Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Ce qu’ils PRÉPARENT pour les SALARIÉS...

Le supplément « les Echos Business » (propriété de Bernard Arnault, 17 milliards officiels de fortune personnelle) du 8 février 2016 écrit sous le titre : « Législation du travail, 12 idées d’assouplissement », un article intitulé « Dirigeants et DRH sont aux aguet, attentifs à tous les débats autour de la réforme du Code du travail. Les lignes bougent, leurs idées fusent ».

Et le journal donne la parole à quatre d’entre eux.

Un DRH anonyme du CAC 40 : « En mettant le pied dans la porte sur le travail du dimanche, Macron a enfin envoyé un signal de déverrouillage » et « une plus grande liberté pour engager, licencier et négocier ». Pour lui le changement c’est le plafonnement des indemnités aux prud’hommes, le rapport Combrexelle sur les « négociations en entreprises ».

Pour sa part J.C. Sciberras, DRH de Solvay France, se réjoui : « Le mouvement de décentralisation vers les accords entreprises est amorcé, reste à en préciser la hiérarchie des normes ».

B. Mettling, directeur général d’Orange une entreprise où l’Etat est premier actionnaire déclare à propos des travaux de la commission Badinter : « Réextraire les grands principes est utile mais ne répond pas aux attentes des DRH qui désirent des avancées sur la simplification du Code, mais aussi la stabilité et la lisibilité de la réglementation ».

Ils avancent leurs exigences.

Temps de travail : choisir entre 35 et 42 heures, choisir le seuil de déclenchement des heures supplémentaires.

Forfait jour : sécuriser le dispositif pour éviter un jugement défavorable devant la justice.

CDI : alléger les clauses de sortie, « un contrat unique permettrait de clore de façon souple une relation contractuelle ». Gattaz parle lui, d’un contrat « agile »

Licenciement : reconnaître l’aléa économique. Le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris enfonce le clou : « L’entreprise peut échouer à anticiper l’évolution de son marché » A partir de là, elle doit pouvoir licencier sans entrave et échapper à « l’omniprésence des juges ».

Contrat de chantier : Réservé jusqu’à présent au bâtiment et travaux publics il permet de se séparer du salarié dès la fin du chantier pour lequel il a été embauché, sans recourt ni indemnité. A généraliser.

Suit une longue liste de mesures du même genre qui toutes visent à précariser davantage le salarié : encore plus de CCD sans avoir à en justifier le motif, faire cofinancer sa formation par le salarié, augmenter davantage la période d’essai (pour les techniciens de 4 à 8 mois), réduire les informations-consultations des CHCT et CE, institutions représentatives du personnel. Quand le patron est roi, quel besoin pour lui de perde du temps et de l’argent dans ces consultations ? Les auteurs poussent leur logique jusqu’au bout.

Tel est le monde que nous préparent le patronat et le gouvernement à son service.

Ne pas les laisser faire est urgent. Défendre les acquis, en gagner de nouveaux par la lutte, tel est l’enjeu des jours à venir.

 

SOURCE:

 

Commenter cet article