Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

JEUDI 10 MARS 2016 : les RETRAITÉS manifestent pour DÉFENDRE leurs DROITS

Neuf organisations syndicales de retraités, l’UCR-CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR Fonction publique, LSR, Ensemble et solidaires, ont décidé d'une journée revendicative le 10 mars prochain, pour exiger « une revalorisation des pensions. Partout préparons son succès.

 

Manifestations :

Neuf organisations syndicales de retraités, dont l’UCR-CGT, ont décidé d'une journée revendicative le 10 mars prochain, pour exiger « une revalorisation des pensions en fonction de l’augmentation du salaire moyen et une pension au moins égale au Smic revalorisé, pour une pension complète ».

Décision a aussi été prise d’interpeller le ministère des Finances « au sujet de la demi-part fiscale retirée aux veuves et veufs, dont les importantes conséquences financières ont incité le gouvernement à décider de ne pas faire payer les impôts locaux aux personnes n’y étant pas assujetties les années précédentes ». C’est pourquoi les 9 organisations « revendiquent la prolongation de cette décision après 2017 et la remise en place de cette demi-part ».

Tous en marche

Les retraités ont de bonnes raisons de battre le pavé en 2016. S’il en fallait une seule preuve, le patron du Medef et quelques uns de ses acolytes (*) patronaux l’ont rappelé le 10 janvier dans une lettre en cinq points au président de la République. Ils veulent un contrat de travail «agile », à savoir précaire, pour chaque salarié et des suppressions de charges patronales sur toute nouvelle embauche. De quoi réduire à la portion congrue le financement de la Sécurité sociale comme des caisses de retraite.

En cela, les retraités sont aussi la cible des patrons via leur cahier de revendications adressé à François Hollande. Avec lui à l’Elysée, le blocage des pensions dure depuis trois ans, ce qui ne s’était jamais vu auparavant. Mais, parce qu’ils sont plus de 16 millions de citoyens ayant le droit de vote, les retraités ont aussi de bonnes raisons de se faire entendre dans la rue en cette année pré-électorale.

L’unité face au capitalisme prédateur

Il est donc important que les organisations de retraités se rencontrent en ce début d’année « afin d’amplifier la mobilisation » dans les départements pour la journée du 10 mars. Les retraités d’aujourd’hui ont souvent été les premières victimes de la mondialisation capitaliste, licenciés suite aux délocalisations d’entreprises qui les employaient, obligés de repartir avec un plus petit salaire quand ils retrouvaient du travail après de longues périodes de chômage.

Avec la mise en concurrence des peuples de la terre entière dans le cadre de la mondialisation capitaliste, la force de travail de l’être humain est devenue l’unique variable d’ajustement des coûts de production. On se paie sur elle comme sur la bête. Car les capitalistes veulent toujours plus de profits. On dépense aussi beaucoup d’argent pour concevoir de nouveaux produits sans oublier le coût de la publicité pour les faire connaître. On fait ainsi payer aux humains les gâchis du capital.

Gardons un système solidaire

Jamais, comme en ce début d’année 2016, on n’avait lu autant d’articles écrits par des décideurs politiques, par des patrons, par leurs conseillers mais aussi par des journalistes aux ordres, pour nous convaincre que le « coût du travail » et les « charges » qui servent à alimenter la Sécurité sociale et les caisses de retraite seraient devenus insupportables. Ils veulent mettre en place une société du chacun pour soi, remplacer notre système de protection sociale collectif et solidaire par des assurances privées que des millions de personnes aux revenus modestes ne pourront pas payer.

Nous savons pourtant qu’il est impossible de bâtir une économie saine et solide en massacrant ainsi ceux et celles qui ont fait la richesse du pays par leur travail. Les retraités et les retraitées d’aujourd’hui ont financé par leur travail le fonctionnement de notre système solidaire de protection sociale en France. Il est à la fois plus juste et plus efficace que ceux qui relèvent des fonds de pension et des assurances privées en vigueur dans d’autres pays. Battons le pavé le 10 mars prochain pour le défendre, 48 heures après avoir marché pour la journée internationale des femmes.

Faisons du 10 mars 2016 une grande journée de lutte unitaire des retraités et retraitées.


Gérard Le Puill



(*) Figure parmi ces signataires Philippe Varin, président du Cercle de l’industrie. Il perçoit, pour avoir fermé Citroën Aulnay, une « retraite chapeau » à vie de 300 000 euros par an, en plus de celle acquise de droit par ses cotisations.

 

SOURCE:

 

Commenter cet article

R
Pourquoi toujours séparé retraités , salariés, chômeurs... étudiants, nous sommes dans le même sac, tous ensemble, l union fait la force!
Répondre
M
Je suis bien d'accord avec vous d'autant qu'il y a des manifs d'étudiants et de lycéens le 9 mars contre la "loi travail".
Salut et fraternité et venez souvent sur le blog d'El Diablo !