2013) et ancienne première dame (1992-2000), Hillary Clinton.
 

Ces deux candidats à la candidature, l’un et l’autre risquant fort de devenir président, symbolisent de manière frappante la pénurie d’hommes d’envergure capables de gérer une puissance de la taille des Etats-Unis.

 

Le magnat de l’immobilier est un homme sans passé politique et sans expérience dans la gestion des affaires publiques. Ses deux principales caractéristiques sont l’exotisme et les milliards de dollars qu’il possède. Mais s’il est sorti du lot, ce n’est pas à cause de sa richesse excessive. Certes, l’argent est le nerf de la guerre électorale américaine, mais les autres candidats en sont aussi pourvus.
Ce qui a aidé Trump à distancer ses concurrents républicains, ce sont ses discours originaux et son approche atypique de la politique. L’homme ne mâche pas ses mots et n’éprouve aucun scrupule à nager à contre-courant de l’establishment washingtonien. Par exemple sur l’Irak, la Libye, la Syrie et la Russie, il tient un discours qu’aucun politicien soucieux de sa carrière politique n’ose tenir à Washington.

Dans une interview sur CNN, le candidat à la candidature du parti républicain a franchi des lignes rouges, étonnant par sa franchise politiciens et hommes de médias habitués à un autre discours où l’Amérique est toujours innocente et bienfaitrice : « Le monde se porterait nettement mieux si les anciens dictateurs irakien Saddam Hussein et libyen Mouammar Kadhafi étaient toujours au pouvoir », a affirmé le magnat de l’immobilier. « Regardez la Libye. Regardez l’Irak. Avant, il n’y avait pas de terroristes. Saddam Hussein les tuait immédiatement. L’Irak est maintenant devenu l’université d’excellence du terrorisme », se lamente-t-il. « « La Libye est une catastrophe. L’Irak est une catastrophe. La Syrie est une catastrophe. Tout le Moyen-Orient est une catastrophe où les gens sont décapités, noyés dans des cages, brûlés vifs », dit encore Donald Trump face à son interviewer hébété. Pour le candidat républicain, ces séries de catastrophes sont provoquées par les politiques de George W. Bush, Barak Obama et Hillary Clinton. 

 

LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE sur le site L'Économiste Maghrébin

Commenter cet article