Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

51ème congrès de la CGT: pour FAIRE QUOI et ALLER vers OÙ?51ème congrès de la CGT: pour FAIRE QUOI et ALLER vers OÙ?

Lu sur le blog de Roger Colombier :

 

Le 51ème congrès de ma confédération va se tenir à Marseille du 18 au 22 avril 2016. Pour le préparer, la direction confédérale a visité plus de 2 000 syndicats de base. Dans le document préparatoire est posée l'efficacité de notre syndicalisme: « Il nous faut rechercher pourquoi, malgré toute notre activité, nous ne parvenons pas à bouger le rapport de force. »

En effet, dans la crise qui secoue la France et sous les coups répétés assénés par le gouvernement et le patronat sur le monde du travail, l'évolution du nombre de nos syndiqués n'est pas à la hauteur:

2011, 692 258 syndiqués, dont 113 098 retraités et 579 161 actifs;

2012, 695 424 syndiqués dont 111 846 retraités et 583 578 actifs;

2013, 698 986 syndiqués dont 109 522 retraités et 579 465 actifs;

657 623 syndiqués en 2014. L'âge moyen de nos forces syndicales est de 49 ans.

Il se décline ainsi:

Moins ou égal à 25 ans, 1,1%;

26 à 30 ans 4,4%; 32 à 35 ans, 8,6%;

36 à 44 ans, 21,5%; 45 à 54 ans, 29,6%;

55 à 59 ans, 15,7%;

60 ans et plus, 19,1%.

La CGT ne rayonne que sur 25% du salariat, un salariat aujourd'hui éclaté, et 60% de ses adhérents travaillent dans des entreprises de plus de 500 salariés.

 

Or, durant cette période, et pour ne prendre en compte que celle-ci, le patronat, les gouvernements de Nicolas Sarkozy et de François Hollande ont accentué les pressions sur les travailleurs: chômage et précarité de masse, conditions de travail déplorables, aucune augmentation du pouvoir d'achat, destruction des droits conquis au cours de l'histoire sociale de notre pays. A cela s'ajoutent la répression antisyndicale et la criminalisation des actions de la CGT.

 

Il y a donc urgence pour que le 51e congrès de la CGT n'accouche pas d'un emplâtre sur une jambe de bois.

 

Mais au-delà de cette nécessité évidente, n'oublions-nous pas, dans toute la CGT, d'appliquer ses statuts. Pour ne citer qu'un paragraphe du Préambule: « Elle agit (la CGT) pour une société démocratique, libérée de l'exploitation capitaliste et des autres formes d'exploitation et de domination ». Si je reprends une partie du titre 1 des statuts en son article 1: « Prenant en compte l'antagonisme fondamental et les conflits d'intérêts entre salariés et patronat, entre besoins et profits, elle (la CGT) combat l'exploitation capitaliste et toutes les formes d'exploitation du salariat. C'est ce qui fonde son caractère de masse et de classe. »

 

Enfin, concernant la commission financière de contrôle, à mettre en liaison avec l'affaire Lepaon et les dysfonctionnements inhérents, pourquoi ne pas rendre public son travail, ses observations et ses propositions prévues par les statuts, elle qui se réunit « au moins 4 fois par an ». Dans le document préparatoire, la CFC ne souhaite pas « effectuer un « déballage » de toutes les problématiques financières ».

 

Or, la transparence passe au contraire par une information sur ce que deviennent les cotisations de nos 698 986 syndiqués. Et au-delà des « problématiques financières », se soucier de l'état des effectifs et de la rentrée régulière des cotisations, fonctions statutaires dévolues à la CFC, et en discuter pour réagir dans les instances concernées élues, permettrait une meilleure approche de la syndicalisation.

Pour le débat.

Chiffres et propos pris dans les documents de préparation du congrès que chaque syndiqué peut consulter.

R.C.

SOURCE :

Commenter cet article