Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

« Ça tiendra bien jusqu’en 2017 » VRAIMENT ? [La Tribune des Travailleurs]

L'éditorial par Daniel Gluckstein - la Tribune des travailleurs du 26 janvier 2016

Voici revenu le temps de la politique politicienne. Rien ne serait plus important que de savoir qui sera candidat en 2017, s’il y aura des primaires ou non, etc. Certains « stratèges » recommandent même de soutenir une aile du PS contre une autre : contre les méchants Valls et Macron, il faudrait considérer avec bienveillance Cambadélis, Aubry, Bianco, voire… Hollande lui même.

Enfumage que tout cela. Sous la Ve République, le président est la clé de voûte des institutions. C’est lui qui décide. C’est lui qui s’apprête à faire voter la prolongation de l’état d’urgence et la réforme constitutionnelle. C’est lui qui prend la responsabilité personnelle de chacune des mesures de démantèlement du Code du travail qui constituent le projet de loi annoncé pour le 9 mars. Il suffit de lire (pages 4 et 5) son discours-programme pour le comprendre (1).

Pour repousser l’attaque la plus dévastatrice depuis soixante-quinze ans contre ses droits, la classe ouvrière n’a d’autre choix que de se mobiliser, sur son propre terrain, pour combattre le gouvernement Hollande-Valls et le défaire.

Dans un livre récent, deux journalistes révèlent cette phrase répétée à l’envi par Hollande : « ça tiendra bien jusqu’en 2017. » Qu’est-ce qui tiendra bien jusqu’en 2017 ? Le gouvernement Hollande-Valls, convaincu de garder les mains libres pour aller le plus loin possible dans la destruction des droits de la classe ouvrière et de la démocratie ?

Tous les présidents de la Ve République ont tenté d’imposer des contre-réformes anti-ouvrières et antidémocratiques, provoquant la mobilisation dans la grève et dans la rue de millions de travailleurs et de jeunes, unis avec les organisations.

Certes, à l’exception du CPE, ces mobilisations ne sont pas parvenues à arracher le retrait des plans. Mais elles les ont freinés. C’est ce qui amène le FMI et l’Union européenne à regretter que les « réformes structurelles » ne soient pas menées à leur terme.

Hollande parviendra-t-il à achever un quinquennat — pourtant le plus destructeur des droits ouvriers que la Ve République ait connu — sans que les organisations ouvrières en appellent à la mobilisation générale, dans la lutte de classe, pour l’en empêcher ?

C’est la question posée par des travailleurs et militants de toutes tendances qui, depuis Chalon-sur-Saône, proposent la tenue d’une conférence nationale des comités pour l’unité pour la défense du Code du travail : « Est-il possible que les dirigeants des organisations ne se rassemblent pas dans un front unique sans faille pour dire au gouvernement Hollande-Valls : cela suffit ! Stop ! Votre projet doit être retiré ? Est-il pensable que les organisations n’organisent pas la mobilisation de masse à la hauteur de l’enjeu pour bloquer le gouvernement et le contraindre au recul ? »

(1) Quant à la « gauche » du Parti socialiste… Le 24 janvier, Anne Hidalgo a déclaré, à propos des 35 heures : « Cette loi a énormément de champs de souplesse qui ne sont pas utilisés ! On peut justement y déroger en cas de difficultés économiques de l’entreprise, on peut déroger dans des tas de situation par le dialogue social. »

 

Commenter cet article

D
les nuls du poid appellent a l unité hamon melanchon pour faire qu elle politique la meme que hollande?
Répondre